Forum Opéra

OFFENBACH, Le Voyage dans la lune — Rouen

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 novembre 2022
La belle Sélène

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe-féérie en quatre actes et 23 tableaux

Musique de Jacques Offenbach sur un livret d’Albert Vanloo, Eugène Leterrier et Arnold Mortier inspiré de Jules Verne

Créé à Paris (Théâtre de la Gaîté) le 26 octobre 1875

Production de Génération Opéra et du Palazzetto Bru Zane

Détails

Mise en scène

Olivier Fredj

Direction artistique

Jean Lecointre

Décors et Costumes

Malika Chauveau

Chorégraphie

Anouk Viale

Lumières

Nathalie Perrier

Fantasia

Sheva Tehoval

Flamma

Jennifer Michel

Popotte

Aurélia Legay

Caprice

Héloïse Mas

Quipasseparla

Kaëlig Boché

Microscope

Éric Vignau

Cosmos

Thibaut Desplantes

Cactus

Christophe Poncet de Solages

V’lan

Matthieu Lécroart

Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

Chœur accentus / Opéra de Rouen Normandie

Direction musicale

Chloé Dufresne

Opéra de Rouen Normandie, dimanche 6 novembre 2022, 16h00

On n’était pas sûr de pouvoir assister à ce Voyage dans la Lune à Rouen, la première du 4 novembre ayant été annulée pour cause de grève (pour « dénoncer les salaires très bas des intermittents »). Mais cette matinée est bien maintenue pour notre plus grand plaisir et celui du public qui réserve un triomphe à la troupe aux saluts.

Après Montpellier, MarseilleNice ou Compiègne, et un enregistrement, la production du Voyage dans la Lune montée sous l’égide de Génération Opéra et du Palazzetto Bru Zane atterrissait en effet ce dimanche à Rouen. Et ses pérégrinations ne sont pas finies, au vu des théâtres ayant co-produit ce spectacle (plus d’une quinzaine en France et en Suisse).

La proposition scénique, sans chercher à retrouver le luxe des spectacles « féériques » de l’époque de la création, parvient, avec des moyens relativement limités (un dispositif tournant en milieu de scène, des projections en fond de scène et un rideau de scène se refermant sur un oculus laissant voir le visage d’Offenbach s’inscrivant dans la lune), à bien caractériser les scènes et nous emporter dans une expédition fantasmagorique.

On reconnaît bien là l’univers baroque de Jean Lecointre à la direction artistique du spectacle, dans les projections d’abord en noir et blanc, classiques et très élégantes, sur la terre puis de plus en plus colorées et surréalistes (voir psychédéliques !) sur la lune au fur et à mesure que l’amour fait des ravages.


 © Marc Ginot

La mise en scène d’Olivier Fredj se veut à l’unisson des rythmes endiablés concoctés par Jacques Offenbach, quitte à parfois frôler l’excès d’agitation. Mais ce serait dommage de ne pas profiter d’une troupe d’acteurs chanteurs déchainés, au premier rang desquels Kaëlig Boche, qui avant d’enfiler la tenue et de chanter (fort bien) les couplets de Quipasseparla aura été tour à tour metteur en scène, hôtesse de l’air, caissière… Les costumes signés Malika Chauveau sont cocasses, notamment ceux des femmes sélènes. On comprend ainsi immédiatement que sur la lune, les femmes sont forcément assignées à une catégorie : elles sont soit utiles (donc vouées à faire le ménage – avec Aurélia Legay (Popotte) et son costume Spontex comme digne représentante, qui s’en donne à cœur joie scéniquement malgré une partition vocale réduite à la portion congrue) soit décoratives (avec en femme abat-jour une Jennifer Michel (Flamma) à la projection un peu confidentielle).

On n’oublie pas les danseuses, danseurs et acrobates qui, mélangeant les styles, du hip hop au classique, tantôt amusent tantôt charment dans un ballet des flocons d’une merveilleuse poésie.


 © Marc Ginot

On sent un véritable esprit de troupe au sein des chanteurs, même si certains interprètes changent d’une ville à l’autre. On retrouve ainsi les mêmes rois qu’à CompiègneMatthieu Lécroart en V’lan et Thibaut Desplantes en Cosmos, avec la même réussite, conjuguant solide présence vocale et belle verve comique. Leurs conseillers, le Microscope d’Eric Vignau et le Cactus de Christophe Poncet de Solages sont de parfaits personnages de caractère.

Le prince Caprice a cet après-midi les traits d’Héloïse Mas. Son mezzo long et bien projeté conjugué à une belle énergie s’épanouit dans ce personnage de prince blasé, qui tombe amoureux d’une belle Sélène. Notre bonheur pourrait être parfait n’était une diction peu intelligible. Son timbre se marie à ravir avec le soprano léger de Sheva Tehoval (Fantasia). Vocalement c’est elle qui a la partition la plus exigeante mais aussi la plus payante ! Au-delà d’une belle maîtrise technique (vocalises parfaitement en place, trilles) elle séduit par son soin à habiter la moindre de ses vocalises, évoquant par moments le souvenir d’une certaine Natalie Dessay.

Chloé Dufresne, à la tête d’un Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie qui prend un plaisir audible à ce répertoire, retranscrit avec verve les divers affects de la partition, les valses et autres polkas entraînantes comme les passages plus rêveurs. On applaudit enfin le Chœur accentus /Opéra de Rouen Normandie dirigé par Christophe Grapperon, impeccable comme toujours.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe-féérie en quatre actes et 23 tableaux

Musique de Jacques Offenbach sur un livret d’Albert Vanloo, Eugène Leterrier et Arnold Mortier inspiré de Jules Verne

Créé à Paris (Théâtre de la Gaîté) le 26 octobre 1875

Production de Génération Opéra et du Palazzetto Bru Zane

Détails

Mise en scène

Olivier Fredj

Direction artistique

Jean Lecointre

Décors et Costumes

Malika Chauveau

Chorégraphie

Anouk Viale

Lumières

Nathalie Perrier

Fantasia

Sheva Tehoval

Flamma

Jennifer Michel

Popotte

Aurélia Legay

Caprice

Héloïse Mas

Quipasseparla

Kaëlig Boché

Microscope

Éric Vignau

Cosmos

Thibaut Desplantes

Cactus

Christophe Poncet de Solages

V’lan

Matthieu Lécroart

Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

Chœur accentus / Opéra de Rouen Normandie

Direction musicale

Chloé Dufresne

Opéra de Rouen Normandie, dimanche 6 novembre 2022, 16h00

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini qua, Rossini là
Karine DESHAYES, Florian SEMPEY
Spectacle