Forum Opéra

Récital Viorica et Mioara Cortez — Paris

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
7 novembre 2019
Inoxydables

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Liszt

« Gondoliera »

Alessandro Grandi

« Cantabo Domino »
César Franck
« Panis angelicus »
Joseph Haydn
« Heller blick »
Wolfgang-Amadeus Mozart
« Ave Maria » (duo)
George Enesco
« Estrene à Anne »
« Aux damoyselles paresseuses d’escrire à leurs amys »
« Languir me fait »
Vincenzo Bellini
« Angiol di pace » (duo) Beatrice di Tenda
Gabriel Fauré
« Au bord de l’eau »
Jules Massenet
Elégie
Claude Debussy
Romance
Franz Liszt
« Oh, quand je dors »
Gioachino Rossini
La Regate Veneziana n°1
Franz Liszt
Paraphrase sur Rigoletto
Constantin Dediu
Berceuse
Achim Stoia
« Quand tu passes devant ma porte »
« Belle fille, bonne nuit »
Ottorino Respighi
« Stornellatrice »
« L’Ultima ebbrezza »
Franz Schubert
« Nacht und Träume »
Fernando Obradors
« Del Cabello mas sutil »
Francesco Paolo Tosti
« Malia »
« Ridomani la calma »
Piotr Ilyitch Tchaïkovski
Dame de Pique (duo)
Vladimir Vlasov
« Les Fontaines de Baccissaraï »
Francesco Cilea
« Io son l’umile ancella » Adriana Lecouvreur
Camille Saint-Saëns
« Mon coeur s’ouvre à sa voix » Samson et Dalila
Giuseppe Verdi
« Pace, pace » La Forza del destino
Georges Bizet
« L’amour est un oiseau rebelle » Carmen
Vincenzo Bellini
« Mira, o Norma » Norma
Bis
Die Fledermaus

Viorica Cortez, mezzo soprano

Mioara Cortez, soprano

Ciprian Oloi, piano

Temple de Pentemont, Paris, jeudi 7 novembre, 20h30

Au Moyen Âge, on disait qu’un sabre en acier de Damas pouvait trancher en deux un mouchoir de soie flottant dans l’air. Cet acier très réputé faisait l’envie des Occidentaux, mais personne ne put en trouver le secret de fabrication, jalousement gardé par les artisans syriens. Puis, il y a deux cents ans, cet art secret fut perdu parmi les forgerons eux-mêmes : il faut dire que sabre, épée, poignard, dague, cimeterre, rapière, fleuret, glaive, et même les hallebardes, étaient passés de mode. Quel est donc le secret des sœurs Cortez, l’une, mezzo, qui fêtera prochainement ses 84 ans, l’autre, soprano, de 14 ans sa cadette ? Alors que de plus en plus de jeunes chanteurs prometteurs doivent quitter prématurément la scène après s’être brulé les ailes, ou tandis qu’au contraire certains attendent trop longtemps la maturité avant de s’attaquer enfin à de grands rôles, comment expliquer ces voix proprement inoxydables ?

On ne rappellera pas dans le détail l’immense carrière de Viorica Cortez, lauréate du Concours de Toulouse en 1964, aussitôt engagée pour chanter Dalila l’année suivante au Capitole, un rôle qu’elle interprètera sur les plus grandes scènes du monde, de même que sa Carmen avec laquelle elle fera ses débuts à Salzbourg, Covent Garden ou encore au Metropolitan. La carrière de Mioara Cortez est moins médiatique, et s’effectue pour une grande part à l’Opéra national de Iași, ancienne capitale de la Roumanie. La chanteuse offre également des apparitions internationales avec des débuts en Desdemona à la Piccola Scala de Milan en 1973. Pour cette rare soirée, les deux soeurs alternent ou chantent en duo un répertoire éclectique d’une générosité qui donne le vertige. On ne se mentira pas, bien sûr, sur l’inévitable usure des moyens, pour se concentrer sur le bonheur que ces chanteuses peuvent encore nous apporter, avec ces fulgurances qui sont autant d’échos des splendeurs du passé. Après le copieux programme de mélodies, ces dames ne semblent nullement fatiguées et concluent la soirée par une série d’airs d’opéra. Viorica Cortez nous offre ainsi une Habanera à l’abattage inentamé, ou encore le célèbre « Mon coeur s’ouvre à ta voix » de Samson et Dalila couronné par un si bémol piano comme nous n’en avions jamais entendu sur scène. Le timbre chaleureux, aux riches harmoniques, est toujours aussi séduisant. L’absence de vibrato intempestif est tout simplement miraculeuse et la justesse n’est jamais en défaut. Mioara Cortez était pour nous une découverte. La voix est celle d’un soprano lyrico-spinto d’une puissance impressionnante, à l’aigu sûr. Comme sa soeur, la chanteuse tente des nuances rares, avec des aigus filés comme nous en entendons rarement. Son « Pace, Pace » de la Forza del destino devrait servir d’exemple à bien des consœurs en activité. Avouons-le : une certaine inquiétude nous avait saisis en voyant « Mira o Norma » inscrit au programme. Peut-être ne s’agirait-il que de la partie lente ? Vaine inquiétude : non seulement les deux soeurs y sont tout à fait convaincantes, mais elles se paient le luxe d’en doubler la strette particulièrement acrobatique. Cette longue soirée (2 heures de musique !) se termine par un bis unique, extrait de Fledermaus. Mais notre meilleur souvenir restera le duo de La Dame de Pique, pastiche mozartien où les deux sœurs se révèlent dans toute leur complicité. « Instant charmant », pour citer Des Grieux. Impeccable accompagnateur, le pianiste Ciprian Oloi nous offre deux beaux moments en soliste, avec notamment une virtuose paraphrase de Rigoletto proprement exaltante. Une soirée mémorable et émouvante qui restera dans l’esprit et le cœur d’un public conquis et chaleureux. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Liszt

« Gondoliera »

Alessandro Grandi

« Cantabo Domino »
César Franck
« Panis angelicus »
Joseph Haydn
« Heller blick »
Wolfgang-Amadeus Mozart
« Ave Maria » (duo)
George Enesco
« Estrene à Anne »
« Aux damoyselles paresseuses d’escrire à leurs amys »
« Languir me fait »
Vincenzo Bellini
« Angiol di pace » (duo) Beatrice di Tenda
Gabriel Fauré
« Au bord de l’eau »
Jules Massenet
Elégie
Claude Debussy
Romance
Franz Liszt
« Oh, quand je dors »
Gioachino Rossini
La Regate Veneziana n°1
Franz Liszt
Paraphrase sur Rigoletto
Constantin Dediu
Berceuse
Achim Stoia
« Quand tu passes devant ma porte »
« Belle fille, bonne nuit »
Ottorino Respighi
« Stornellatrice »
« L’Ultima ebbrezza »
Franz Schubert
« Nacht und Träume »
Fernando Obradors
« Del Cabello mas sutil »
Francesco Paolo Tosti
« Malia »
« Ridomani la calma »
Piotr Ilyitch Tchaïkovski
Dame de Pique (duo)
Vladimir Vlasov
« Les Fontaines de Baccissaraï »
Francesco Cilea
« Io son l’umile ancella » Adriana Lecouvreur
Camille Saint-Saëns
« Mon coeur s’ouvre à sa voix » Samson et Dalila
Giuseppe Verdi
« Pace, pace » La Forza del destino
Georges Bizet
« L’amour est un oiseau rebelle » Carmen
Vincenzo Bellini
« Mira, o Norma » Norma
Bis
Die Fledermaus

Viorica Cortez, mezzo soprano

Mioara Cortez, soprano

Ciprian Oloi, piano

Temple de Pentemont, Paris, jeudi 7 novembre, 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Crac, boum, hue
Jeanne CROUSAUD, Emily WILSON
Spectacle