Forum Opéra

La troupe de l'Opéra de Paris – Liliane Berton

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
20 septembre 2017
Liliane, pourquoi as-tu fait tes valises ?

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Christoph Willibald Gluck

« Si les doux accords » (Orphée)

Wolfgang Amadeus Mozart

« Sull’ aria », « Viens, cher amant » (Le Nozze di Figaro)

Gioachino Rossini

« Rien ne peut changer mon âme » (Il barbiere di Siviglia)

Victor Massé

« Au bord du chemin » (Les Noces de Jeannette)

Adolphe Adam

« De vos nobles aïeux » (Si j’étais roi)

Giacomo Meyerbeer

« Ombre légère » (Le Pardon de Ploërmel)

Charles Gounod

« Faites-lui mes aveux » (Faust)

Georges Bizet

« Me voilà seule dans la nuit » (Les Pêcheurs de perles)

« Ne me grondez pas » (Le Docteur Miracle)

Jules Massenet

« Du gai soleil » (Werther)

Francis Poulenc

« Encore ces maudites fèves… » (Dialogues des carmélites)

Darius Milhaud

Air de Manuela (Bolivar)

Giancarlo Menotti

« Allo, Margaret, c’est toi ! » (Le Téléphone)

Edmond Audran

« Un jour Margot » (La Cigale et la fourmi)

André Messager

« Rossignol » (Monsieur Beaucaire)

« Petite dinde ! » (Véronique)

« Je suis jolie » (Isoline)

Charles Cuvillier

« O la troublante volupté ! » (La Reine joyeuse)

Reynaldo Hahn

« La banlieue » (Ciboulette)

Vincent Youmans

« Non, non, Nanette » (No, no, Nanette)

Franz Schubert

« Auf dem Wasser zu singen »

Liliane Berton, soprano

Orchestres dirigés par Serge Baudo, Richard Blareau, Paul Bonneau, Marcel Cariven, André Cluytens, Pierre Cruchon, Antonio de Almeida, Louis de Froment, Pierre Dervaux, Roger Ellis, Jean Fournet, Jules Gressier, Jean Laforge, Alain Lombard, Silvio Varviso

Enregistrements réalisés entre 1952 et 1964

1 CD Malibran MR815 – 79 minutes

Ah, madame Liliane Berton, pourquoi avez-vous si tôt fait vos valises, après à peine un quart de siècle de carrière ? Et pourquoi votre parcours fut-il presque exclusivement hexagonal, alors que vous fûtes une si adorable Suzanne à Glyndebourne en 1963, aux côtés de Leyla Gencer en comtesse (une des représentations fut même alors diffusée par la télévision britannique) ? Alors que vous aviez une carte de visite aussi splendide que la Sœur Constance de Dialogues des carmélites, dont vous aviez assuré la création française – la vraie –, à l’Opéra de Paris en 1957 ?

Vous dont le sourire s’entend dès les premières notes, vous dont l’extrême aigu semblait toujours facile et ne vrillait jamais les oreilles. Pourquoi d’autres, plus médiatiques, surent-elles mieux s’imposer dans les mémoires, alors que votre colorature valait bien les leurs ? Avec une voix pareille, on admet aussitôt que Les Noces de Jeannette puisse être un chef-d’œuvre injustement négligé, et que Si j’étais roi est une partition dont le retour sur les scènes s’impose au plus vite. Avec cette voix gorgée de suc, Sophie de Werther n’a rien d’une gamine qu’on a envie de gifler.

Bien sûr, de Liliane Berton, on connaissait au moins le Siebel du Faust de Cluytens ; bien sûr, sa Sœur Constance chez Poulenc est une référence, mais qui se plaindra de l’entendre une fois de plus chanter aussi merveilleusement cette phrase qui résume si bien le personnage, et qui se conclut sur un aigu inimitable : « Après tout, dois-je être blâmée parce que le service du bon Dieu m’amuse ? ».

Alors, évidemment, il y a des rôles où nous avons pris l’habitude d’entendre des formats vocaux un rien supérieurs, où l’on attend une grande dame plutôt que la plus exquise des soubrettes. Les Rosine sopranos se sont faites de en plus plus rares (mais il en existe encore, malgré la Rossini Renaissance). On espère désormais, à tort ou à raison, une voix plus ample pour Leïla. Bien sûr, le lied de Schubert, en version française, qui conclut le disque, est une curiosité qui paraîtra totalement extra-terrestre à l’auditeur du XXIe siècle. En revanche, sans jamais se départir de son élégance de phrasé, Liliane Berton possédait un tempérament de comédienne qui faisait merveille dans l’opérette (écoutez-la dans Véronique  ou dans Ciboulette !). Qu’attend-on – à part un talent comparable au sien – pour nous redonner Isoline de Messager ?

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
815

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Christoph Willibald Gluck

« Si les doux accords » (Orphée)

Wolfgang Amadeus Mozart

« Sull’ aria », « Viens, cher amant » (Le Nozze di Figaro)

Gioachino Rossini

« Rien ne peut changer mon âme » (Il barbiere di Siviglia)

Victor Massé

« Au bord du chemin » (Les Noces de Jeannette)

Adolphe Adam

« De vos nobles aïeux » (Si j’étais roi)

Giacomo Meyerbeer

« Ombre légère » (Le Pardon de Ploërmel)

Charles Gounod

« Faites-lui mes aveux » (Faust)

Georges Bizet

« Me voilà seule dans la nuit » (Les Pêcheurs de perles)

« Ne me grondez pas » (Le Docteur Miracle)

Jules Massenet

« Du gai soleil » (Werther)

Francis Poulenc

« Encore ces maudites fèves… » (Dialogues des carmélites)

Darius Milhaud

Air de Manuela (Bolivar)

Giancarlo Menotti

« Allo, Margaret, c’est toi ! » (Le Téléphone)

Edmond Audran

« Un jour Margot » (La Cigale et la fourmi)

André Messager

« Rossignol » (Monsieur Beaucaire)

« Petite dinde ! » (Véronique)

« Je suis jolie » (Isoline)

Charles Cuvillier

« O la troublante volupté ! » (La Reine joyeuse)

Reynaldo Hahn

« La banlieue » (Ciboulette)

Vincent Youmans

« Non, non, Nanette » (No, no, Nanette)

Franz Schubert

« Auf dem Wasser zu singen »

Liliane Berton, soprano

Orchestres dirigés par Serge Baudo, Richard Blareau, Paul Bonneau, Marcel Cariven, André Cluytens, Pierre Cruchon, Antonio de Almeida, Louis de Froment, Pierre Dervaux, Roger Ellis, Jean Fournet, Jules Gressier, Jean Laforge, Alain Lombard, Silvio Varviso

Enregistrements réalisés entre 1952 et 1964

1 CD Malibran MR815 – 79 minutes

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG