Forum Opéra

L’Elisabetta rêvée d’Anna Netrebko

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
27 juin 2020
L’Elisabetta rêvée d’Anna Netrebko

Infos sur l’œuvre

Détails

Comme nous l’avions annoncé précédemment dans nos colonnes, le Semperoper de Dresde a rouvert ses portes le 19 juin avec, pour quatre soirées consécutives, une version abrégée du Don Carlo de Verdi autour d’Anna Netrebko et Yusif Eyvazov. En mai dernier le couple devait incarner pour la première fois les rôles d’Elisabetta et Carlo dans une nouvelle production de l’œuvre de Verdi, augmentée d’un nouveau prologue signé Manfred Trojahn. Autant de raisons qui devaient faire de ces représentations l’un des événements majeurs de cette fin de saison. Hélas l’épidémie de coronavirus en a décidé autrement, cette production verra  en principe le jour au printemps 2021 avec une distribution entièrement renouvelée, quant aux concerts des 19 au 22 juin, ils apparaissent comme un lot de consolation pour les fans du couple star.

Anna Netrebko a récemment publié sur son compte instagram des extraits de ces soirées que l’on peut aussi trouver en intégrale sur le Net. Le concert, d’une durée d’une heure trente sans entracte proposait une douzaine de pages de l’opéra avec un ensemble de huit instrumentistes et autant de choristes sous la direction inspirée de Johannes Wulff-Woesten, également au piano.

Le choix du programme qui faisait la part belle à la soprano et au ténor, permettait d’entendre également les deux airs d’Eboli par Elena Maximova qui s’est habilement tirée des vocalises de la chanson du voile mais dont les aigus meurtriers de « O don fatale » ont paru stridents. Tilmann Rönnebeck aborde « Ella giammai m’amò » avec une voix claire, un timbre homogène et un grave solide. Son chant nuancé et sa diction impeccable captent d’emblée l’attention. Enfin, la mort de Posa met en valeur l’impeccable cantabile du jeune Sebastian Wartig aux moyens prometteurs.

Yusif Eyvazov propose une interprétation sobre et introvertie de l’infant qu’il aborde avec une voix solide et un style irréprochable. L’Elisabetta d’Anna Netrebko –ou du moins ce que l’on en devine- est absolument magnifique. Que de nostalgie dans « Non piangere mia compagna » et quelle autorité glaciale dans la phrase « Rendetemi la croce » qu’elle adresse à Eboli après que celle-ci lui a avoué sa faute. Quant à son « Tu che le vanità » grandiose, aux affects différenciés, on imagine aisément son impact dans le théâtre tant le volume paraît impressionnant dans les forte qui contrastent avec la délicatesse de ces sons filés dont elle a le secret. Le public réduit au quart des capacités de la salle lui réserve une longue ovation. Malgré un son parfois précaire, ces extraits laissent entrevoir quelle Elisabetta Anna Netrebko pourrait être si l’occasion lui est donnée un jour de chanter l’ouvrage entier sur une scène.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Netrebko, Eyvazov © Julian Hargreaves

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

So Romantique ! – Cyrille Dubois

L’âme de l’opéra-comique
CDSWAG

PUCCINI, Turandot, par Antonio Pappano

Une leçon puccinienne
CDSWAG

This be her Verse, par Golda Schultz et Jonathan Ware

La parole aux femmes
CDSWAG

Les dernières interviews

Le questionnaire de Proust de Konstantin Krimmel

Interview

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Falstaff en vieux beau à l’opéra de Nice

Brève

Centenaire de la mort de Sarah Bernhardt

Brève

A Genève, deux concerts-évènements pour évoquer Rome et Jérusalem

Une lumière humaniste
Brève

Michael Spyres au cœur des Grands Entretiens de France Musique

Brève