Forum Opéra

BERLIOZ, Benvenuto Cellini — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
20 mars 2018
Berlioz Circus

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes et quatre tableaux sur un livret de Léon de Wailly et Auguste Barbier

Créé le 10 septembre 1838 à l’Opéra Le Peletier.

Détails

Mise en scène

Terry Gilliam

Co-mise en scène

Leah Hausman

Décors

Terry Gilliam et Aaron Marsden

Costumes

Katrina Lindsay

Lumières

Paule Constable

Vidéo

Finn Ross

Chorégraphie

Leah Hausman

Benvenuto Cellini

John Osborn

Teresa

Pretty Yende

Ascanio

Michèle Losier

Giacomo Balducci

Maurizio Muraro

Fieramosca

Audun Iversen

Le Pape Clément VII

Marco Spotti

Francesco

Vincent Delhoume

Bernardino

Luc Bertin-Hugault

Pompeo

Rodolphe Briand

Cabaretier

Se-Jin Hwang

Choeurs et Orchestre de l’Opéra national de Paris

Chef des Choeurs

José Luis Basso

Direction musicale

Philippe Jordan

Paris, Opéra Bastille, le mardi 20 mars 2018, 19h30

« Les fruits de l’amour passent, ceux de l’art sont immortels ». Berlioz a-t-il voulu contredire Balzac et son Chef d’œuvre Inconnu ? Dans Benvenuto Cellini, il nous montre un héros qui aime davantage qu’il crée. Et quand il se rappelle qu’il est un créateur, c’est pour s’en repentir (« La gloire était ma seule idole », son air du deuxième tableau, souvent coupé, heureusement rétabli ici) ou pour s’en plaindre (« Sur les monts les plus sauvages »). Cellini chez Berlioz est sculpteur comme il aurait pu être poète, chaudronnier, paysan ou notaire. Son métier ne sert pas à délivrer un discours de l’esthétique ni à méditer sur l’incompréhension qui sépare les hommes. Il n’est pas Tannhäuser, ni même Walther von Stolzing. Il est amoureux et, son amour entraînant péripéties et imbroglios, irréductiblement personnage de comédie. 

Face à l’échec de la création de l’œuvre en 1838, Théophile Gauthier avait écrit que pour retourner le public, « il aurait fallu écrire tout simplement sur l’affiche : Opéra bouffe ». Terry Gilliam l’a entendu au point même de dépasser probablement ses attentes les plus folles. Non seulement il n’y a pas une scène qui n’ait son gag, pas un pas qui ne se transforme en chute, mais cette comédie vire dès l’ouverture au cirque, avec son agitation, ses marionnettes géantes qui surgissent entre les rangées de l’orchestre et ses confettis qui pleuvent sur la salle, ses figurants surexcités qui peuplent l’espace sans laisser un instant de répit, ni un mètre carré de scène inoccupé. Impressionné et un peu séduit par tant de maîtrise, tant de verve, tant d’humour, on aurait sans doute exprimé quelques réserves devant tant d’exubérance muette, tant de moyens au service de la seule forme. Mais Gilliam sait choisir ses moments pour se montrer homme de théâtre : dans son spectacle frénétique, il verse, lors de la belle transition entre les deux parties du deuxième tableau comme dans l’intervention joliment déconstruire d’un pape qu’on sent trop heureux de se divertir en contemplant des marbres dénudés, une charme qui donne à ses blagues de potache des faux airs de poésie.


© Agathe Poupeney / Opéra national de Paris

Et finalement, son parti consistant à faire rire en poussant Benvenuto Cellini dans les derniers retranchements de l’opéra comique n’est pas incohérent, ni avec le livret, ni avec une partition où Berlioz s’amuse lui-même en se jouant des codes du grand opéra à la française, qu’il intègre, ingère et digère pour mieux les malaxer, les transformer, les broyer sous le poids de son orchestre immense qui cherche toujours l’effet de surprise. Dommage que la direction de Philippe Jordan, très accrochée à la mesure en ce soir de première, ne soit pas tout à fait au diapason ; il avait pourtant devant lui le meilleur des instruments : des musiciens impeccables.

Impeccables également, les choristes – au point qu’on tient à les citer ici avant les solistes, tant ils se montrent à la hauteur des exigences de leurs nombreuses interventions, un enchantement pour chacune d’entre elles. La distribution offre des bonheurs plus mélangés : joie d’entendre en la personne de John Osborn un Cellini idéal dans l’héroïsme comme dans l’élégie, aux aigus presque irréprochables. Enthousiasme devant l’Ascanio fougueux de Michèle Losier, qui se taille un franc succès dans ce qui est à peu près le seul « tube » de l’œuvre (« Mais qu’ai-je donc ? »), et devant l’abattage vocal et scénique de Pretty Yende, qui fait rapidement oublier les menus problèmes d’intonation qu’elle montre en début de soirée. Mais circonspection face au Balducci peu audible de Maurizio Muraro, au Fieramosca plus sonore, mais nanti d’une élocution brumeuse, d’Audun Iversen. N’y avait-il aucun chanteur francophone capable d’endosser ces rôles ? Parmi ces seconds rôles frustrants, seul le Clément VII de Marco Spotti tire son épingle du jeu en faisant s’esclaffer la salle : ce soir, il fallait prendre le parti d’en rire ! 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes et quatre tableaux sur un livret de Léon de Wailly et Auguste Barbier

Créé le 10 septembre 1838 à l’Opéra Le Peletier.

Détails

Mise en scène

Terry Gilliam

Co-mise en scène

Leah Hausman

Décors

Terry Gilliam et Aaron Marsden

Costumes

Katrina Lindsay

Lumières

Paule Constable

Vidéo

Finn Ross

Chorégraphie

Leah Hausman

Benvenuto Cellini

John Osborn

Teresa

Pretty Yende

Ascanio

Michèle Losier

Giacomo Balducci

Maurizio Muraro

Fieramosca

Audun Iversen

Le Pape Clément VII

Marco Spotti

Francesco

Vincent Delhoume

Bernardino

Luc Bertin-Hugault

Pompeo

Rodolphe Briand

Cabaretier

Se-Jin Hwang

Choeurs et Orchestre de l’Opéra national de Paris

Chef des Choeurs

José Luis Basso

Direction musicale

Philippe Jordan

Paris, Opéra Bastille, le mardi 20 mars 2018, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un choc, à la séduction et à la force renouvelées
Leonardo GARCÍA ALARCÓN, Ted HUFFMAN, Jasmin DELFS
Spectacle