Forum Opéra

Horizons ibériques – Saint-Michel en Thiérache

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
20 juin 2024
Saudade et fandango

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Concert 1- Senhora do Mundo

Cancioneiro de Paris (XVIe siècle)
Triste vida vivyré, Senhora do Mundo, Não tragais (Villancicos)
Cancioneiro de Elvas (XVIe siècle)
Ia dei fim (Villancico)
Santiago de Murcia (1673-1739)
Folías gallegas, Cumbé
Vicente Lusitano (Portugal)
Sancta Mater, motet (1551)
José d’Almeida Cabral (Brésil)
A loirinha (lundu)
Rafael Coelho Machado (1814-1887)
Fenece doce Esperança (modinha)
Folklore du Brésil (lundu, jongo), de Goa, de Macau et du Cap Vert (Sodade de A Cabral)

Concert 2- Sonates et Fandango

Domenico Scarlatti (1685-1757)
Gavotte K.64, Sonates R.115 en ré mineur, K 132 et 133, 107 et 107
David Pérez (1711-1778)
Sonate en ré majeur
Manuel Blasco de Nera (1750-1784)
Sonate Op 1 N°5
Padre Antonio Soler (1729-1783)
Sonate R.115 et Fandango R 146

Concert 3- Mi Libertad !

Antoine de Boësset (1587-1643)
Una musica
Juan del Encina (1468-1529)
Oy comamos y bebamos,
Triste España sin ventura,
Ay triste que vengo
Juan Arañés (1580-1649)
Un sarão de la chacona
Santiago de Murcia (1673-1739)
Las Penas
O marinheiro (fado an.), Fado menor (António Zambujo)
Chants et danses anonymes

Ensemble l’Achéron
François Joubert-Caillet, dessus de viole et guitare
Julie Dessaint,violon
Pernelle Marzorati, harpe
André Henrich, archiluth et guitare
Manon Duchemann, percussion

Paolo Zanzu, clavecin

Le Poème Harmonique
Vincent Dumestre, guitare et direction
Paco García, ténor
Imanol Iraola et Romain Bockler, barytons
Louise Ayrton, violon
Lucas Peres, viole
Sara Agueda Martín, harpe
Simon Guidicelli, contrebasse
Joël Grare, percussions

St Michel en Thiérache, abbatiale, dimanche 16 juin 2024, à 11h30, à 14h30 e à 16h30

Jean-Michel Verneiges, directeur du Festival de St Michel en Thiérache, a eu l’idée tout à fait originale de consacrer la troisième série de concerts du dimanche 16 juin aux musiques hispaniques et luso-brésiliennes qui restent encore à découvrir. C’est l’ensemble L’Achéron dirigé par François Joubert-Caillet (guitares, violon, harpe, archiluth et percussion) qui lève le rideau avec des villancicos de la Renaissance portugaise issus des Cancioneiros de Paris et d’Elvas (XVIe siècle), chants populaires à la fois profanes et religieux interprétés avec beaucoup de piquant par l’excellente soprano brésilienne Luanda Siqueira. Ces villancicos se mêlent durant le concert à des danses chantées afro-brésiliennes très anciennes comme le lundu et le jongo, mâtinés au XVIIIe siècle de fandango hispanique, genres fondateurs de la musique populaire du Brésil dont Luanda Siqueira exprime avec justesse la sensualité et l’humour. Suivent des modinhas, airs lyriques inspirés du bel canto italien, très en vogue au XIXe siècle au Portugal et au Brésil, dans lesquelles la voix de la soprano s’épanouit vraiment (à ce titre, certains chants populaires du programme, souvent trop graves, mériteraient d’être transposés). Après des fados portugais du début du XXe siècle et un détour par Macao et Goa, les musiciens, tous remarquables, s’en donnent à cœur joie dans les Folías gallegas et un Cumbé afro-brésilien composés au XVIIIe siècle par l’espagnol Santiago de Murcia (qui, semble-t-il, aurait aussi vécu au Mexique). Enfin, cerise sur le gâteau, le concert s’achève par un clin d’œil humoristique à la samba (descendante du lundu !) avec une version délicieusement baroque du célèbre Você abusou des Brésiliens Antônio Carlos et Jocafi (en 1971) que Michel Fugain avait rendu populaire en France (« Fais comme l’oiseau »). Ce qui frappe dans la plupart de ces œuvres c’est le profond sentiment de saudade qui s’en détache, ce mélange de nostalgie et d’espérance tellement luso-brésilien.

Puis, suivant un rite bien rodé, public et artistes déjeunent au réfectoire avant le second concert donné, ce dimanche, devant l’autel de l’abbatiale par le claveciniste Paolo Zanzu. Entre les œuvres, il nous décrit à merveille, en quelques mots, l’Espagne du XVIIIe siècle, celle de Domenico Scarlatti surtout dont il souligne finement, dans les sonates, les emprunts à la musique populaire, avant de nous faire découvrir un véritable chef-d’œuvre, une sonate inédite de David Pérez, d’origine espagnole, né à Naples en 1711 et connu surtout pour ses opéras. Le récital s’achève par une étourdissante interprétation du fameux fandango attribué au Padre Antonio Soler. Virtuosité sans faille de Paolo Zanzu qui se taille un franc succès.

© Luminita Lecaux

Le public, se déplace alors dans la nef de l’abbatiale pour le dernier concert donné par le Poème Harmonique de Vincent Dumestre qui nous ramène à l’Espagne du XVIe siècle, celle de Miguel de Cervantes dont l’œuvre fourmille de musiques populaires à l’exemple de celles du programme. L’Espagne aussi de Juan del Encina, à la fois écrivain et compositeur, dont l’ensemble interprète les villancicos et autres polyphonies profanes dans lesquelles le quatuor vocal réuni par Vincent Dumestre (quelle belle homogénéité !) sait passer de l’exubérance du chant de carnaval à l’émotion contenue du bouleversant Triste España. A noter les belles versions des chaconnes (venues dit-on du Mexique). Vincent Dumestre a eu l’heureuse idée de faire de son concert une véritable représentation théâtrale (Juan del Encina était un éminent dramaturge) les chanteurs étant tous, de surcroît, des comédiens nés, notamment le contre-ténor vénézuélien Fernando Escalona Meléndez, à la voix superbe. Excellent narrateur, il esquisse même avec humour des pas de danse tout à fait bienvenus. Il entraîne dans son sillage les barytons Imanol Iraola et Romain Bockler et le ténor Paco García dont les voix généreuses peuvent s’épanouir, à qui mieux mieux, dans un final plein d’humour imaginé par Vincent Dumestre et un de ses musiciens : un arrangement de la chanson de 1935 « Piensa en mí » du mexicain Agustín Lara que Luz Casal interprétait dans un film d’Almodóvar. La harpiste Sara Águeda Martín se joint même à eux avec la gouaille d’une chanteuse de ranchera mexicaine

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Concert 1- Senhora do Mundo

Cancioneiro de Paris (XVIe siècle)
Triste vida vivyré, Senhora do Mundo, Não tragais (Villancicos)
Cancioneiro de Elvas (XVIe siècle)
Ia dei fim (Villancico)
Santiago de Murcia (1673-1739)
Folías gallegas, Cumbé
Vicente Lusitano (Portugal)
Sancta Mater, motet (1551)
José d’Almeida Cabral (Brésil)
A loirinha (lundu)
Rafael Coelho Machado (1814-1887)
Fenece doce Esperança (modinha)
Folklore du Brésil (lundu, jongo), de Goa, de Macau et du Cap Vert (Sodade de A Cabral)

Concert 2- Sonates et Fandango

Domenico Scarlatti (1685-1757)
Gavotte K.64, Sonates R.115 en ré mineur, K 132 et 133, 107 et 107
David Pérez (1711-1778)
Sonate en ré majeur
Manuel Blasco de Nera (1750-1784)
Sonate Op 1 N°5
Padre Antonio Soler (1729-1783)
Sonate R.115 et Fandango R 146

Concert 3- Mi Libertad !

Antoine de Boësset (1587-1643)
Una musica
Juan del Encina (1468-1529)
Oy comamos y bebamos,
Triste España sin ventura,
Ay triste que vengo
Juan Arañés (1580-1649)
Un sarão de la chacona
Santiago de Murcia (1673-1739)
Las Penas
O marinheiro (fado an.), Fado menor (António Zambujo)
Chants et danses anonymes

Ensemble l’Achéron
François Joubert-Caillet, dessus de viole et guitare
Julie Dessaint,violon
Pernelle Marzorati, harpe
André Henrich, archiluth et guitare
Manon Duchemann, percussion

Paolo Zanzu, clavecin

Le Poème Harmonique
Vincent Dumestre, guitare et direction
Paco García, ténor
Imanol Iraola et Romain Bockler, barytons
Louise Ayrton, violon
Lucas Peres, viole
Sara Agueda Martín, harpe
Simon Guidicelli, contrebasse
Joël Grare, percussions

St Michel en Thiérache, abbatiale, dimanche 16 juin 2024, à 11h30, à 14h30 e à 16h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qu’est-il arrivé à Baby Maria ?
Matthew WILD, Karsten JANUSCHKE, Nombulelo YENDE
Spectacle