Hélène Guilmette n’est pas ce que l’on pense

Par Laurent Bury | mer 23 Janvier 2013 | Imprimer

C’est le célèbre « Je ne suis pas ce que l’on pense » de Trois Valses qu’avait choisi comme bis la soprano canadienne Hélène Guilmette lors du récital donné à l’Amphithéâtre Bastille, lundi 21 janvier, avec la complicité discrète mais sûre du pianiste Martin Dubé. Pourtant, personne ne songe à l’appeller « l’enquiquineuse », personne n’accuserait de « faire des chichis » cette jeune chanteuse si sympathique, qui présentait son programme avec un naturel désarmant et un savoureux accent québécois. L’accent en question disparaît dès qu’elle chante, à moins que ce ne soit la clef de son excellente diction. Cinquantenaire aidant, Poulenc était le plat de résistance, avec Métamorphoses sur des poèmes de Louise de Vilmorin, les Deux Poèmes de Louis Aragon, et « Nos souvenirs qui chantent », étrange arrangement sur des thèmes des Mamelles de Tirésias (œuvre dans laquelle Hélène Guilmette avait triomphé à Lyon et à Paris en 2010-2011). Le concert s’était ouvert par quelques-unes des mélodies les plus connues de Reynaldo Hahn. Si la production de la Canadienne Jeanne Landry peine à retenir l’attention, on admire les trois poèmes de Maurice Bouchor mis en musique vers 1912 par Mel Bonis, compositrice autrement plus digne d’intérêt. La révélation de la soirée, pour beaucoup, aura été les Sept Chansons pour Gladys inspirées à Charles Koechlin par l’actrice Lilian Harvey et qui font rimer « lovely » avec « Vénus de Botticelli ». Enfin, après quelques amusants exemples de la production de Lionel Daunais, couronnés en fin de parcours par un aigu radieux digne de Thérèse-Tirésias, Hélène Guilmette revint à plus de mélancolie avec son deuxième bis, « Haï Luli » de Pauline Viardot. Décidément, que ferions-nous sans les chanteuses québécoises ? [Laurent Bury]

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager