De l'autre côté du miroir (ou de la porte)

Coraline - Lille

Par Laurent Bury | ven 09 Novembre 2018 | Imprimer

Après le grand succès d’Anna Nicole, on comprend que Mark Anthony Turnage ait reçu d’autres commandes, mais il est assez cocasse que la réussite de son opéra consacré au désarroi d’une strip-teaseuse principalement connue pour la démesure de ses implants mammaires ait inspiré le désir de lui faire écrire un spectacle jeune public. Covent Garden et l’Opéra de Lille ont donc uni leurs forces avec Stockholm, Fribourg et Melbourne pour ce qui allait devenir Coraline, une fois que le compositeur eut trouvé le sujet idéal : un roman de Neil Gaiman destinés à des lecteurs de 9 ans au moins, où l’on retrouve bien des éléments issus de classiques de la littérature fantastique. La protagoniste, âgée de 11 ans, est en effet une nouvelle Alice qui, telle l’héroïne de Lewis Carroll, franchit une limite apparemment impénétrable (une porte murée) derrière laquelle elle découvre un univers symétrique de sa réalité, comme De l’autre côté du miroir. La symétrie gagne aussi les personnes, puisque les parents et voisins de Coraline ont leur double de l’autre côté de la porte. On rejoint les contes de fées lorsque l’Autre Mère se révèle être une sorcière qui capture les enfants et les enferme dans un miroir. Quand ce sujet prend forme lyrique, c’est l’ombre de L’enfant et les sortilèges qui plane sur l’œuvre : comme l’Enfant de Colette et Ravel, Coraline commence par s’ennuyer, avant de basculer dans un monde parallèle qui s’avère bien plus hostile qu’elle ne l’avait d’abord cru.

Pas question, bien sûr, de refaire le chef-d’œuvre de Ravel, mais l’on s’étonne quand même que Turnage n’ait pas saisi certaines perches flagrantes : quand Coraline rencontre trois enfants prisonniers de la sorcière, l’un capturé sous le règne de George III, l’autre en 1862 et le dernier en 1974, on regrette qu’une valse serve de fond sonore à la présentation de tous trois, là où il aurait été bien facile de les caractériser musicalement. Les visites chez les voisins rappellent le découpage de L’Enfant et les sortilèges, semblable à une revue de music-hall, mais on aurait pu souhaiter des numéros un peu plus pétillants. De manière générale, l’action aurait gagné à être resserrée : une heure quarante, cela peut sembler long pour un spectacle destiné aux jeunes (même si les classes qui remplissaient la salle en ce vendredi après-midi se sont parfaitement tenues). Où est passé l’énergie qui irriguait Anna Nicole ? L’adaptation en français rend sans doute la déclamation moins naturelle, mais cela n’explique pas tout. Les tempos adoptés par Arie van Beek auraient-ils pu être plus allants ? La quinzaine d’instrumentistes issus de l’Orchestre de Picardie forment un joyeux ensemble dans les passages orchestraux, mais le discours devient plus étale dans le dialogue, et c’est dommage.


Coraline - Opéra de Lille, novembre 2018 © Frédéric Iovino

Heureusement, le spectacle est monté avec soin et imagination. Chorégraphe pour Anna Nicole, Aletta Collins relève les défis de l’œuvre, soutenue par l’inventivité de son décorateur et de sa costumière. Il suffit de faire pivoter le mur du fond pour passer d’un monde à l’autre, et les quelques effets spéciaux sont parfaitement réussis, notamment une main de sorcière tout droit sortie de La Famille Adams. Vocalement, Coraline est constamment en scène : il faut donc trouver une interprète qui combine la juvénilité physique nécessaire et l’endurance indispensable. L’Opéra de Lille a fait le bon choix en la personne de Florie Valiquette, soprano québécoise présente dans Svadba, production aixoise qui a beaucoup tourné. La voix n’a pas toujours exactement la puissance qu’on voudrait, mais l’interprète est en adéquation totale avec le personnage, et porte sur ses épaules une bonne partie du spectacle. A ses côtés, l’autre rôle le plus marquant est celui que tient Marie Lenormand : on ne perd pas un mot de tout ce que chante la mezzo, si parfaite en sorcière qu’on attend avec impatience le jour où elle abordera Grignotte dans Hänsel et Gretel. Philippe-Nicolas Martin met la totalité de sa tessiture au service du père inventeur. Les autres personnages ont un peu moins le temps d’exister et se bornent à de simples silhouettes, même si Carl Ghazarossian, Sophie Marin-Degor et Victor Sicard unissent régulièrement leurs voix pour adresser à Coraline d’inquiétantes mises en garde (sonorisées).

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.