Forum Opéra

MOUSSORGSKI, Boris Godounov — Moscou (Bolchoï)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
9 novembre 2020
Jamais meilleur qu’à domicile

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en sept scènes

Livret et musique de Modeste Moussorgski

Version orchestrée par Rimsky-Korsakov

Création de la version définitive (en 4 actes) au Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg le 27 janvier 1874

Détails

Mise en scène

Leonid Baratov / Igor Ushakov

Décors

Fyodor Fedorovsky / Alyona Pikalova

Chorégraphie

Leonid Lavrovsky / Ekaterina Mironova

Costumes

Elena Zaytseva

Lumières

Sergei Shevchenko

Boris

Mikhail Kazakov

Grigori

Oleg Dolgov

Chouïski

Maxim Paster

Pimène

Alexei Tikhomirov

Chtchelkalov

Konstantin Shuvakov

Fiodor

Yulia Mazurova

Xenia

Albina Latipova

Varlaam

Alexey Tikhomirov

Missaïl

Mikhail Yanenko

L’Aubergiste

Irina Rubtsova

Marina

Agunda Kulaeva

L’Innocent

Konstantin Artemiev

La Nourrice

Anastasia Bibicheva

Un officier de police

Vladimir Komovich

Un boyard

Zakhar Kovalyov

Mitioukha

Alexander Borodin

Chœur du Théatre du Bolchoï

Chef de Chœur

Valery Borisov

Orchestre du Théâtre du Bolchoï

Direction musicale

Alexander Soloviev

Moscou, Théâtre du Bolchoï, jeudi 4 novembre 2020, 19h

Pour le spectateur des années 2020, la mise en scène de Boris Godounov de Leonid Baratov de 1948, déjà ressuscitée en 2011 par Igor Ushakov, est un voyage dans le temps, et une illustration de ce qu’a été l’opéra pendant longtemps : des décors et des costumes fastueux, une pléthore de chanteurs et de figurants, une débauche gargantuesque de détails, dans un esprit de fidélité presque littérale à l’œuvre, en somme un conte de fée calibré pour un stade. 

Le rideau ne cesse de se lever et de tomber sur des tableaux toujours plus majestueux : palais impérial aux voûtes en ogive et au mobilier en bois ouvragé, esplanade du Kremlin écrasée par les bulbes d’or des églises, monastère aux murs couverts de gigantesques fresques éclairées par des chandelles orange, forêts glaciales aux arbres bleu penchés, etc. On a le sentiment de visiter la galerie Tretiakov dans les murs du Bolchoï ! 

Cette profusion visuelle est encore augmentée par les nombreux figurants, aux costumes extrêmement travaillés, des guenilles multicolores du petit peuple aux dentelles ajourées d’or des religieux, ainsi que par une chorégraphie emportée lors de la scène du bal en Pologne. On s’étonne moins de voir une telle mise en scène dans une Russie aujourd’hui nostalgique de son l’Empire, que du fait qu’elle ait vu le jour en URSS, sous Staline…

Mais la force de ce spectacle ne réside pas seulement dans cette orgie historico-folklorique. La musique nous fait également voyager dans le temps, puisque ce n’est pas la version de 1869 de Boris Godounov qui est ici jouée, ni non plus la moins courante de 1872, mais celle de Rimsky-Korsakov, qui a assuré la première gloire de l’œuvre, mais qui a depuis plusieurs décennies déjà cédé le pas aux versions jugées plus fidèles, d’aucuns allant même jusqu’à accuser Rimsky-Korsakov d’avoir « javellisé » le chef-d’œuvre de son confrère… 


Scène de bal © Damir Yusupov

L’orchestre du théâtre Bolchoï, conduit ce soir avec facilité par Alexander Soloviev, est d’une aisance étourdissante dans cette partition. En harmonie avec les décors, l’interprétation musicale s’inscrit sous le signe de l’abondance ; l’ensemble orchestral, foisonnant, appuie le rythme des scènes, gonfle jusqu’à la tonitruance lors de l’entrée en scène du tsar Boris (on notera aussi les sifflements des cymbales lors des scènes de folie), ou se fait élégamment mélodieux, par exemple avant l’imploration de l’innocent. 

Cet orchestre virevoltant est la force du spectacle du Bolchoï, mais un défi pour les chanteurs : il affaiblit les premiers airs du Boris de Mikhail Kazakov, qui saura mieux exploiter un chant par ailleurs incisif pour exprimer la rage du tsar ou ses derniers soupirs. Les cuivres, si jouissifs soient-ils, engloutissent presque la voix d’Agunda Kulaeva, dans le rôle de Marina, qui ne perce pas malgré un joli vibrato ; elle se rattrape en partie avec sa présence scénique. On retiendra davantage l’élan quasiment possédé du faux Dimitri, interprété par Oleg Dolgov, ou la basse ronde et caverneuse du Pimène d’Alexey Tikhomirov. Le héros du plateau demeure néanmoins le chœur du théâtre Bolchoï qui, porté par cet orchestre débordant, souligne avec délice l’inscription de Boris Godounov dans la continuité des grands opéras à la française… résolument « à la russe » ! 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en sept scènes

Livret et musique de Modeste Moussorgski

Version orchestrée par Rimsky-Korsakov

Création de la version définitive (en 4 actes) au Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg le 27 janvier 1874

Détails

Mise en scène

Leonid Baratov / Igor Ushakov

Décors

Fyodor Fedorovsky / Alyona Pikalova

Chorégraphie

Leonid Lavrovsky / Ekaterina Mironova

Costumes

Elena Zaytseva

Lumières

Sergei Shevchenko

Boris

Mikhail Kazakov

Grigori

Oleg Dolgov

Chouïski

Maxim Paster

Pimène

Alexei Tikhomirov

Chtchelkalov

Konstantin Shuvakov

Fiodor

Yulia Mazurova

Xenia

Albina Latipova

Varlaam

Alexey Tikhomirov

Missaïl

Mikhail Yanenko

L’Aubergiste

Irina Rubtsova

Marina

Agunda Kulaeva

L’Innocent

Konstantin Artemiev

La Nourrice

Anastasia Bibicheva

Un officier de police

Vladimir Komovich

Un boyard

Zakhar Kovalyov

Mitioukha

Alexander Borodin

Chœur du Théatre du Bolchoï

Chef de Chœur

Valery Borisov

Orchestre du Théâtre du Bolchoï

Direction musicale

Alexander Soloviev

Moscou, Théâtre du Bolchoï, jeudi 4 novembre 2020, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mozart triomphe enfin à Aix !
Raphaël PICHON, Karine DESHAYES, Marianne CREBASSA
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle