Forum Opéra

Elīna Garanča — Baden-Baden

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
3 février 2017
La soupe est encore meilleure le lendemain

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893)

Valse

Le Lac des cygnes

« Da, čas nastal !… Prostite vī, kholmī, polya rodnīye »

La Pucelle d’Orléans

Emīls Darziņš (1875-1910)

Valse mélancolique

Camille Saint-Saëns (1835-1921)

« Samson, recherchant ma présence… Amour, viens aider ma faiblesse ! »

Samson et Dalila

Giuseppe Verdi (1813-1901)

Ouverture

Les Vêpres siciliennes

Francesco Cilea (1866-1950)

« Acerba voluttà »

Adriana Lecouvreur

Pause

Francesco Cilea (1866-1950)

« Ecco: respiro appena… Io son l’umile ancella »

Adriana Lecouvreur

Gaetano Donizetti (1797-1848)

Prélude du 1er acte

La Favorite

Pietro Mascagni (1863-1945)

« Voi lo sapete, o Mamma »

Cavalleria rusticana

Amilcare Ponchielli (1834-1886)

Danse des heures

La Gioconda

Trois chansons retravaillées par Karel Mark Chichon

Stanislao Gastaldon (1861-1939)

Musica prohibita

Francesco Paolo Tosti (1846-1916)

Non t’amo più

Marechiare

Rappels

Ruperto Chapí (1851-1909)

« Carceleras »

Las Hijas del Zebedeo

Agustin Lara (1897-1970)

Granada

Ruperto Chapí (1851-1909)

« Carceleras »

Las Hijas del Zebedeo

Elina Garanča, mezzo-soprano

Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz

Karel Mark Chichon, direction

Baden-Baden, Festspielhaus, vendredi 3 février 2017, 19h

Depuis 2004 où elle est apparue aux côtés d’Edita Gruberova dans la version de concert de Norma, Elīna Garanča est devenue une habituée du Festspielhaus de Baden-Baden. D’opéras en galas, elle est l’une des valeurs sûres de la maison, où l’on prend beaucoup de plaisir à la voir accompagnée de son époux Karel Mark Chichon à la tête de différentes formations. Ce soir, c’est autour de son nouveau disque Revive qu’est organisé le programme éclectique d’un récital où, tout de même, on est un peu déçu de ne retrouver que la moitié (et encore) des numéros proposés dans l’enregistrement. Cinq airs et trois chansons à peine, entrecoupés d’interventions de l’orchestre, cela peut paraître un peu léger, mais il faut dire que l’équilibre est atteint et qu’au terme de deux heures et quart de musique, le public a pu apprécier toute l’étendue des capacités de la belle mezzo lettone.

Le concert s’ouvre avec une valse du Lac des cygnes expédiée à toute allure par la Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz pressée par Karel Mark Chichon. Nos habitudes d’écoute sont immédiatement bousculées, traitement auquel le chef nous soumet régulièrement dans ce lieu. Mais quand Elīna Garanča intervient, le tempo s’ajuste et les moindres sonorités de l’orchestre sont mises dès lors au service de la chanteuse. Cette dernière n’est jamais couverte par les instruments, bien au contraire. Si la jeune femme apparaît moins radieuse qu’à l’ordinaire, l’air fatigué, la voix, elle, affiche une forme éblouissante, plus posée que jamais, idéalement sonore dans les aigus. Sobre et toute de passion intérieure contenue, elle impose d’emblée une Pucelle d’Orléans noble et conquérante d’où affleure toute une palette de sonorités chatoyantes. Une délicate Valse mélancolique d’Emīls Darziņš opère une transition tout en raffinement vers une Dalila dont la froideur furieuse est admirablement restituée. Las, la prononciation laisse plus qu’à désirer et les surtitres allemands et anglais ne sont pas de trop pour retrouver son français… Ce reproche qu’on lui fait régulièrement est bien le seul vrai bémol qu’on puisse réellement poser sur une prestation, pour le reste, magistrale. Par ailleurs, la mezzo, dont on se souvient qu’elle rêvait d’être comédienne, est ce soir peu actrice. Non que cela crée une quelconque distance avec le public, mais Elīna Garanča nous avait habitués à un jeu aussi subtil qu’étendu, qui ajoutait à son charisme naturel et faisait de chacune de ses apparitions un moment mémorable. Sans doute le jeu a-t-il gagné en intériorisation ; toujours est-il que sa Santuzza dégage une rare intensité et bouleverse, comme cela avait été le cas à Paris dernièrement.


© Michael Gregonowits

Pour les rappels, Elīna Garanča nous sert son inusable « Carceleras », qu’elle aime apparemment offrir au public badois comme pour un dîner de retrouvailles où l’on se plaît à commander le même plat. Puis, c’est Granada qui achève de galvaniser l’auditoire. Les membres de l’orchestre ont refermé leurs partitions et c’est toute une rangée de couvertures bleues sur les pupitres qui indique au public qu’il n’y a plus rien à attendre. Certains se dirigent déjà vers la sortie. C’est alors que la chanteuse revient et s’adresse en allemand à la salle à qui elle explique qu’il n’y a malheureusement plus rien de prêt mais que la soupe est parfois bien meilleure le lendemain. Et c’est reparti pour quelques louches de « Carceleras », où le consommé est effectivement un peu plus piquant, mais toujours aussi délicieux. On reprendrait bien un peu de Dalila et surtout de Santuzza, mais la belle est déjà loin. Après tout, comme chacun sait, la vengeance est un plat qui se mange froid. En attendant, on se contentera des disques avant un prochain gala, dont on se délecte à l’avance…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893)

Valse

Le Lac des cygnes

« Da, čas nastal !… Prostite vī, kholmī, polya rodnīye »

La Pucelle d’Orléans

Emīls Darziņš (1875-1910)

Valse mélancolique

Camille Saint-Saëns (1835-1921)

« Samson, recherchant ma présence… Amour, viens aider ma faiblesse ! »

Samson et Dalila

Giuseppe Verdi (1813-1901)

Ouverture

Les Vêpres siciliennes

Francesco Cilea (1866-1950)

« Acerba voluttà »

Adriana Lecouvreur

Pause

Francesco Cilea (1866-1950)

« Ecco: respiro appena… Io son l’umile ancella »

Adriana Lecouvreur

Gaetano Donizetti (1797-1848)

Prélude du 1er acte

La Favorite

Pietro Mascagni (1863-1945)

« Voi lo sapete, o Mamma »

Cavalleria rusticana

Amilcare Ponchielli (1834-1886)

Danse des heures

La Gioconda

Trois chansons retravaillées par Karel Mark Chichon

Stanislao Gastaldon (1861-1939)

Musica prohibita

Francesco Paolo Tosti (1846-1916)

Non t’amo più

Marechiare

Rappels

Ruperto Chapí (1851-1909)

« Carceleras »

Las Hijas del Zebedeo

Agustin Lara (1897-1970)

Granada

Ruperto Chapí (1851-1909)

« Carceleras »

Las Hijas del Zebedeo

Elina Garanča, mezzo-soprano

Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz

Karel Mark Chichon, direction

Baden-Baden, Festspielhaus, vendredi 3 février 2017, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qui trop embrasse…
Susanna MÄLKKI, Huw MONTAGUE RENDALL, Chiara SKERATH
Spectacle
Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle