Forum Opéra

Benjamin Appl : Forbidden Fruit

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
25 juin 2023
Hors des chemins battus, pour aller où ?

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

GENESIS
Anonyme
I will Give my Love an Apple
PROLOGUE
Gabriel Fauré (1845-1924)
In paradisum
THE LORD GOD HAD PLANTED A GARDEN IN EDEN
Ivor Gurney (1890-1937)
The Apple Orchard
THE LORD GOD TOOK THE MAN AND PUT HIM IN THE GARDEN OF EDEN
Hugo Wolf (1860-1903)
Ganymed
Kurt Weil (1900-1950)
Youkali
IT IS NOT GOOD FOR THE MAN TO BE ALONE
Francis Poulenc (1899-1963)
L’Offrande FP 42/6
GARDENS OF PLEASURE
Reynaldo Hahn (1874-1947)
À Chloris
Richard Strauss (1864-1949)
Das Rosenband Op.36/1
Hugo Wolf
An die Geliebte
ADAM AND HIS WIFE WERE BOTH NAKED, AND THEY FELT NO SHAME
Roger Quilter (1877-1953)
Now Sleeps the Crimson Petal Op.3/2
AND THEY BECAME ONE FLESH
Hugo Wolf
Und willst du deinen Liebsten sterben sehen
Claude Debussy (1862-1918)
La Chevelure L.90/2
YOU’RE FREE TO EAT FROM ANY TREE IN THE GARDEN
Francis Poulenc
Couplets bachiques FP 42/5
Arnold Schönberg (1874-1951)
Arie aus dem Spiegel von Arcadien
THE FRUIT OF THE TREE WAS PLEASING TO THE EYE
Leonello Casucci (1885-1975)
Just a Gigolo
Edvard Grieg (1843-1907)
To a Devil
NOW THE SERPENT WAS MORE CRAFTY THAN ANY OF THE WILD ANIMALS
Francis Poulenc
Le Serpent FP 15b/1
BUT OF THE TREE OF THE KNOWLEDGE OF GOOD AND EVIL YOU SHALL NOT EAT
Robert Schumann (1810-1856)
Lorelei Op.53/2
Frühlingsfahrt Op.45/2
YOU WILL BE LIKE GOD, KNOWING GOOD AND EVIL
Fanny Hensel (1805-1847)
Die Nonne
SHE TOOK OF ITS FRUIT AND ATE
Lothar Brühne (1900-1958)
Kann denn Liebe Sünde sein
Jake Heggie (*1961)
The Snake
THE EYES OF BOTH OF THEM WERE OPENED
Franz Schubert (1797-1828)
Heidenröslein D.257
Gretchen am Spinnrade D.118
Hanns Eisler (1898-1962)
Die Ballade vom Paragraphen 218
THE SERPENT TRICKED ME, AND I ATE
Robert Schumann
Wer nie sein Brot mit Tränen aß Op.98a/4
HE PLACED CHERUBIM TO GUARD THE WAY TO THE TREE OF LIFE
Gabriel Fauré
In paradisum
Gustav Mahler (1860-1911)
Urlicht

Benjamin Appl, baryton
James Baillieu, piano

 

1 cd Alpha Classics

Enregistrement : 27-30 juillet 2020
Lugano, RSI, Auditorio Stelio Molo
Productrice musicale : Valentina Bensi
Ingénieur du son : Michaël Rast

Parution le 23 juin 2023

 

Voilà un disque qui a besoin de son mode d’emploi. En l’occurrence du livret qui l’accompagne. On y trouve un texte assez malin de Benjamin Appl lui-même, expliquant que le fil rouge de ce programme se faufile entre « la tentation et la chute, l’interdit et la désobéissance, le bien et le mal ». L’adieu au Paradis, la tentation, l’interdit, le tabou, la transgression… voilà l’idée.

L’ivresse en somme, mais qu’en est-il du flacon ? De même qu’il semble hésiter entre plusieurs registres, Benjamin Appl semble ici balancer entre plusieurs voix.

C’est un déconcertant mélange de lieder, de songs, de mélodies et l’on se promène entre Liederabend, salon parisien, music hall londonien et cabaret berlinois. Les époques, les styles s’entrechoquent, dans un parcours que balisent quelques phrases susurrées dans un anglais parlé un peu laborieux (en capitales dans les détails ci-contre). Le premier degré et le second s’entrelaçant indécidablement.

Photos © Manuel Outumuro

On pourrait dire aussi de cet album qu’il ressemble tout à fait à la photo du livret : séducteur (ce regard de german lover !), assez kitsch (la chemise !), un peu limite. Frôlant le cross over, ce qui est étonnant pour un deuxième disque (le précédent c’était Winterreise, tout de même…).
Benjamin Appl aime plaire, ce n’est bien sûr pas un péché et d’ailleurs il ne manque pas d’atouts…

Mic-mac fantasque

La première écoute, dans la continuité, laisse assez désappointé, voire perplexe, pour ne pas dire agacé. On suggèrera donc de se libérer du mélange des genres, du mic-mac fantasque d’un programme qui fait se côtoyer des pièces qui, plutôt que de se mettre en valeur, se contrarient parfois l’une l’autre. Et d’écouter les items plutôt que l’ensemble, par exemple en commençant par les lieder.

Certains sont chantés avec gravité et délicatesse et c’est assez beau, ainsi les trois Hugo Wolf : Ganymed (malgré un penchant au portamento qu’on retrouvera souvent) est saisi dans une esthétique intime, tout près du micro, et rien ne se perd de la beauté du timbre ; An die Geliebte du même Hugo Wolf, très en confidence, met en évidence ce baryton clair, aux aigus faciles, jouant avec habileté de la voix mixte, fin diseur, sobre et subtil ; le tendre Und willst du deinen Liebsten sterben sehen mêle bouffées de lyrisme et pudeurs. Die Nonne, simple romance de Fanny Hensel, est donnée avec sensibilité, avec de jolis effets entre voix mixte et graves de velours.

Toute séduction dehors

Séduisants aussi les deux Schubert, que Benjamin Appl enchaîne comme dans une Schubertiade entre amis : Heldenrösslein, désinvolte, juvénile, drôle, et Gretchen am Spinnrade, presque murmuré, sans effet, sans insister, sans beaucoup d’émotion non plus, hormis le soudain éclat sur « sein Kuss » et, sur la reprise de la dernière strophe, un tragique qui sonne assez vrai.

Ce grand charmeur est évidemment irrésistible en Lorelei (de Schumann), insinuant et captieux, et quel matelot ne s’y laisserait prendre ? C’est justement ce qui arrive à l’un des deux compagnons du Frühlingsfahrt d’Eichendordff et Schumann, qui cède à l’appel du désir et des sirènes et Appl raconte cette histoire avec une bravoure légère. Cette manière d’understatement, de mi-voix, a quelque chose de rafraîchissant. Le troisième Schumann, Wer nie sein Brot mit Tränen aß, sur un texte de Goethe, menaçant comme un sermon, n’en apparaîtra que plus implacable et fatidique. C’est l’inéluctable damnation qui viendrait nécessairement après le plaisir, et la voix va alors fouiller dans ses tréfonds les plus noirs. 

Photos © Manuel Outumuro

Les délices du péché

Mais avant la damnation, se souvenir des délices de la faute. On rangera au rayon du charme viennois le Rosenband de Richard Strauss, voluptueux jusqu’à son inattendue colorature finale sur « Elysium » et le très amusant air « aus dem Spiegel von Arcadien », valse lente où Schoenberg en 1901 semble pasticher Franz Lehár – soit dit en passant, on verrait bien Appl en Danilo…

L’aimable baryton allemand est très à l’aise dans le répertoire français. On a une préférence pour le À Chloris de Reynaldo Hahn : timbré, fier, mâle et délicat, d’une diction quasi parfaite (ah ! les diphtongues nasales, éternel problème…), tendrement accompagné par James Baillieu, de même que La Chevelure, extraite des Chansons de Bilitis, où Appl n’a pas peur d’aller de diaphanes pianissimos à de percutants forte : là encore, l’attention portée aux mots va de pair avec une santé vocale bienvenue dans un répertoire souvent chanté avec des pincettes.
Même pétulance dans les trois Poulenc, des Couplets bachiques trompetants (mais on ne comprend pas un mot, ça va trop vite), une faussement médiévale et tout à fait grivoise Offrande (avec soupir de plaisir à la fin) et un Serpent (serpent demi-minute) très café-concert.
On rangera dans le répertoire français le Youkali de Kurt Weill, souvenir de son bref passage à Paris et de sa collaboration avec Jacques Deval pour Marie-Galante en 1934, exotisme de papier peint et suavité très Comedian Harmonists, mais quelle drôle d’idée de poser ce tango Arts-Déco juste après le Ganymed de Hugo Wolf.

Du caf’conc’ au music-hall

Côté music-hall, genre Limelight, The Apple Orchard d’Ivor Gurney, d’une voix de crooner, comme l’enjôleur Now Sleeps the Crimson de Roger Quilter, l’exotique To a Devil (en anglais) de Grieg, d’une voix très glamour, un Just a Gigolo, qui n’efface pas Louis Prima et The Snake de Jake Heggie, très Broadway, sont, dirons-nous, sympathiques, davantage qu’indispensables. De même d’ailleurs que les deux passages de l’In Paradisum de Fauré, dans une précautionneuse transcription pour piano de James Baillieu.

En revanche, réussite parfaitement idiomatique, Die Ballade vom Paragraphen 218 de Eisler et Brecht, violente, grinçante, sardonique, donnerait envie que Benjamin Appl poursuive dans cette veine berlinoise.

Le plus beau aura été gardé pour la fin : le Urlicht, de la deuxième symphonie de Mahler, recueilli, sensible et altier, intérieur (comme le piano délicat de James Baillieu), jamais détimbré dans les pianissimos, impeccable de ligne.
Bel aboutissement d’un parcours buissonnier, anecdotique par moments, d’ailleurs enregistré il y a trois ans…

Les deux artistes proposent ce même programme en concert. Lisez ici le compte rendu de leur récital au festival de Saint-Denis.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
ALPHA COVERITUNES.indd

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

GENESIS
Anonyme
I will Give my Love an Apple
PROLOGUE
Gabriel Fauré (1845-1924)
In paradisum
THE LORD GOD HAD PLANTED A GARDEN IN EDEN
Ivor Gurney (1890-1937)
The Apple Orchard
THE LORD GOD TOOK THE MAN AND PUT HIM IN THE GARDEN OF EDEN
Hugo Wolf (1860-1903)
Ganymed
Kurt Weil (1900-1950)
Youkali
IT IS NOT GOOD FOR THE MAN TO BE ALONE
Francis Poulenc (1899-1963)
L’Offrande FP 42/6
GARDENS OF PLEASURE
Reynaldo Hahn (1874-1947)
À Chloris
Richard Strauss (1864-1949)
Das Rosenband Op.36/1
Hugo Wolf
An die Geliebte
ADAM AND HIS WIFE WERE BOTH NAKED, AND THEY FELT NO SHAME
Roger Quilter (1877-1953)
Now Sleeps the Crimson Petal Op.3/2
AND THEY BECAME ONE FLESH
Hugo Wolf
Und willst du deinen Liebsten sterben sehen
Claude Debussy (1862-1918)
La Chevelure L.90/2
YOU’RE FREE TO EAT FROM ANY TREE IN THE GARDEN
Francis Poulenc
Couplets bachiques FP 42/5
Arnold Schönberg (1874-1951)
Arie aus dem Spiegel von Arcadien
THE FRUIT OF THE TREE WAS PLEASING TO THE EYE
Leonello Casucci (1885-1975)
Just a Gigolo
Edvard Grieg (1843-1907)
To a Devil
NOW THE SERPENT WAS MORE CRAFTY THAN ANY OF THE WILD ANIMALS
Francis Poulenc
Le Serpent FP 15b/1
BUT OF THE TREE OF THE KNOWLEDGE OF GOOD AND EVIL YOU SHALL NOT EAT
Robert Schumann (1810-1856)
Lorelei Op.53/2
Frühlingsfahrt Op.45/2
YOU WILL BE LIKE GOD, KNOWING GOOD AND EVIL
Fanny Hensel (1805-1847)
Die Nonne
SHE TOOK OF ITS FRUIT AND ATE
Lothar Brühne (1900-1958)
Kann denn Liebe Sünde sein
Jake Heggie (*1961)
The Snake
THE EYES OF BOTH OF THEM WERE OPENED
Franz Schubert (1797-1828)
Heidenröslein D.257
Gretchen am Spinnrade D.118
Hanns Eisler (1898-1962)
Die Ballade vom Paragraphen 218
THE SERPENT TRICKED ME, AND I ATE
Robert Schumann
Wer nie sein Brot mit Tränen aß Op.98a/4
HE PLACED CHERUBIM TO GUARD THE WAY TO THE TREE OF LIFE
Gabriel Fauré
In paradisum
Gustav Mahler (1860-1911)
Urlicht

Benjamin Appl, baryton
James Baillieu, piano

 

1 cd Alpha Classics

Enregistrement : 27-30 juillet 2020
Lugano, RSI, Auditorio Stelio Molo
Productrice musicale : Valentina Bensi
Ingénieur du son : Michaël Rast

Parution le 23 juin 2023

 

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG