Forum Opéra

Hamlet — Rennes

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 novembre 2019
Les âmes grises

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes, livret de Michel Carré et Jules Barbier,

Créé à l’Académie impériale de musique le 9 mars 1868

Détails

Mise en scène

Frank Van Laecke

Décors et costumes

Philippe Miesch

Lumières

Frank Van Laeke, Jasmin Šehić

Chorégraphie

Tom Baert

Hamlet

Kevin Greenlaw (en alternance avec Charles Rice)

Ophélie

Marie-Eve Munger (en alternance avec Marianne Lambert)

Claudius

Philippe Rouillon

Gertrude

Julie Robard-Gendre

Laërte

Julien Behr

Le Spectre

Jean-Vincent Blot

Marcellus

Florian Cafiero

Horatio

Nathanaël Tavernier

Polonius

Nikolaj Bukavec

Deux fossoyeurs

Benoît Duc, Mikaël Weill

Chœur d’Angers Nantes Opéra

Direction

Xavier Ribes

Orchestre National des Pays de la Loire

Direction musicale

Pierre Dumoussaud

Rennes, vendredi 8 novembre, 20h

Avec cet Hamlet, la collaboration entre les deux maisons d’opéras « bretonnes », Nantes et Rennes prouve une nouvelle fois toute sa validité. C’est une soirée de très grande qualité qui est offerte au public rennais, lequel retrouve avec bonheur des habitués du lieu. A leur tête, le formidable Frank Van Laecke qui nous avait déjà enthousiasmé avec une splendide Katia Kabanova et qui applique à nouveau ici son grand sens de l’épure, allant à l’essentiel des enjeux du livret. Il faut dire que ce dernier est lui-même allégé des intrigues secondaires de la pièce de Shakespeare.

La soirée entière se déroule dans un univers dépourvu de couleurs, qui, du noir au blanc, déploie tout un camaïeu de gris. Hamlet a installé son galetas dans un tombeau, au pied de l’urne funéraire paternelle. Cet espace bouché n’occupe que le proscénium, ce qui accentue l’impression d’enfermement. Dès l’ouverture nous adoptons donc le point de vue du héros : tout espoir de rédemption nous est interdit. Car le meurtre du père rend le deuil impossible, l’impératif de sa vengeance scelle le destin du prince.

Ce temps figé dans le drame, c’est celui des cendres qu’Hamlet laissent s’écouler entre ses doigts, celles qui tomberont des cintres pour clore le spectacle, celles qui habillent ou maculent les personnages pour en faire des âmes grises.

Tel l’héritier du Danemark, nous contemplons le monde comme à travers un miroir, lorsque la paroi du caveau s’efface pour encadrer de superbes tableaux arrêtés ou des scènes d’orgie qui convoquent Offenbach, Bizet. Ainsi, avant même la très réussie parodie de théâtre élisabéthain du second acte, Le monde s’affirme comme un théâtre. Hamlet en est exclu, et nous avec lui.

Le dispositif scénique de Philippe Miesch est donc parfaitement signifiant et d’une insigne élégance. L’énergie du spectacle est toute entière concentrée sur les dilemmes insolubles de ces âmes grises – le héros éponyme, mais également sa mère et son beau-père, amants assassins – qui mettent en valeur l’incandescente pureté d’Ophélie.

Kevin Greenlaw campe un Hamlet de belle prestance. Il dégage une grande sincérité, évite les écueils du sur-jeu pour une incarnation mûre et retenue, d’autant plus prenante. Le chanteur américain ne force jamais sa voix tout en faisant montre d’une notable vaillance. Il s’approprie le français de manière bluffante, car son accent est imperceptible. Confié à un baryton, son rôle prend d’ailleurs une dimension supplémentaire, celle d’une âme abimée, déjà en cendres.

Face à lui, l’Ophélie de Marie-Eve Munger évite également toute mièvrerie pour son incarnation. Le timbre est bien équilibré, les vocalises toujours justifiées émotionnellement, déconcertantes de facilité et de focus. Elle donne naturellement la pleine mesure de son talent dans un fabuleux 4e acte où elle occupe seule le plateau au cours d’une scène de folie saisissante de densité et d’authenticité.

Julie Robard-Gendre, quant à elle, marie une présence souveraine et une sensualité électrique qui résonnent tout particulièrement pour le public rennais qui avait salué sa remarquable Carmen. Le mobile de Gertrude dans le crime, c’est également l’ivresse passionnelle au détriment de toute autre considération. L’objet de sa passion, Philippe Rouillon, gagnerait, lui, à moins de raideur dans ses déplacements mais la voix est toujours superbement projetée.

Il faudrait également citer le Laërte touchant de Julien Behr, le spectre amplifié de Jean-Vincent Blot, le duo juste et dense de Florian Cafiero et Nathanaël Tavernier, celui plein d’allant de Benoît Duc et Mikaël Weill.

Tous bénéficient de la direction toujours aussi généreuse de Pierre Dumoussaud. Soutien sans faille au plateau, il dirige l’Orchestre National des Pays de la Loire avec finesse, travaillant contrastes, nuances, ruptures avec jubilation. Tout comme le chœur d’Angers Nantes Opéra, il profite au mieux de l’éclectisme musical assumé d’Ambroise Thomas pour embarquer l’auditeur dans un grand huit émotionnel haut en couleurs.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes, livret de Michel Carré et Jules Barbier,

Créé à l’Académie impériale de musique le 9 mars 1868

Détails

Mise en scène

Frank Van Laecke

Décors et costumes

Philippe Miesch

Lumières

Frank Van Laeke, Jasmin Šehić

Chorégraphie

Tom Baert

Hamlet

Kevin Greenlaw (en alternance avec Charles Rice)

Ophélie

Marie-Eve Munger (en alternance avec Marianne Lambert)

Claudius

Philippe Rouillon

Gertrude

Julie Robard-Gendre

Laërte

Julien Behr

Le Spectre

Jean-Vincent Blot

Marcellus

Florian Cafiero

Horatio

Nathanaël Tavernier

Polonius

Nikolaj Bukavec

Deux fossoyeurs

Benoît Duc, Mikaël Weill

Chœur d’Angers Nantes Opéra

Direction

Xavier Ribes

Orchestre National des Pays de la Loire

Direction musicale

Pierre Dumoussaud

Rennes, vendredi 8 novembre, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

So Romantique ! – Cyrille Dubois

L’âme de l’opéra-comique
CDSWAG

PUCCINI, Turandot, par Antonio Pappano

Une leçon puccinienne
CDSWAG

This be her Verse, par Golda Schultz et Jonathan Ware

La parole aux femmes
CDSWAG

Les dernières interviews

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Stanislas de Barbeyrac : « Il y aura peut-être un jour Tristan, si je suis sage »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

LULLY, Thésée – Paris (TCE)

Médée, sorcière toxique
Christophe ROUSSET, Karine DESHAYES, Mathias VIDAL
Spectacle

Récital de Marie-Laure Garnier et Tristan Raës – Paris

Fanny, Mel, Clara, Nadia, Lili et les autres
Marie-Laure GARNIER
Spectacle

VERDI, Luisa Miller – Rennes

Obscure clarté
Marta TORBIDONI, Cristian SAITTA, Alessio CACCIAMANI
Spectacle

Récital Marina Rebeka, Karine Deshayes – Paris (TCE)

Le triomphe du belcanto
Karine DESHAYES, Marina REBEKA, Speranza SCAPPUCCI
Spectacle