Forum Opéra

MOZART, Così fan tutte — Paris (TCE)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
10 mars 2022
La forme bien plus que le fond

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Così fan tutte, o sia la scuola degli amanti, K.588, dramma giocoso en deux actes

Musique de Wolfgang Amadeus Moart sur un livret de Lorenzo Da Ponte

Créé à Vienne, au Burgtheater le 26 janvier 1790

Détails

Mise en scène et costumes

Laurent Pelly

Scénographie

Chantal Thomas

Lumières

Joël Adam

Collaboration aux costumes

Jean-jacques Delmotte

Fiodiligi

Vannina Santoni

Dorabella

Gaëlle Arquez

Despina

Laurène Paterno

Ferrando

Cyrille Dubois

Guglielmo

Florian Sempey

Alfonso

Laurent Naouri

Chœur Unikanti

Le Concert d’Astrée

Direction musicale

Emmanuelle Haïm

Paris, Théâtre des Champs Elysées, le mercredi 9 mars 2022, 19h30

La nouvelle production de Cosi fan tutte au Théâtre des Champs-Elysées se présente comme une succession d’idées assez malheureuses qui pénalisent toute la représentation. Laurent Pelly fait le choix de placer l’intrigue dans un studio d’enregistrement berlinois, inspiré d’un lieu réel. Ce n’est ni nouveau (on se souvent de Die Frau ohne Schatten à Salzbourg) ni très inspiré au regard de l’œuvre de Da Ponte-Mozart. Tout le problème avec Cosi, c’est de rendre crédible les travestissements et quipropos pour montrer le trouble des sentiments qui affleurent. Ici, on ne comprendra jamais à quel moment la captation se détraque. A l’arrivée des Albanais, on se retrouve projeté sans prévenir dans une lecture littérale du livret dans des lieux, costumes et situations qui ne le supportent en rien. Tous les codes et références disséminés par le duo génial se trouvent gommés, les personnages perdent en consistance. Restent quelques effets comiques dont Laurent Pelly a le secret depuis très longtemps, mais qui s’avèrent ici parfaitement incongrus. Surtout, si le premier acte choral écrit par Mozart permet de faire illusion, le deuxième et ses moments d’introspection rend parfaitement inopérante toute la scénographie. L’ennui guette à mesure que l’on déplace des chaises et des micros.

La direction orchestrale d’Emmanuelle Haïm est ambivalente. Le Concert d’Astrée est remarquablement préparé, aussi souple que mordant, virtuose tout au long de la soirée. L’orchestre se pare de riches couleurs et de belles interventions des solistes, à commencer par le pianoforte qui déborde à l’occasion de ses récitatifs pour accompagner la narration. Pourtant à l’exception de « Soave sia il vento » et du premier air de Ferrando, les tempi retenus sont toujours (trop) rapides comme si la vitesse était gage de théâtralité. Ce n’est bien évidemment pas le cas et cette précipitation finit par aller de pair avec un déséquilibre entre la fosse et le plateau.


© Vincent Pontet

Une telle rapidité d’exécution laissait espérer qu’enfin on laisse à Ferrando son « Ah, lo veggio » du deuxième acte. Il n’en est rien. Dommage car Cyrille Dubois domine le plateau vocal : le phrasé mozartien est idéal, le timbre clair un rien pincé égal sur toute la tessiture et préservé dans les nombreuses nuances piano qu’il propose tout au long de la soirée. Florian Sempey ne démérite pas mais propose un chant moins coloré auquel il manque encore des accents giocoso. Laurent Naouri ferme la marche : il peine à suivre les tempi exigés, la voix accuse le coup et se blanchit au fil de la soirée. Chez ces dames, Laurène Paterno ne parvient pas encore à différencier son médecin de son notaire. Tous deux sont chantés avec une voix nasillarde faussement fausse. Gaëlle Arquez se fond sans mal dans rôle de Dorabella. Elle surprend dès le premier duo avec sa sœur en distillant une messa di voce pour jouer avec « le son » des micros. Las, le reste de la soirée sera plus sage même si sans faille. Vannina Santoni délivre un premier acte de belle facture. « Como scoglio » en impose par le tranchant de l’aigu et la qualité de la vocalise. Déjà pourtant, le bas de la tessiture peine à répondre à ses sollicitations et les choses se corsent dans sa grande scène du deuxième acte où c’est ce registre qui est le plus mobilisé. Enfin, le chœur Unikanti manque parfois de cohésion dans une prestation par ailleurs de bonne tenue.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Così fan tutte, o sia la scuola degli amanti, K.588, dramma giocoso en deux actes

Musique de Wolfgang Amadeus Moart sur un livret de Lorenzo Da Ponte

Créé à Vienne, au Burgtheater le 26 janvier 1790

Détails

Mise en scène et costumes

Laurent Pelly

Scénographie

Chantal Thomas

Lumières

Joël Adam

Collaboration aux costumes

Jean-jacques Delmotte

Fiodiligi

Vannina Santoni

Dorabella

Gaëlle Arquez

Despina

Laurène Paterno

Ferrando

Cyrille Dubois

Guglielmo

Florian Sempey

Alfonso

Laurent Naouri

Chœur Unikanti

Le Concert d’Astrée

Direction musicale

Emmanuelle Haïm

Paris, Théâtre des Champs Elysées, le mercredi 9 mars 2022, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Pour le plaisir
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

The perfect storm
Gregory KUNDE, Jennifer HOLLOWAY, Kent NAGANO
Spectacle