Du temps où l'Opéra de Paris avait une troupe...

Par Christophe Rizoud | mar 22 Octobre 2013 | Imprimer

C’était un temps où Rodolfo disait à Mimi « Que votre main est froide », où Pinkerton s’exclamait « Adieu séjour fleuri » et où le duc de Mantoue chantait « Comme la plume au vent » ; un temps où l’Opéra de Paris avait comme aujourd’hui deux salles mais la deuxième était Favart et non Bastille ; un temps que l’on ne regrette pas, quoique… Si l’on se place sur le seul plan de la prononciation de la langue française, l’âge était d’or. A écouter chez Malibran, dans la nouvelle collection « La troupe de l’Opéra de Paris », les enregistrements d’Albert Lance, Georges Liccioni et Michel Cadiou – le dernier surtout –, on mesure le déclin d’une certaine forme de chant dans un genre, l’opéra français, qui de par ses origines – la tragédie lyrique – exige une diction parfaite. On est parfois loin du compte aujourd’hui. C’est dire si ces témoignages sont précieux. Remercions une fois de plus Malibran de faire devoir de mémoire lyrique (plus d'informations). [Christophe Rizoud]

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager