Forum Opéra

DONIZETTI, Don Pasquale — Paris (Garnier)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
11 juin 2018
Entrée au répertoire sous vide

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Dramma buffo en trois actes de Gaetano Donizetti

Livret de Giovanni Ruffini

Création à Paris, Théâtre-Italien, le 3 janvier 1843

Coproduction avec le Royal Opera House, Covent Garden, Londres et le Teatro Massimo, Palerme.

Détails

Mise en scène

Damiano Michieletto

Décors

Paolo Fantin

Costumes

Agostino Cavalca

Lumières

Alessandro Carletti

Vidéo

rocafilm

Don Pasquale

Michele Pertusi

Dottor Malatesta

Florian Sempey

Ernesto

Lawrence Brownlee

Norina

Nadine Sierra

Un notario

Frédéric Guieu

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Chef des Choeurs

Alessandro Di Stefano

Direction musicale

Evelino Pidò

Paris, Opéra national de Paris, Palais Garnier, lundi 11 juin, 19h30

Passé maître dans l’art de travestir les opéras, Damiano Michieletto avec Don Pasquale trouve à relever un défi à la hauteur de sa réputation. L’histoire du barbon dupé par une intrigante laisse peu de place à l’imagination. Qu’inventer pour renouveler le propos ? Mission accomplie in extremis. En fait, Malatesta et Norina étaient amants. Le rideau tombe sur ce pied de nez au livret, inapte hélas à masquer la vacuité de la mise en scène, aussi vide que la maison de Don Pasquale suggérée à l’aide de portes et de tubes de néon. Appelé à la rescousse pour compenser l’absence d’idées, le chroma-key (procédé vidéo d’incrustation d’images) tourne à blanc. Et la gifle* ? Fissure tragique dans une fresque comique, elle fait en un contresens frustrant se bidonner la salle. Un mot pour les costumes d’Agostino Cavalca, adaptés avec intelligence au physique de chaque chanteur. Incapable de gérer ses sentiments, attaché à des habitudes qui l’isolent du monde et le contraindront à cohabiter avec son neveu – c’est le programme qui l’affirme –, Don Pasquale réussit pour son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris l’exploit de nous ennuyer, le plus ennuyeux dans l’histoire étant le vide du décor, nuisible à la projection des voix.


© Vincent Pontet / Opéra national de Paris

Est-ce la raison pour laquelle, malgré un usage approprié des variations, Lawrence Brownlee semble privé d’éclat, éteint jusque dans les ensembles ? Tracée depuis la coulisse d’une ligne sans bavure, la sérénade « Com’è gentile » renvoie d’Ernesto une image plus lumineuse et le nocturne en duo montre soprano et ténor enfin au diapason, dans une parodie de belcanto où le trait justement appuyé évite la caricature.

C’est que Nadine Sierra, véritable bête de scène, aurait tendance à tirer la couverture à elle s’il suffisait à Norina une paire de jolies gambettes montrées plus souvent qu’à leur tour. La comploteuse a des exigences qu’une voix légère ne peut entièrement satisfaire, si brillant soit l’aigu. Faut-il rappeler que Giulia Grisi, la créatrice du rôle, comptait à son répertoire Anna dans Don Giovanni, Leonora du Trouvère ou encore Elvira des Puritani, autant de partitions étoffées auxquelles Nadine Sierra ne saurait pour le moment prétendre.

Au contraire de Florian Sempey, Figaro et Dandini aujourd’hui de référence, qui trouve en Malatesta un rôle à la mesure de son format vocal et de son tempérament, Michele Pertusi peine à se glisser dans la peau de Don Pasquale. Ni lubrique, ni ridicule, ni aucun des épithètes généralement employés pour caractériser le barbon, pas davantage basse bouffe, débordé par le flux torrentueux du canto sillabico (forme de chant destinée à imiter le débit rapide de la langue italienne), le legato mis en danger par les soubresauts d’une écriture calquée sur les sautes d’humeur du vieux garçon, que diable ce chanteur valeureux par ailleurs est-il venu faire dans cette galère ?

En quête supposée de fantaisie jubilatoire, la direction crispée de Evelino Pido agite, freine et ralentit la cadence sans logique apparente. Les chœurs et l’orchestre en perdent parfois la mesure. Est-ce là le meilleur moyen de traduire l’esprit de l’œuvre, son caractère joyeux non dénué de tendresse, voire de mélancolie, en une perpétuelle modulation des teintes orchestrales ? Les applaudissements enthousiastes au tomber de rideau semblent apporter à la question une réponse affirmative. Tous, au moins, ne rentreront pas les mains vides.

* Voir nos cinq clés pour Don Pasquale

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma buffo en trois actes de Gaetano Donizetti

Livret de Giovanni Ruffini

Création à Paris, Théâtre-Italien, le 3 janvier 1843

Coproduction avec le Royal Opera House, Covent Garden, Londres et le Teatro Massimo, Palerme.

Détails

Mise en scène

Damiano Michieletto

Décors

Paolo Fantin

Costumes

Agostino Cavalca

Lumières

Alessandro Carletti

Vidéo

rocafilm

Don Pasquale

Michele Pertusi

Dottor Malatesta

Florian Sempey

Ernesto

Lawrence Brownlee

Norina

Nadine Sierra

Un notario

Frédéric Guieu

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Chef des Choeurs

Alessandro Di Stefano

Direction musicale

Evelino Pidò

Paris, Opéra national de Paris, Palais Garnier, lundi 11 juin, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini sur instrument d’époque
Marina VIOTTI, Jan SCHULTSZ
Spectacle