Forum Opéra

Questionnaire de Proust — Anthea Pichanick : « Le jour de la mort de Pavarotti j’ai passé ma journée en pyjama à l’écouter »

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Interview
29 août 2023
Anthea Pichanick est l’une des contralto les plus excitantes de la nouvelle génération. Elle se prête à notre Questionnaire de Proust lyrique.

Infos sur l’œuvre

Détails

On la retrouvera le 9 septembre sur France Musique avec son Trio Dara, elle enregistrera ce même mois un disque Händel pour le label Aparté avec l’ensemble Argonautes sous la direction de Jonas Descotte. On la retrouvera en Finlande pour le Requiem de Mozart ainsi que dans Mitridate, de Scarlatti, avec Thibault Noally au Louvre, au Concertgebouw et dans Il Diluvio Universale à Caen avec Leonardo Garcia Alarcon.

Mon meilleur souvenir dans une salle d’opéra ?
Lors d’un voyage avec notre professeur de musique du lycée nous avions assisté à une représentation de Tosca à l’Opéra de Paris.
L’intensité de cette musique dans ce cadre exceptionnel m’a littéralement bouleversée, ce souvenir ne m’a jamais quittée.

Le livre qui a changé ma vie ?
Changé ma vie non, mais plus jeune, la lecture de « Walden or Life in the Woods » de Henry Thoreau fut une prise de conscience à explorer les questions de la pertinence et du sens de nos choix de vies civilisées.
Trouvez ce livre chez votre libraire indépendant.

Le chanteur du passé avec lequel j’aurais aimé me produire.
Pavarotti. J’ai souvent fait ce rêve où il m’invitait à le rejoindre sur scène ( on peut rêver…) Le jour de sa mort j’ai passé ma journée en pyjama à l’écouter. C’était un jeudi, j’ai séché mes cours à la fac ce jour là…

Mon plus grand moment de grâce face à une œuvre d’art.
Me retrouver seule face à la “La Naissance de Vénus” de Botticelli, à la Galerie des Offices à Florence.

La ville où je me sens chez moi ?
Là où mes proches se trouvent.

La ville qui m’angoisse ?
Je suis rarement angoissée mais Paris me déstabilise, tant par ce qui la rend belle et unique que par ses incohérences et sa saleté…

Ce qui, dans mon pays, me rend le plus fier ?
La baguette ( Mie alvéolée et croûte croustillante à souhait)

Quel serait mon plus grand malheur :
Ne pas avoir connu ceux que j’aime

Mon pire souvenir avec un chef ?
Je n’en ai aucun, pour l’instant en tout cas…

Les chefs d’ensembles qui m’ont le plus appris ?
Régine Theodoresco, Hervé Niquet, Thibault Noally entre autres.

Quelle musique écoutez-vous (en dehors du baroque) :
Il y a toujours tout styles de musiques qui passent à la maison, beaucoup de jazz et de musique indienne, de la pop, et Bob Dylan dont je suis une vraie fan.

Si je pouvais apprendre un instrument du jour au lendemain, lequel serait-il ?
Les tablas. Ma maman est indienne et le son des tablas fait vibrer ma corde sensible.

À part chanter, ce que j’ai dû faire de plus compliqué sur scène ?
Chanter avec de la fumée qui sortait de ma chemise par le biais d’une machine à fumée accrochée dans mon dos. L’effet était génial mais ce n’était pas évident!

Le chanteur dont l’écoute m’a le plus appris ?
Marilyne Horne

Le chanteur du présent que je trouve d’une générosité rare ?
Marie Perbost, généreuse sur scène comme dans la vie. Une grande amie !

Si j’étais un personnage de Disney ?
J’aurais tendance à m’identifier à une de ces héroïnes: grandes, rebelles, sensibles, fortes et déterminées, mais d’après mon entourage je me rapproche plus de Mrs Samovar, la théière dans La belle et la bête… J’ai lu sa description et effectivement… Par contre physiquement je ne vois pas.

Ce que je déteste par-dessus tout :
Etre cataloguée

Ma personnalité historique préférée.
Nelson Mandela

Si j’étais un Lied ou une Mélodie
« Du bist die Ruh » de Schubert

Mon pire souvenir historique des 40 dernières années.
Les attentats de Paris, Nice…

Le rôle que je ne chanterai plus jamais.
Il ne faut jamais dire jamais..

Ma devise
J’en ai plusieurs, qui me portent:
« Be a rainbow in somebody else’s cloud. » Maya Angelou
« What counts in life is not the mere fact that we have lived. It is what difference we have made to the lives of others that will determine the significance of the life we lead. » Nelson Mandela

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Parole et Musique fait revivre L’Ombre, un rarissime opéra-comique français de Friedrich von Flotow. Ce magnifique ouvrage rapidement disparu de l’affiche fut une victime collatérale de la guerre de 1870, déclarée 12 jours après la première.
Interview
Après une Carmen remarquée en 2023 à l’Opéra de Rouen, Romain Gilbert vient de mettre en scène une flamboyante Gioconda au Teatro San Carlo de Naples. Quelques semaines avant le début du Festival d’Aix, dans lequel il mettra en espace la Clémence de Titus et assistera Claus Guth pour un Samson très attendu, rencontre avec le metteur en scène.
Interview
Le 29 janvier 1909 à Torre del Lago, la jeune Doria Manfredi, employée de la famille Puccini, meurt empoisonnée, poussée au suicide par Elvira Puccini qui l’accusait d’être la maîtresse de son mari. Le scandale est énorme. Si l’innocence de la jeune fille est rapidement reconnue, il faudra près de cent ans pour connaître l’incroyable vérité.
Actualité
[themoneytizer id="121707-28"]