Forum Opéra

Jonathan Tetelman : Arias

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CDSWAG
9 octobre 2022
Magnifiques débuts discographiques

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Amilcare Ponchielli
La Gioconda
« Cielo e mar! »

Umberto Giordano
Fedora
« Amor ti vieta »

Giuseppe Verdi
I due Foscari
« Non maledirmi, o prode »
Friedrich von Flotow
Martha
« M’apparì tutt’amor

Georges Bizet
Carmen
« La fleur que tu m’avais jetée »

Francesco Cilea
Adriana Lecouvreur
« La dolcissima effigie »

Giuseppe Verdi
La Forza del Destino

« La vita è inferno »

Umberto Giordano
Andrea Chénier

« Come un bel dì di Maggio »

Riccardo Zandonai
Francesca da Rimini

« Paolo datemi pace » *

Jules Massenet

Werther
« Toute mon âme est là – Pourquoi me réveiller »

Pietro Mascagni

Cavalleria rusticana

« Mamma, quel vino è generoso » **

Giacomo Puccini

Madama Butterfly

« Addio fiorito asil »

Giuseppe Verdi
Il Trovatore

« Ah! sì, ben mio, coll’essere » *

« Di quella pira » * & ***

Jonathan Tetelman

Vida Miknevičiūtė *

Magdalena Łukawska **

José Simerilla Romero ***

Chœur de la Capella Cracoviensis

Orquesta Filarmónica de Gran Canaria

Direction musicale

Karel Mark Chichon

1 CD Deutsche Grammophon B0B2TNPJ7C

Enregistré à la Sala Sinfonica de l’Auditorium Alfredo Kraus, Las Palmas de Gran Canaria en octobre et novembre 2021

Durée 56′ 29 »

Né en 1988 à Castro au Chili et adopté par une famille américaine à l’âge de sept mois, Jonathan Tetelman a grandi dans le cadre prestigieux de Princeton où ses dons vocaux sont remarqués et encouragés dès son plus jeune âge. Adulte, il est tout d’abord baryton avant de s’orienter vers la tessiture de ténor. La reconversion n’est pas aisée, et le jeune homme arrête même un temps ses études vocales pour devenir DJ.  Après avoir repris son apprentissage, il obtient une première distinction en 2016 (le prix du public au concours Mildred Miller de Pittsburg) et interprète dans la foulée son premier rôle de soliste avec Eisenstein dans Die Fledermaus au Kaye Playhouse at Hunter college de New York. A l’occasion de sa Tosca à Lille, Camille De Rijck écrit : « La star de la soirée, c’est le ténor Jonathan Tetelman, sorte de Franco Corelli qui aurait mangé du Jonas Kaufmann au petit déjeuner. Chant ample et rayonnant, d’une facilité presque nonchalante de la cave au plafond et qui – en plus – se prélasse dans des pianissimi d’une grâce soyeuse ».

Ce premier CD vient largement confirmer cette impression flatteuse. Le timbre, cuivré, est séduisant, riche en harmoniques sur toute la tessiture. La voix s’épanouit dans le haut du registre, sans effort apparent. L’émission y est plus lyrique que spinto, même et surtout justement dans le répertoire de spinto, à l’inverse de son jeune confrère Freddie De Tommaso. C’est imparablement flatteur à l’oreille. Le chanteur peut se le permettre à son jeune âge, mais ce n’est pas non plus sans risque pour la fatigue de la voix. Le registre grave parait plus artificiel. Dans le bas médium, la voix trémule, comme si le chanteur forçait ses moyens. Le ténor est ainsi parfaitement à l’aise dans les airs les plus tendus, comme I Due Foscari, Martha, Madama Butterfly, Francesca da Rimini ou encore dans Il Trovatore couronné d’un phénoménal contre ut final. En revanche, dans La Gioconda qui ouvre l’album, on retrouve un peu du vibratello prégnant d’un Joseph Calleja, avec d’ailleurs les mêmes finesses interprétatives. Le chanteur maîtrise également l’art de mixer les registres, attaquant par exemple forte le si bémol de « La Fleur » pour le terminer sur un divin morrendo (ce n’est pas écrit comme ça mais ça devrait)Au-delà de ces performances vocales, on apprécie surtout une musicalité hors pair, un chant racé et un excellent technique déjà bien installée. On saluera également la maîtrise du phrasé verdien (son Foscari évoque ainsi Carlo Bergonzi, le grand verdien de l’après-guerre). La diction française est le plus souvent de qualité, et son interprétation du « Pourquoi me réveiller », fine mais sans maniérisme, est déjà pleine de promesses pour une ultérieure prise de rôle, d’autant que son physique de jeune premier romantique un brin ombrageux conviendrait tout à fait au rôle (mais laissons le temps au temps…). Ce qui est le plus important toutefois, c’est que la technique et les moyens sont ici avant tout au service de l’expression, avec un sens dramatique particulièrement juste, même dans ces pages pour la plupart rebattues. Ainsi, par exemple, la scène finale de Cavalleria rusticana nous permet d’entendre toute une variété de sentiments, magnifiquement rendus par la seule force du chant. Dans le duo de Francesca da Rimini (ouvrage qu’il a interprété à la scène), Vida Miknevičiūtė prête sa voix au rôle-titre. La chanteuse manque un peu de couleurs et d’italianità, mais son interprétation est justement vibrante. La prise de son est un peu trop réverbérée (si on veut entendre un récital comme dans un cathédrale, il suffit de s’en acheter une) et le programme à peine moins chiche que celui du dernier CD de Freddie De Tommaso (56 minutes contre 50 pour le ténor italo-britannique).

L’Orquesta Filarmónica de Gran Canaria n’a sans doute pas la subtilité de formations plus prestigieuses, mais, sous la baguette experte, et surtout enthousiaste, de Karel Mark Chichon, on apprécie un vrai engagement, un sens dramatique qui ne fait qu’un avec le chanteur, loin de certains accompagnements compassés et indifférents.

Après Pene Pati et Freddie De Tommaso, l’actualité des enregistrements nous propose un nouveau ténor remarquable : une excellente nouvelle pour l’avenir.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
61ar533o8il._sl1200_

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Amilcare Ponchielli
La Gioconda
« Cielo e mar! »

Umberto Giordano
Fedora
« Amor ti vieta »

Giuseppe Verdi
I due Foscari
« Non maledirmi, o prode »
Friedrich von Flotow
Martha
« M’apparì tutt’amor

Georges Bizet
Carmen
« La fleur que tu m’avais jetée »

Francesco Cilea
Adriana Lecouvreur
« La dolcissima effigie »

Giuseppe Verdi
La Forza del Destino

« La vita è inferno »

Umberto Giordano
Andrea Chénier

« Come un bel dì di Maggio »

Riccardo Zandonai
Francesca da Rimini

« Paolo datemi pace » *

Jules Massenet

Werther
« Toute mon âme est là – Pourquoi me réveiller »

Pietro Mascagni

Cavalleria rusticana

« Mamma, quel vino è generoso » **

Giacomo Puccini

Madama Butterfly

« Addio fiorito asil »

Giuseppe Verdi
Il Trovatore

« Ah! sì, ben mio, coll’essere » *

« Di quella pira » * & ***

Jonathan Tetelman

Vida Miknevičiūtė *

Magdalena Łukawska **

José Simerilla Romero ***

Chœur de la Capella Cracoviensis

Orquesta Filarmónica de Gran Canaria

Direction musicale

Karel Mark Chichon

1 CD Deutsche Grammophon B0B2TNPJ7C

Enregistré à la Sala Sinfonica de l’Auditorium Alfredo Kraus, Las Palmas de Gran Canaria en octobre et novembre 2021

Durée 56′ 29 »

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Feu sacré, sacré feu !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le Désir interrogé et sublimé
Ian BOSTRIDGE, Brad MEHLDAU
CD