Quand le Roi s’amuse

Par Bernard Schreuders | jeu 07 Avril 2011 | Imprimer

Grâce aux recherches interdisciplinaires sur le récitatif et la déclamation, l’orchestre, la gestuelle ou encore la danse « baroques », notre compréhension des tragédies en musique et des opéras ballets a sensiblement progressé ces dernières années. Cependant, les plus belles réalisations butent encore sur un obstacle de taille: la dimension visuelle, ce théâtre du merveilleux et de l’illusion indispensable pour renouer pleinement avec l’esprit des spectacles montés aux XVIIe et XVIIIe siècle. Si les organisateurs peinent aujourd’hui à réunir les fonds nécessaires à leur reconstitution, les fastes royaux exigeaient aussi à l’époque des budgets faramineux au point que certains éléments (accessoires, costumes, etc.) furent conservés en vue d’un réemploi. C’est ainsi que vit le jour la fonction de garde général des magasins du roi. En 1756, Antoine Angélique Levesque, titulaire de cette charge, eut l’idée de garder également les dessins des artistes auprès desquels l’administration des Menus Plaisirs du Roi passait commande. Jérome de La Gorce et Pierre Jugie ont puisé parmi les 886 croquis et estampes de Torelli, Vigarani, Gissey, Berain ou des frères Slodtz conservés dans les sept « recueils Levesque » la matière d’une passionnante exposition sur la genèse des fêtes et cérémonies données à Paris et à Versailles sous l’Ancien Régime. Le parcours est jalonné d’autres trésors: des maquettes, miraculeusement préservées, de décor et de machinerie. De Cavalli à Rameau en passant par Lully, Campra, Destouches, Collasse, Jacquet de la Guerre, Mondonville ou Desmarest, l’opéra occupe ici une place de choix. Les dessins à la plume, lavis, sanguines et aquarelles, souvent de très belle facture, lèvent un coin de voile sur les techniques et processus de création à l’oeuvre dans ce qui fut, bien avant le cinéma, une formidable usine à rêves doublée d’un remarquable instrument politique. Le visiteur en profitera pour voir ou revoir le palais Soubise, joyau du patrimoine architectural du Marais, décoré dans le style rocaille, et admirer quelques documents mythiques tels que le procès des Templiers, l’édit de Nantes, le journal de Louis XVI ou le testament de Napoléon. [BS]
Dans l’Atelier des Menus plaisirs du roi. Spectacles, fêtes et cérémonies aux XVIIe et XVIIIe siècles. Archives nationales, palais Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois 75 003 Paris. Du lundi au vendredi de 10 à 12h30 et de 14h à 17h30, les samedi et dimanche de 14h à 17h30. Jusqu’au 24 avril 2011. Plus d’informations sur www.archivesnationales.culture.gouv.fr.
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager