Forum Opéra

Eden Joyce DiDonato — Québec

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
19 février 2023
La générosité vocale à son Eden

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Œuvres et Airs de Ives, Portman, Mahler, Uccellini, Marini, Myslivecek, Copland, Valentini, Cavalli, Gluck et Haendel

Mise en scène

Marie Lambert-Le Bihan

Eclairages

John Torres

Chorégraphie

Manuel Palazzo

Joyce DiDonato, mezzo-soprano – productrice déléguée

Maitrise des petits chanteurs de Québec

Il Pomo d’Oro

Direction musicale – violon conducteur

Zefira Valova

Palais Montcalm -Québec, 30 janvier 2023

Lorsqu’une artiste est accomplie, qu’elle a touché du doigt la perfection, lorsqu’elle est considérée comme l’une des grandes voix de sa génération, et qu’elle est à l’apogée de sa carrière, que lui reste-il à prouver ?

Certains se sont consacrés à la transmission vocale, d’autres dans la création de concours musicaux ou simplement se sont reconvertis… La chanteuse à la voix d’or « d’au moins 24 carats » comme l’écrivait le Times, Joyce DiDonato a fait le choix de s’investir dans un projet engagé et ambitieux : relier l’humain à la nature (rien de moins !) à travers une « expérience scénique avec un récit », un spectacle immersif mis en scène par la Française Marie Lambert-Le Bihan.

Le concept que la mezzo-soprano a mûri durant la pandémie vise à « conscientiser positivement » aux nombreux enjeux environnementaux. C’est encore elle qui en parle le mieux quand elle évoque Eden comme « une invitation à revenir à nos racines et à explorer si oui ou non nous nous connectons aussi profondément que possible à l’essence pure de notre être, pour créer un nouvel Eden de l’intérieur et planter des graines d’espoir pour l’avenir. »


Eden © Melle Meivogel

Un an après la sortie de son opus (nommé dans la catégorie Meilleur album vocal solo classique à la 65e édition des Grammy Awards, finalement remporté par Renée Fleming et Yannick Nézet-Séguin pour Voice of Nature : The Anthropocen – même combat !), une vaste tournée sur les cinq continents qui a commencé en mars dernier et se poursuivra jusqu’en 2026, l’a amenée à Québec.

Qu’il s’agisse de cet album ou du spectacle éponyme produit sur de prestigieuses scènes du monde, beaucoup d’encre a coulé à propos du concept qui viendrait presque faire oublier l’interprétation vocale et instrumentale…

Le soir du 30 janvier, Joyce Di Donato, l’artiste de cœur du public québécois qui la reçoit chaque année avec un enthousiasme grandissant, s’est livrée à un exercice de sincérité absolue qui transperçait dans sa voix unique, dans ses légatos, ses aigus et ses vocalises parfaitement maitrisées. 

Avec la collaboration de l’ensemble Il Pomo d’Oro, qui assure une grande qualité de l’accompagnement et grâce à des airs traversant plusieurs siècles, choisis surtout pour leur thème, la mezzo-soprano américaine nous plonge dans une expérience d’introspection et de connexion avec la nature.

Dans le premier air, « La question sans réponse » de Charles Ives, composé comme un « silence de druides », la trompette (parfois un cor anglais, un hautbois ou une clarinette) est exceptionnellement (et heureusement !) remplacée par la voix. Sur le fond musical mélodieux, les instruments crissent tandis que la voix plutôt atone, se fait métallique dans les aigus créant une atmosphère plus inquiétante qu’apaisante.

Suit « The First Morning of the World », un bel air dont le texte de Gene Scheer fait référence au chant des oiseaux sur une musique commandée spécialement par Joyce DiDonato à Rachel Portman, compositrice anglaise à qui l’on doit plus de 100 partitions pour le cinéma, la télévision et le théâtre. Dans un registre d’abord sensible et grave, la voix de la mezzo américaine se fait douce et persuasive, puis se développe et poursuit dans toutes ses nuances et sa rondeur pour atteindre des sommets.

L’extrême délicatesse de la voix de Joyce DiDonato se retrouve ensuite dans l’interprétation de « Nature, the gentlest mother » d’Aaron Copland, avec des inflexions et des légatos dont elle seule connait les secrets.

On retrouve la présence scénique de la chanteuse et sa puissance expressive dans les airs baroques tel que « Sinfonia terza » de Mario Ucellini – où sa voix se fait joyeuse, allègre et respire « l’oisiveté royale » suggérée par le compositeur – ou dans la chanson de Biagio Marini, « Con le stelle in ciel che mai » (Qui a déjà vu le ciel ?) où la rossinienne hors pair déploie tout son registre dramatique et sa longueur de souffle, qui nous emporte dans un tourbillon qui semble infini.

Puis le temps se suspend quand les musiciens entrent en véritable symbiose dans leur interprétation de deux airs de Gluck. La « Danse des spectres et des furies » tirée d’Orfeo et Euridice offre l‘occasion à Zefira Valova à la tête d’Il Pomo d’Oro de prouver tout l’art de sa maîtrise du baroque ! Vivacité et précision dans l’exécution de la partition, ponctuation et finesse parfaitement restituées par des instruments d’époque aux mains des virtuoses de l’ensemble.

Cette symbiose parfaite s’intensifie dans le récitatif et air « Misera, dove son… Ah ! Non io che parlo… »  extrait d’Ezio de Gluck, dans lequel l’amplitude vocale de la chanteuse fait corps avec les musiciens.

Une mention spéciale à « Ich bin der Welt abhanden gekommen » de Mahler. La sensibilité et le timbre de velours enchanteur de Joyce DiDonato nous conduisent au voyage intérieur : plus subtil, plus mystérieux, comme une recherche spirituelle…

L’univers imaginé par Marie Lambert-Le Bihan, avec le concours du concepteur d’éclairage américain John Torres et du chorégraphe argentin Manuel Palazzo, propose au public un parcours symbolique illustrant la génération et le cycle menacé de la Vie qui se constitue progressivement en grands cercles harmonieux mais fragiles qui se croisent, se ferment et se défont sous les mains de la Diva.

En fin de concert, la chanteuse prend courageusement la parole en français et délivre son message de paix et d’espoir précédant l’entrée du chœur des enfants de La Maîtrise des Petits chanteurs de Québec (la plus ancienne formation du genre en Amérique du Nord), qui rejoint les artistes pour interpréter « Seeds of Hope » (les graines de l’espoir, qui seront d’ailleurs remises au public à la fin du spectacle), une chanson écrite par les enfants ayant participé à l’un des ateliers du projet à Londres. Moment émouvant qui montre l’importance que l’artiste accorde à la transmission, lorsqu’elle évoque, au milieu d’enfants fascinés et émerveillés, ces moments de communion musicale qui vont influencer à tout jamais leur vie.

En rappel, le si populaire « Ombra mai fu », extrait de Serse de Haendel, air qui sied à merveille à la voix de Joyce DiDonato, qui chante des notes qui fleurissent, vient couronner une soirée sous le signe de l’humilité et de la responsabilité face à la Nature.


Eden © Melle Meivogel

La nature et la musique nous montrent le pouvoir et l’intelligence de vivre ensemble dans l’harmonie et l’équilibre. Joyce DiDonato.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Œuvres et Airs de Ives, Portman, Mahler, Uccellini, Marini, Myslivecek, Copland, Valentini, Cavalli, Gluck et Haendel

Mise en scène

Marie Lambert-Le Bihan

Eclairages

John Torres

Chorégraphie

Manuel Palazzo

Joyce DiDonato, mezzo-soprano – productrice déléguée

Maitrise des petits chanteurs de Québec

Il Pomo d’Oro

Direction musicale – violon conducteur

Zefira Valova

Palais Montcalm -Québec, 30 janvier 2023

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Il ne faut jurer de rien
Donald RUNNICLES, Stefan HERHEIM, Clay HILLEY
Spectacle
Les tergiversations de la reine d’Egypte
Sandrine PIAU, Ann HALLENBERG, Arianna VENDITTELLI
Spectacle