Forum Opéra

Des révélations au 24e Concours de Chant de Clermont

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Actualité
26 février 2015

Infos sur l’œuvre

Détails

Organisé par le Centre Lyrique d’Auvergne, le 24e Concours International de Chant de Clermont-Ferrand s’est déroulé du 17 au 21 février à l’Opéra-Théâtre de la ville. C’est une mezzo, Elsa Dreisig – retenez bien ce nom – âgée de 23 ans, qui en est la grande triomphatrice. A elle seule, elle décroche pas moins de quatre récompenses : le rôle de Rosina du Barbier de Séville, coproduit par Opéra Nomade, en tournée en 2016 et 2017 ; le Prix du Public Bernard-Plantey ; le Prix du Jeune Public Ville de Clermont ; et enfin le Prix du Jeune Espoir du Centre Français de Promotion Lyrique. Une consécration pour la jeune franco-danoise qui a débuté dans les maîtrises de Wallonie et de Lyon avant d’intégrer la Hochschule de Leipzig et le CNSM de Paris où elle termine actuellement une licence. En septembre dernier elle était Jenny dans Les Parapluies de Cherbourg aux côtes de Natalie Dessay au Châtelet, rôle qu’elle reprendra sur cette même scène fin juin prochain. Elle conjugue toutes les qualités qui font d’elle une personnalité prometteuse : aigus vertigineux atteints avec une facilité étourdissante, graves bien timbrés, souplesse à vocaliser, et une vraie fraîcheur de comédienne.


Elsa Dreisig et Viktor Korotych © Lucas Falchero

C’est le baryton ukrainien Victor Korotych, 34 ans, déjà titulaire d’une carrière bien étoffée en Europe, mais plus discrète en France, qui lui apportera la réplique. Là encore le jury ne pouvait qu’être conquis par son Figaro d’une altière étendue vocale doué d’une projection harmonieuse et sans effort, toute en rondeur et puissance. Mais l’annonce faite par le jury de n’avoir pu trouver chaussure à son pied pour le rôle de Basilio parmi les trois basses encore en lice lors de la finale, déclenchait un véritable tollé dans le public. Avis aux amateurs, les auditions sont ouvertes !


Edward Grint et Patrick Kilbride © Lucas Falchero

Deux autres récompenses sous forme d’engagements étaient attribuées pour les rôles de Damon et Polyphemus dans Acis et Galatée de Haendel, en octobre prochain à Avignon, en février 2016 à Clermont et en août 2016 au festival de La Chaise-Dieu. Ce sont respectivement le ténor américain Patrick Kilbride, 25 ans, et la basse britannique Edward Grint, 31 ans, qui décrochent la palme. A la retenue sensible et subtilement ductile du premier répondait la faconde d’un baroque au caractère bien trempé du second. Galathée quant à elle reste sans voix faute d’avoir trouvé sa candidate idéale. Sans que cette fois l’assistance n’y trouve à redire…


Hélène Walter © Lucas Falchero

Autres découvertes et non des moindres avec le dernier prix. D’une part Here, pièce lyrique contemporaine d’Oscar Bianchi, qui sera créé au Festival Musiques Démesurées de Clermont le 13 novembre 2015, et d’autre part la plus que prometteuse soprano française Hélène Walter, 25 ans, qui en sera l’interprète après en avoir livré samedi une lecture remarquable d’intelligence et d’émotion.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le 339e numéro de l’Avant-Scène Opéra accompagne une nouvelle production de Guercœur à l’Opéra national du Rhin du 28 avril au 28 mai 2024.
Actualité
Les plus grands opéras du répertoire confiés non à des chanteurs mais à des stars du grand écran.
Actualité
Claveciniste, chef d’orchestre et directeur artistique de Concerto Copenhagen depuis près de vingt cinq ans, Lars Ulrik Mortensen dirige régulièrement, chez lui, à l’Opéra Royal de Copenhague.
Interview