Forum Opéra

DONIZETTI, Lucia di Lammermoor — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
19 février 2023
Une reprise qui vaut le détour

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes de Gaetano Donizetti

Livret de Salvatore Cammarano d’après La Fiancée de Lammemoor de Walter Scott

Créé à Naples au Teatro San Carlo le 26 septembre 1835

Détails

Mise en scène

Andrei Serban

Décors et costumes

William Dudley

Lumières

Guido Levi

Lucia Ashton

Brenda Rae

Edgardo di Ravenswood

Javier Camarena

Enrico Ashton

Mattia Olivieri

Raimondo

Adam Palka

Arturo Bucklaw

Thomas Bettinger

Normanno

Eric Huchet

Alisa

Julie Pasturaud

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Cheffe des Chœurs

Ching-Lien Wu

Direction musicale

Aziz Shokhakimov

Paris, Opéra Bastille, samedi 18 février 2023, 19h30

La production de Lucia di Lammermoor qu’Andrei Serban avait concoctée pour l’OnP en 1995 avait fait couler beaucoup d’encre en son temps, notamment le soir de la première où elle fut accueillie par une bronca mémorable. Au fil des reprises les tensions se sont apaisées au point que, ce soir, les spectateurs ont majoritairement applaudi le décor au moment du salut final. Il faut dire que depuis vingt-huit ans le public en a vu d’autres mais surtout, la proposition de Serban qui nous montre une Lucia égarée dans un monde d’hommes qui la manipulent et l’utilisent pour servir leurs intérêts politiques (son frère) ou leur concupiscence (Arturo), est tout à fait dans l’air du temps.

Les décors romantiques d’une Ecosse idéalisée ont donc laissé la place à un univers dans lequel la virilité est exacerbée, un gymnase où des soldats s’exercent à l’athlétisme ou à l’escrime, une chambrée peuplée de militaires en petite tenue, des lavabos collectifs, le tout à l’intérieur d’un immense hémicycle au sommet duquel des bourgeois en costumes dix-neuvième viennent observer les personnages comme lors des séances publiques de Charcot sur l’hystérie à la salpêtrière. N’oublions pas que Lucia sombre assez vite dans la folie et ce dès son premier air où elle évoque les hallucinations qui l’obsèdent. En dehors de Lucia les autres personnages féminins sont des servantes qui s’occupent du ménage et que les soldats culbutent à l’occasion sans leur demander leur avis. Cela dit, le déroulement de l’intrigue et ses diverses péripéties sont tout à fait respectés.


Lucia di Lammermoor © Emilie Brouchon / Onp

Pour cette reprise, l’OnP a réuni une équipe solide et de haut niveau qui constitue l’intérêt majeur de ce spectacle. Des chanteurs jeunes pour la plupart ou qui n’avaient jamais jusqu’ici interprété l’ouvrage sur notre première scène nationale, à l’exception d’Éric Huchet, déjà présent lors des représentations de 2013, dont le Normanno sournois et cauteleux à souhait capte durablement l’attention. La voix large et soyeuse de Julie Pasturaud est un luxe pour le personnage épisodique d’Alisa tandis que le timbre claironnant de Thomas Bettinger lui permet de camper un Arturo autoritaire et sûr de lui qui se comporte en maître des lieux. De lui dépend le sort de la famille Ashton et il le sait. Doté de moyens conséquents, la basse polonaise Adam Palka campe un Raimondo juvénile à la voix claire qui ne manque pas d’autorité cependant. Le medium impressionne par sa largeur, tandis que le registre grave tend à s’amenuiser quelque peu à l’extrémité de la tessiture. Sa prestation n’en demeure pas moins exemplaire. Dans le rôle d’Enrico, Mattia Olivieri fait des débuts éclatants sur la scène de l’Opéra de Paris. Il ne fait qu’une bouchée de son air d’entrée « Cruda funesta smania », pourtant parsemé de difficultés dont il se rit avec une aisance confondante, une technique assurée, une voix puissante et remarquablement projetée et un aigu radieux qui semble n’avoir pas de limite. Le baryton italien se permet même d’oser quelques variations inédites dans le haut de la tessiture. Doté d’une présence scénique indéniable et d’un physique avenant, ce chanteur a un avenir radieux devant lui, surtout s’il conduit sa carrière avec prudence comme il le laisse entendre dans l’interview qu’il a accordée à notre consœur Marie-Laure Machado. Javier Camarena est aujourd’hui dans la plénitude de ses moyens vocaux. Le timbre solaire  est homogène sur toute la tessiture, l’aigu, brillant et le suraigu jamais forcé. Tout au long de l’intrigue, l’émotion est au rendez-vous. Son Edgardo se débat en vain contre un destin contraire jusqu’à la mort. Sa scène finale particulièrement poignante lui vaut une longue ovation de la part du public. Face à lui, Brenda Rae campe une Lucia fragile dont on devine que la raison vacille dès le début de l’intrigue. Le timbre est feutré, les suraigus sont émis avec aisance et le style est adéquat. Même si la voix n’est pas très large, la soprano parvient à se faire entendre dans le grand vaisseau de Bastille, en dépit d’un orchestre parfois envahissant. Très à l’aise sur le plateau, elle exécute sans difficulté les acrobaties prévues par la mise en scène. Sa Lucia tout en demi-teintes a largement convaincu le public.


Lucia di Lammermoor © Emilie Brouchon / Onp

La partition qui nous est proposée, outre quelques coupures mineures, ne comporte pas la scène de Wolf’s Crag ce qui est tout à fait incompréhensible, d’autant plus qu’elle a été donnée en 1995 et lors des représentations de 2013. C’est d’autant plus regrettable que le ténor et le baryton de cette reprise lui auraient rendu pleinement justice. Point d’harmonica de verre non plus, c’est une flûte qui accompagne l’air de la folie, en revanche les cabalettes sont doublées et ornementées.

Saluons la belle prestation des Chœurs sous la houlette efficace de Ching-Lien Wu.  

Pour ses premiers pas dans la fosse de l’Opéra Bastille, Aziz Shokhakimov propose une direction inégale, brouillonne par moment avec de curieux changements de tempo. Le sextuor, par exemple, est pris avec une lenteur désespérante qui nuit à la cohésion d’ensemble. L’on aura également remarqué quelques fausses notes à l’orchestre, notamment les cors, à deux reprises au dernier acte.     

    

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes de Gaetano Donizetti

Livret de Salvatore Cammarano d’après La Fiancée de Lammemoor de Walter Scott

Créé à Naples au Teatro San Carlo le 26 septembre 1835

Détails

Mise en scène

Andrei Serban

Décors et costumes

William Dudley

Lumières

Guido Levi

Lucia Ashton

Brenda Rae

Edgardo di Ravenswood

Javier Camarena

Enrico Ashton

Mattia Olivieri

Raimondo

Adam Palka

Arturo Bucklaw

Thomas Bettinger

Normanno

Eric Huchet

Alisa

Julie Pasturaud

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Cheffe des Chœurs

Ching-Lien Wu

Direction musicale

Aziz Shokhakimov

Paris, Opéra Bastille, samedi 18 février 2023, 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Curieux ne pas s’abstenir !
Camilla Carol FARIAS, Francesco BOSSI, Luis MAGALLANES
Spectacle