Forum Opéra

Orphée aux enfers libéraux (Thierry Santurenne)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Livre
19 octobre 2023
L’opéra, sauveur du monde

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Thierry Santurenne
Orphée aux enfers libéraux

Nombre de pages : 416
Format : 153mm x 235mm
Prix du format papier : 30€

Fayard

L’opéra, « miroir du monde », « véhicule d’une pensée sociale et politique », « principale caisse de résonnance des mouvements esthétiques, littéraires et philosophiques », « vecteur d’idées nouvelles, subversives ou révolutionnaires ». Soit. Encore faut-il le démontrer. Telle est l’entreprise (qui n’eut jamais d’exemple) formée par Thierry Santurenne dans Orphée aux enfers libéraux – titre à tiroir dont on avoue ne pas avoir trouvé la clé. Agrégé de lettres, chercheur associé au Laboratoire interdisciplinaire d’étude du politique Hannah Arendt de l’Université de Paris-Créteil, grand amateur d’art lyrique, l’auteur, dont nous avons appris avec tristesse la soudaine disparition le 9 septembre dernier, aimait tendre des passerelles entre littérature, société et opéra.

Sa démonstration se concentre sur le répertoire vingtièmiste, porteur plus qu’un autre des questions qui agitent notre époque. Questions existentielles, de genre, de pouvoir, d’argent, de religion et même d’écologie (à travers La Petite renarde rusée). Chacun de ces sujets est abordé par le prisme d’un ouvrage lyrique du XXe siècle disséqué au scalpel. Prima le parole, dopo la musica. Le livret, avant la partition, fait l’objet d’un examen détaillé, cette dernière n’intervenant qu’en renfort de l’analyse. Or l’opéra se veut l’union accomplie de l’un et l’autre. Là se trouve la limite de l’exercice.

L’énorme travail de réflexion et de recherche ouvre sinon des perspectives inattendues sur chacune des œuvres considérées. Dialogues des carmélites, par exemple, au cœur des préoccupations d’identité sexuelle, se voit présenté « sous des dehors paradoxaux d’un parcours mystique » comme « une aventure initiatique qui mène à la pleine acceptation de la sexualité et de la féminité ». Comment ? En interprétant la peur congénitale de Blanche comme celle de la perte de la virginité, le tumulte révolutionnaire étant assimilé au désir masculin et la scène finale de l’exécution des religieuses métaphorisant l’initiation sexuelle redoutée. Certains contesteront cette lecture freudienne du chef-d’œuvre de Francis Poulenc ; nul ne pourra remettre en cause sa cohérence et sa possibilité.

De fil en aiguille, du Rosenkavalier au Grand Macabre, Thierry Santurenne arrive à la conclusion que l’opéra est une forme d’art supérieure, qui « oblige à se pencher, plus que d’autres, sur les questions sensibles du temps » pour participer, in fine, à la sauvegarde de l’humanité. Qui parmi nous le contredira ?

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
Orphée aux enfers libéraux (Santurenne)

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Thierry Santurenne
Orphée aux enfers libéraux

Nombre de pages : 416
Format : 153mm x 235mm
Prix du format papier : 30€

Fayard

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG