Forum Opéra

MASSENET, Werther — Paris (Cortot)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
13 février 2023
Tronquer sans trahir ?

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

D’après le drame lyrique Werther, en quatre actes et cinq tableaux, musique de Jules Massenet sur un livret d’Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann (d’après le roman épistolaire Les Souffrances du jeune Werther, de Goethe).
Première représentation à Vienne le 16 février 1892.
Version de concert raccourcie.

Détails

Werther
Daniel Gàlvez-Vallejo
Charlotte
Aurore Daubrun

Sophie
Clémence Olivier

Albert
Tristan Poirier
Enfants
Clémence Olivier
Nathalie Rougon
Julie Lempernesse

Ensemble de chambre VociHarmonie
Violon, Maud Rouchaléou
Violoncelle, Laure Volpato
Clarinette, Lillie Daniel
Piano, Jean-Michel Kim
Direction musicale
Philippe Hui

Paris, Salle Cortot, vendredi 10 février 2023, 20h30

Les versions de concert oscillent toujours entre deux pôles opposés. D’un côté, le fait d’être affranchi des contraintes de la mise en scène et des costumes peut libérer certains chanteurs qui dès lors vont se concentrer sur la partition. De l’autre, n’étant plus portés par l’action, d’autres perdront en spontanéité et malgré quelques gestes et mouvements esquissés, auront du mal à construire leur personnage. Ce soir, les choses sont encore compliquées par plusieurs facteurs. L’acoustique de la salle Cortot a toujours été reconnue comme admirable, instrumentalement pour la musique de chambre, et côté vocal pour la mélodie et peut-être pour Pelléas, mais pas forcément pour les grands rôles chantés à pleine voix. Et puis là où l’on attendait un filage complet, la suppression de plusieurs rôles, de parties musicales et la réduction du nombre d’instrumentistes ne laisse pas de surprendre. D’autant que la structure même d’un opéra ménage aux premiers rôles des plages de repos vocal qui disparaissent lorsqu’il y a des coupures et peuvent entraîner une fatigue vocale supplémentaire.

De fait, répondront les organisateurs, l’association loi 1901 VociHARMONIE a pour vocation de faire la promotion de jeunes chanteurs et musiciens professionnels, et de mettre à la portée du plus grand nombre les œuvres importantes du passé. Il était d’ailleurs prévu un récitant-narrateur qui finalement n’est pas intervenu, ce qui est certainement une bonne chose. En revanche l’absence de certains moments musicaux, comme le prélude du dernier acte, brouille l’action en la réduisant considérablement, ce qui ne doit pas aider le néophyte à s’y retrouver. Enfin, les harmonies délicates composées par Massenet sont quasi absentes, malgré le talent des quatre musiciens, et tout particulièrement de Jean-Michel Kim au piano, placés sous la direction efficace de Philippe Hui. N’aurait-il pas fallu prévoir, à tout le moins, un second violon ?


Aurore Daubrun et Daniel Gàlvez-Vallejo © Photo Jean-Marcel Humbert

Le rôle-titre est tenu par Daniel Gàlvez-Vallejo. En dehors des qualités musicales de l’interprète, dont la technique vocale est parfaite, le personnage dévie forcément vers l’homme mur amoureux d’une jeune femme, d’autant que le timbre de la voix a une assise barytonante grandissante qui se rapproche de la version pour baryton créée par Massenet au début du XXe siècle pour Mattia Battistini. Et si les notes aigues sont bien là et magnifiques, elles sont toutes données en force. Pas de voix de tête ni de raffinements à la Vanzo ou Kraus, rien donc ici d’élégiaque, la caractérisation du personnage s’en ressent, qui est souvent torturé de façon très sonore…

La Charlotte d’Aurore Daubrun est forcément tributaire de son partenaire, et si elle a tous les atouts indispensables – beau mezzo, voix chaude et expressive, puissance –, elle campe un personnage dur essayant de se sortir d’une situation inextricable. Après tout, pourquoi pas ? Mais on a été plus habitués à une Charlotte parfois autoritaire, mais toujours maternelle et toute de douceur. On retrouve plus de tradition avec la Sophie de Clémence Olivier, absolument parfaite dans ce rôle où elle déploie sans effort son joli soprano et sa joie de chanter, et avec Tristan Poirier qui n’innove pas non plus dans le rôle un peu formaté d’Albert. À noter la jolie intervention de Nathalie Rougon et Julie Lempernesse, montrant avec Clémence Olivier que le fameux « Noël Noël Noël » peut gagner en musicalité et perdre son côté un peu horripilant.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

D’après le drame lyrique Werther, en quatre actes et cinq tableaux, musique de Jules Massenet sur un livret d’Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann (d’après le roman épistolaire Les Souffrances du jeune Werther, de Goethe).
Première représentation à Vienne le 16 février 1892.
Version de concert raccourcie.

Détails

Werther
Daniel Gàlvez-Vallejo
Charlotte
Aurore Daubrun

Sophie
Clémence Olivier

Albert
Tristan Poirier
Enfants
Clémence Olivier
Nathalie Rougon
Julie Lempernesse

Ensemble de chambre VociHarmonie
Violon, Maud Rouchaléou
Violoncelle, Laure Volpato
Clarinette, Lillie Daniel
Piano, Jean-Michel Kim
Direction musicale
Philippe Hui

Paris, Salle Cortot, vendredi 10 février 2023, 20h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Quintessence du Lied
Patricia NOLZ, Florian BOESCH
Spectacle