Forum Opéra

PURCELL, Dido and Aeneas — Compiègne

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
12 février 2023
Téléphoner ou conduire, il faut choisir

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en un prologue et trois actes (1689)
Musique de Henry Purcell
Livret de Nahum Tate d’après sa tragédie Brutus of Alba, tirée de l’Énéide de Virgile, livre IV
Créé à Londres (Boarding School for Girls de Chelsea) en décembre 1689.
Coproduction Teatros del Canal, Théâtre impérial – Opéra de Compiègne, Château de Versailles spectacles, Gran Teatre del Liceu et Les Arts Florissants, avec la collaboration du Teatro Real.
En ouverture, Celestial Music did the Gods inspire (Z. 322) de Henry Purcell.

Détails

Mise en scène et chorégraphie
Blanca Li
Scénographie et création matière-lumière
sculptures-costumes chanteurs solistes

Evi Keller
Costumes
Laurent Mercier
Lumières
Caty Olive

Didon
Helen Charlston
Énée, sorcière
Renato Dolcini
Belinda
Ana Vieira Leite
Première sorcière
Lauren Lodge Campbell
Deuxième sorcière, deuxième femme
Virginie Thomas
Marin
Jacob Lawrence
Esprit
Michael Loughlin Smith
Et
Clément Debieuvre
Victor Sicard
Daniel Brant
Christophe Gautier

Compagnie Blanca Li
Chœur et orchestre des Arts Florissants
Direction musicale
William Christie

Compiègne, Théâtre impérial, 9 février 2023, 20h30

Les musiciens sont au fond à gauche, les trois rôles principaux juchés sur des socles façon statues antiques (ou à la façon des acteurs immobiles genre Toutankhamon qui amusent les touristes). Les chœurs sont habillés de noir tandis que des danseurs en maillot de bain s’ébattent et s’éclaboussent sur des surfaces noires et glissantes. Visiblement, Blanca Li est obnubilée par les péplums qu’elle a vus dans sa jeunesse… au point de les resservir façon plat réchauffé. La référence aux muscles et aux jeux nautiques « à l’antique » est ici évidente, sans emporter complètement l’adhésion.

D’autres l’ont fait avant elle – et beaucoup mieux –, mais le problème dont on a souvent débattu dans ces colonnes concernant les vidéos scéniques, est que l’attention des spectateurs est facilement détournée de manière continue. Téléphoner ou conduire, il faut choisir, l’œil et l’oreille ne sont pas toujours synchrones : ici, comment ne pas être captivé par les ballets nautiques d’athlètes, d’éphèbes et de sirènes en maillots de bain, qui nagent à merveille sur une simple nappe d’eau, et constituent au fil de l’action des bateaux et autres barques, au point qu’ils finissent par prendre le pas sur la musique et le chant, réduits à l’état d’accompagnement aux ébats gymniques des talentueux danseurs.


© Photo Pablo Lorente

Et pourtant, chacune des entités du spectacle prise individuellement est parfaite, que ce soient les instrumentistes des Arts Florissants menés comme à son habitude avec fougue par William Christie qui assure aussi le continuo, les choristes qui participent efficacement à l’action, et les solistes juchés pour certains dans des poses quelque peu paralysantes et acrobatiques, et en tous cas certainement très inconfortables, on souffre pour eux. Helen Charlston est une fort belle Didon, qui sait donner à sa voix toutes les inflexions propres à rendre le caractère torturé de la reine confrontée aux forces du destin. Elle confirme ce soir des qualités vocales et d’interprétation qui avaient déjà été remarquées récemment dans Parténope à Paris et Beaune. Malgré la relative brièveté du rôle, Didon lui permet encore plus, notamment dans son air final, de développer son mezzo large et sonore. A ses côtés, Renato Dolcini est un Énée énergique qui arrive, malgré les limites scéniques qui lui sont imposées, à rendre le personnage crédible. Il est vocalement très présent, de même qu’Ana Vieire Leite, très impliquée dans le rôle de Belinda qu’elle rend particulièrement intéressant.

Dans les ors fanés des péplums d’autrefois redessinés par Evi Keller et les costumes vaguement antiquisants de Laurent Mercier, les doubles réponses entre l’action de l’opéra et celle évoquée par les danseurs finit par lasser, car vraiment répétitive. Manque d’inspiration de la metteuse en scène-chorégraphe ? Ou plutôt trop grande simplification de ce qui aurait pu devenir un meilleur spectacle si une grande mise en scène et des points de vue moins figés et stéréotypés avaient été privilégiés.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en un prologue et trois actes (1689)
Musique de Henry Purcell
Livret de Nahum Tate d’après sa tragédie Brutus of Alba, tirée de l’Énéide de Virgile, livre IV
Créé à Londres (Boarding School for Girls de Chelsea) en décembre 1689.
Coproduction Teatros del Canal, Théâtre impérial – Opéra de Compiègne, Château de Versailles spectacles, Gran Teatre del Liceu et Les Arts Florissants, avec la collaboration du Teatro Real.
En ouverture, Celestial Music did the Gods inspire (Z. 322) de Henry Purcell.

Détails

Mise en scène et chorégraphie
Blanca Li
Scénographie et création matière-lumière
sculptures-costumes chanteurs solistes

Evi Keller
Costumes
Laurent Mercier
Lumières
Caty Olive

Didon
Helen Charlston
Énée, sorcière
Renato Dolcini
Belinda
Ana Vieira Leite
Première sorcière
Lauren Lodge Campbell
Deuxième sorcière, deuxième femme
Virginie Thomas
Marin
Jacob Lawrence
Esprit
Michael Loughlin Smith
Et
Clément Debieuvre
Victor Sicard
Daniel Brant
Christophe Gautier

Compagnie Blanca Li
Chœur et orchestre des Arts Florissants
Direction musicale
William Christie

Compiègne, Théâtre impérial, 9 février 2023, 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le piano se désaccorde
Ricarda MERBETH, Iain PATERSON, Stefan HERHEIM
Spectacle