Ewa Podleś : « Chanter Rossini avec Alberto Zedda, c’était du pur bonheur ! »

Par Brigitte Cormier | jeu 23 Mars 2017 | Imprimer

Une Fille du Régiment devait les réunir dans la Grande salle du Conservatoire de Moscou le 12 avril prochain. Le décès d’Alberto Zedda a entraîné l’annulation immédiate d'Ewa Podleś. « Je ne veux plus chanter d’opéra en concert avec aucun chef. Ce concert à Moscou était une exception. Alberto était différent de tous les autres. J’adorais chanter avec lui. Il  n’était pas esclave du rythme, il chantait avec nous au lieu de marcher en avant. Ce n’était jamais ennuyeux. Sous sa baguette, la musique était traversée d’une énergie et d’un amour inépuisables. Il était capable de transformer un orchestre de niveau moyen en une phalange de génies inspirés. C'était un merveilleux partenaire parce qu’il aimait vraiment les chanteurs. Je me suis toujours sentie confortable et en sécurité sous sa direction. Un état d’esprit difficile pour moi à atteindre avec les autres chefs ».

Si quelqu’un a compté dans la carrière de Podleś, c’est Alberto Zedda. Rencontré la première fois à la Scala de Milan dont il était directeur quand elle y a chanté son premier Tancredi en 1993 sous la baguette de Daniele Gatti, c’est avec Zedda qu’Ewa Podleś a tenu absolument à enregistrer ce rôle dans une intégrale Naxos de 1994. Immense succès auprès d’une presse quasi unanime. Entre le chef et la contralto polonaise, c’est le début d’une longue collaboration pour des concerts marquants où les acclamations du public ont généralement été proches du délire. Citons : Tancredi Clermont-Ferrand et Poissy 1994 ; Berlin 1996 ; Madrid 1997 ; Liège 1999 ; Varsovie 2000 ; Detroit 2006. Le voyage à Reims La Coruña 2000 et 2002 ; San Sebastian 2002 ; Varsovie 2003. L’italienne à Alger  La Coruña 2002. Une extraordinaire Semiramide Liège et Bruxelles 2001 ; Berlin 2003 (Après une immense standing ovation et nombre de rappels au Staatoper den Linden dans une salle surchauffée, une partie du public refuse de sortir en criant Ewa, Ewa, jusq'à ce que Podleś revienne sur scène sans perruque et démaquillée pour un dernier salut) . La Donna del Lago Avignon 2003. Sans oublier le somptueux Rossini Gala, Varsovie  et Genève en 2002.

Au festival de Pesaro, Zedda a invité Podleś pour la première fois pour Le Nozze di Teti e di Peleo en 2001un spectacle Rossini en plein air mémorable.  Après une tournée  en Syrie manquée à cause de la situation politique déjà inquiétante d'une production pesaresque programmée d’Aureliano in Palmira, Podleś a donné deux glorieux concerts avec orchestre au Teatro Rossini en 2009 et 2014. Et surtout, elle a conféré en 2012 au rôle-titre de Ciro in Babilonia, une dimension historique, heureusement captée sur Dvd, avant une reprise quelque peu réaménagée en 2016. Si Ewa adorait Zedda, celui-ci le lui rendait bien. Au cours d’une rencontre en 2006, Il nous avait déclaré : « Si on veut un grand contralto rossinien, il n’y a pas d’autre nom que celui de Podleś. Elle ne connaît pas la routine. Je l'adore. En tant que chef, je préfère, à tout autre, un engagement avec elle car il y a toujours des surprises artistiques ».

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.