Rameau Radiostar sur France Culture

Par Laurent Bury | jeu 04 Septembre 2014 | Imprimer

Gesamtkunstwerk avant la lettre, la tragédie lyrique se voulait la réunion des arts, associant la déclamation théâtrale à la musique et à la danse, aidées par la peinture et l’architecture, pour créer sur le spectateur le maximum d’effet. Sachant cela, on peut s’interroger sur la légitimité d’une écoute déconnectée de toute impression visuelle : la radio est-elle capable de faire partager, par la seule voie des ondes, l’expérience totale que doit être un opéra de Rameau ? En cette année de deux cent cinquantième anniversaire de la mort du compositeur, France Culture a décidé, avec l’aide des Chantres du Centre de musique baroque de Versailles, de « pister les possibilités micro-phoniques » du Dijonnais, en s’appuyant plus précisément sur le troisième acte d’Hippolyte et Aricie, celui où Phèdre avoue son amour à Hippolyte et où Thésée appelle sur son fils la malédiction de Neptune. Mercredi 10 septembre, à 23 heures, on pourra ainsi entendre l’émission Rameau Radiostar, un « Atelier de la Création » coordonné par David Christoffel. Il est toujours rassurant de savoir que France Culture inclut la musique dite classique parmi ses préoccupations.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.