Forum Opéra

VERDI, Ernani — Paris (TCE)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 novembre 2019
Un vaillant trio masculin

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes créé le 9 mars 1842

Détails

Ernani

Francesco Meli

Elvira

Carmen Giannattasio

Don Carlos
Amartuvshin Enkhbat

Don Ruy Gomez de Silva
Roberto Tagliavini

Giovanna
Margot Genet

Don Riccardo
Kaëlig Boché

Jago
Matthew Buswell

Orchestre et Chœurs de l’Opéra National de Lyon

Direction musicale

Daniel Rustioni

Coproduction Théâtre des Champs Elysées/Opéra National de Lyon

Théâtre des Champs Elysées, vendredi 8 novembre 2019, 19h30

Avec Ernani , cinquième opéra de Verdi créé en 1842, s’ouvre une ère nouvelle dans le cheminement musical du compositeur. L’œuvre impose des forces dramatiques inédites qui ne vont cesser de s’affirmer dans tous les opéras ultérieurs du Maître de Busseto. Et Les typologies vocales verdiennes se dessinent déjà ici avec netteté, Ernani préfigure incontestablement  Macbeth, Don Carlo », Le Trouvère ou encore La Force du Destin de par le panache vocal des cabalettes, l’intensité du drame allant crescendo, et la vaillance de ses chœurs. Et c’est précisément sur les desseins dramatiques de l’œuvre qu’il a été mis l’accent dans le concert de ce soir au Théatre des Champs Elysées, par une direction survitaminée et une puissance de feu des chœurs.

Egalement présenté à l’Auditorium de Lyon mercredi soir, cet Ernani avait de quoi d’emblée capter le regard, par la présence notamment de Francesco Meli dans la distribution, qui s’est imposé, à Marseille notamment, comme un Ernani de référence. On attendait donc Meli et, au final, c’est non pas une voix masculine mais un trio au cœur vaillant qui s’est distingué. Irrésistible par sa posture et sa générosité vocale, Francesco Meli campe un héroïque  Ernani. Cultivant l’art consommé des nuances dans un souci constant de la ligne vocale, le ténor italien possède un instrument qui se coule avec aisance dans le répertoire verdien de cette période. Mais, la révélation, ou plutôt la confirmation de cette soirée, est sans nul doute Amartuvshin Enkhbat qui s’était déjà fait remarquer en Nabucco sur la scène de l’auditorium de Lyon l’année dernière. La voix est puissante, d’une parfaite homogénéité sur toute la tessiture, d’une grande musicalité qui fait écho à un certain Renato Bruson, mais avec une plus grande aisance dans l’aigu. Sa prestance naturelle lui permet d’interpréter un Don Carlos d’une grande noblesse qui en impose sans histrionisme. Les acclamations  dont l’a gratifié le public du Théâtre des Champs-Elysées à la fin du spectacle, étaient amplement méritées. La troisième voix masculine est celle de Roberto Tagliavini, qui distille dans cette prise de rôle toute la profondeur et l’élégance qu’on lui connaît. La recherche de la nuance, des couleurs, davantage que la puissance, fait de son interprétation de Don Ruy Gomez de Silva un modèle d’intériorité des émotions. La basse italienne possède un timbre homogène aux couleurs chaudes et un grave profond qui fait de son incarnation une approche extrêmement subtile de son personnage.

Côté féminin, en revanche, Carmen Giannattasio peine à convaincre en Elvira. Si elle se distingue d’emblée par un registre grave aux couleurs pénétrantes qui suscite l’émotion, elle tend en revanche à se réfugier dans les cris pour les notes les plus hautes, l’obligeant à détimbrer dès la cabalette d’entrée. Et même si elle se reprendra par la suite, donnant une belle prestation dans les ensembles, son entrée en demi-teintes laissera une empreinte négative qui lui vaudra au final les réactions désapprobatrices de quelques spectateurs. Les seconds rôles tirent quant à eux bien mieux leur épingle du jeu. Le Riccardo de Kaëlig Boché a fière allure, le baryton-basse Matthew Buswell interprète Jago avec panache et Margot Genet, en Giovanna, complète avec talent le plateau vocal avec une belle voix cristalline.

Les chœurs de l’Opéra de Lyon donnent leur pleine puissance pour habiter cette partition verdienne pleine de fougue et puissamment lyrique. Dans une gestuelle expressive et une posture bondissante sur l’estrade, Daniele Rustioni tente d’exploiter au mieux les belles ressources  de l’orchestre national de Lyon et notamment la brillance de ses cuivres. Mais cette débauche d’énergie finit par être contreproductive, et la force vivifiante de l’opulence musicale verdienne se perd in fine dans les effets superfétatoires d’une emphase inutile. Heureusement il reste le vaillant trio masculin, et c’est dans le cœur des hommes que cet Ernani a puisé ce soir sa force.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes créé le 9 mars 1842

Détails

Ernani

Francesco Meli

Elvira

Carmen Giannattasio

Don Carlos
Amartuvshin Enkhbat

Don Ruy Gomez de Silva
Roberto Tagliavini

Giovanna
Margot Genet

Don Riccardo
Kaëlig Boché

Jago
Matthew Buswell

Orchestre et Chœurs de l’Opéra National de Lyon

Direction musicale

Daniel Rustioni

Coproduction Théâtre des Champs Elysées/Opéra National de Lyon

Théâtre des Champs Elysées, vendredi 8 novembre 2019, 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle