Forum Opéra

Récital de Benjamin Appl – Festival de Saint-Denis

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
25 juin 2023
L’invitation au voyage de Benjamin Appl

Note ForumOpera.com

5

Infos sur l’œuvre

Détails

Anonyme
I will give my Love an Apple

Gabriel Fauré (1845-1924)
In Paradisum (extrait du Requiem)

Ivor Gurney (1890-1937)
The Apple Orchard

Hugo Wolf (1860-1903)
Ganymed
An die Geliebte
Und willst du deinen Liebsten sterben sehen

Kurt Weill (1900-1950)
Youkali

Francis Poulenc (1899-1963)
L’Offrande
Couplets bachiques (extraits des Chansons gaillardes)
Le Serpent (extrait du Bestiaire)

Reynaldo Hahn (1874-1947)
A Chloris

Richard Strauss (1864-1949)
Das Rosenband

Roger Quilter (1877-1953)
Now Sleeps the Crimson Petal

Claude Debussy (1862-1918)
La Chevelure (extrait des Trois Chansons de Bilitis)

Arnold Schönberg (1874-1951)
Seit ich so viele Weiber sah

Edvard Grieg (1843-1907)
To a Devil

Leonello Casucci (1885-1975)
Just a Gigolo

Clara Schumann (1819-1896)
Lorelei

Fanny Hensel-Mendelssohn (1805-1847)
Die Nonne

Lothar Brühne (1900-1958)
Kann denn Liebe Sünde sein

Jake Heggie (né en 1961)
Snake

Franz Schubert (1797-1828)
Heidenröslein
Gretchen am Spinnrade

Hanns Eisler (1898-1962)
Ballade zum Paragraphen 218

Robert Schumann (1810-1856)
Frühlingsnacht
Wer nie sein Brot mit Tränen ass

Gustav Mahler (1860-1911)
Urlicht

Benjamin Appl, baryton
James Baillieu, piano

Saint-Denis, salle de musique de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur, le dimanche 18 juin 2023, 17h

Ce n’est pas un récital que Benjamin Appl a donné ce dimanche, dans la salle de musique du Lycée de la légion d’honneur de Saint-Denis ; c’est un voyage qu’il a proposé, autour du jardin d’Eden, reprenant le programme de son nouveau disque, Forbidden fruit, paru le 23 juin chez Alpha. Et puisque les voyages commencent et finissent souvent de la même façon, le baryton démarre et conclut le parcours du fond de la salle, regardant la scène où le pianiste James Baillieu l’accompagne mais se fait aussi soliste, dans une transcription très à propos du « In paradisum » du Requiem de Fauré.

Le chemin se dessine ainsi, versatile et polyglotte, balisé par quelques phrases issues de la genèse. Il serait laborieux de détailler chaque élément de ce florilège de 26 mélodies, d’autant plus que ce qui frappe l’auditeur, c’est d’abord un ton, une originalité, un talent indéniable pour faire des pas de côté avant de reprendre le cours du propos : la mélodie anonyme « I will give my love an Apple » fait évidemment figure de clin d’œil et de signature, mais nous projette également dans la solennité d’un recueillement qui se prolonge avec des pièces de Wolf loin de toute emphase, d’où émerge un « Ganymed » tout aussi sobre que sombre, puis se fissure avec des pièces françaises aux saveurs plus terrestres. Ainsi de la grivoise « Offrande » de Francis Poulenc, du « Youkali » de Weill, qui trouve tout naturellement sa place dans un tel programme, et de la sublime « A Chloris » écrite par Reynaldo Hahn sur un poème de Théophile de Viau, dont les langueurs tombent sans un pli sur la voix à la fois mâle et juvénile de Benjamin Appl. Le voluptueux « Das Rosenband » de Strauss et l’érotisme de « La Chevelure » inspirée à Debussy par Pierre Louÿs dessinent une union d’Adam et Eve saisissante quand le très gaillard « Seit ich so viele Weiber sah » du jeune Schönberg et le « Just a gigolo » de Leonello Casucci laissent entrevoir, chacun à sa façon, la tentation qui provoquera la Chute. Quant à la pomme tendue à Eve, elle nous donne l’occasion d’écouter des mélodies plus rares de Clara Schumann (Lorelei) ou de Fanny Hensel-Mendelssohn (die Nonne), puis d’entendre la protagoniste interpeller directement le serpent dans une belle mélodie syncopée signée Jake Heggie. D’une façon fascinante, c’est au moment de l’expulsion du Paradis qu’interviennent les grands lieder romantiques : « Marguerite au Rouet » et « Heidenröslein » montrent quel Schubertien est Appl, capable d’impulser beaucoup d’intensité dramatique sans fracturer la ligne de chant ni perdre en tenue vocale – et « Wer nie sein Brott mit Tränen ass » de Schumann tient par la même violence contenue.

Car un tel voyage ne vaut qu’avec des guides à la hauteur, capables de donner sa cohérence à l’ensemble du parcours sans que les interprétations en deviennent seulement conjoncturelles : que Wolf, Strauss, Poulenc, Schubert, Clara Schumann ou Grieg gardent leur valeur intrinsèque, leurs couleurs et leurs qualités propres, servent le programme sans s’y soumettre. Le timbre de Benjamin Appl, ses reflets noirs capables de se parer de brusques éclaircissements, ses qualités de diction, quelle que soit la langue, constituent sans doute l’instrument le plus apte à éclairer chaque étape, tout à la fois dans sa particularité et dans sa grandeur musicale inhérente ; James Baillieu, au piano, est à cet égard plus qu’un accompagnateur : un partenaire aux phrasés  très subtils, avec qui le dialogue se noue et progresse sans jamais divaguer. Alors qu’un orage d’été éclate et fait s’ouvrir les portes-fenêtres de l’auditorium, l’« Urlicht » de Gustav Mahler résonne moins comme une étape finale que comme autant de points de suspension : quelle sera la prochaine aventure où nous convieront de tels artistes ?

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

5

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Anonyme
I will give my Love an Apple

Gabriel Fauré (1845-1924)
In Paradisum (extrait du Requiem)

Ivor Gurney (1890-1937)
The Apple Orchard

Hugo Wolf (1860-1903)
Ganymed
An die Geliebte
Und willst du deinen Liebsten sterben sehen

Kurt Weill (1900-1950)
Youkali

Francis Poulenc (1899-1963)
L’Offrande
Couplets bachiques (extraits des Chansons gaillardes)
Le Serpent (extrait du Bestiaire)

Reynaldo Hahn (1874-1947)
A Chloris

Richard Strauss (1864-1949)
Das Rosenband

Roger Quilter (1877-1953)
Now Sleeps the Crimson Petal

Claude Debussy (1862-1918)
La Chevelure (extrait des Trois Chansons de Bilitis)

Arnold Schönberg (1874-1951)
Seit ich so viele Weiber sah

Edvard Grieg (1843-1907)
To a Devil

Leonello Casucci (1885-1975)
Just a Gigolo

Clara Schumann (1819-1896)
Lorelei

Fanny Hensel-Mendelssohn (1805-1847)
Die Nonne

Lothar Brühne (1900-1958)
Kann denn Liebe Sünde sein

Jake Heggie (né en 1961)
Snake

Franz Schubert (1797-1828)
Heidenröslein
Gretchen am Spinnrade

Hanns Eisler (1898-1962)
Ballade zum Paragraphen 218

Robert Schumann (1810-1856)
Frühlingsnacht
Wer nie sein Brot mit Tränen ass

Gustav Mahler (1860-1911)
Urlicht

Benjamin Appl, baryton
James Baillieu, piano

Saint-Denis, salle de musique de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur, le dimanche 18 juin 2023, 17h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Cecilia Bartoli et Andreas Scholl comme au bon vieux temps !
Cecilia BARTOLI, Andreas SCHOLL, Sara MINGARDO
Spectacle