Forum Opéra

MONTEVERDI, Le Couronnement de Poppée – Paris (TCE)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 mai 2023
Un trop sage Couronnement

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

L’Incoronazione di Poppea

Opéra en un prologue et trois actes

Musique de Claudio Monteverdi

Livret de Giovanni Francesco Busenello d’après les Annales de Tacite

Création en 1642 au Teatro Santi Giovanni e Paolo de Venise

Détails

Mise en espace
Mathilde Etienne

Poppea
Mari Eriksmoen
Nerone
David Hansen
Ottavia
Alix Le Saux
Ottone
Kacper Szelazek
Seneca
Nicolas Brooymans
Arnalta
Mathias Vidal
Drusilla / Virtù
Lauranne Oliva
Lucano / Soldato / Liberto / Famigliare / Tribuno
Emiliano Gonzalez Toro
Nutrice / Soldato / Famigliare
Anders Dahlin
Damigella / Fortuna
Mathilde Etienne
Valetto / Amore
Natalie Pérez
Venere
Pauline Sabatier
Littore / Famigliare / Consulo
Eugenio di Lieto

I Gemelli
Direction musicale
Emiliano Gonzalez Toro

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, mercredi 24 mai, 19h30

Après l’Orfeo et Il ritorno d’Ulisse in patria, le chef d’orchestre et ténor Emiliano Gonzalez Toro clôt son triptyque des opéras (conservés) de Monteverdi. Comme pour les deux opus précédents, la version de concert se trouve enrichie d’une mise en espace de Mathilde Etienne. Les deux artistes donnent d’ailleurs de leur personne tout au long de la soirée puisqu’on les retrouve dans plusieurs seconds rôles.

Avec son livret flamboyant et riche en rebondissements, l’Incoronazione di Poppea a donné lieu aux propositions scéniques les plus délirantes. Rien de tel ce soir avec cette mise en espace très dépouillée (quelques costumes, un fauteuil central comme décor) et qui présente l’intérêt de coller au plus près des personnages. Après deux représentations à Metz et Genève, le spectacle est désormais bien rodé et la scénographie donne à voir la quintessence de ce qui fait l’originalité de la Poppea monteverdienne – et c’est déjà beaucoup : l’érotisme, les jeux de pouvoir, les trahisons, l’ensemble étant teinté d’un humour et d’une ironie toujours présents en filigrane.

Il faudrait sans doute une salle aux dimensions deux fois plus modeste que le TCE pour goûter pleinement aux plaisirs auxquels nous convient les musiciens de I Gemelli, conduits du clavecin et de l’orgue de façon impeccable par Violaine Cochard. Les violes de gambe de Louise Pierrard et d’Agnès Boissonnot-Guilbault apportent de la sensualité et de la couleur, et l’on admire la harpe renversante – arpèges, glissandos, transitions – de Marie-Domitille Murez. Mais, avec une dizaine d’instrumentistes au total (dont quatre seulement hors continuo), les intermèdes restent trop sages et manquent de chair. C’est ce déficit de densité et de contraste qui contribue à donner l’impression d’une soirée qui ne décolle jamais vraiment musicalement. Même les « tubes » de l’opéra tombent quelque peu à plat, à l’instar de cet « Addio Roma ! » d’Ottavia qui nous a laissé de marbre. Le duo final, mal accordé, a quant à lui dû être interrompu en plein milieu puis repris en raison d’un décalage persistant entre voix et instruments.

Foudroyant dans l’aigu, perçant du regard, le Nerone de David Hansen fait un bel effet, au prix toutefois d’une incarnation parfois trop uniformément brutale. Poppea se trouve ce soir incarnée par la plus belle Pamina en activité, la soprano norvégienne Mari Eriksmoen. Malgré une ligne radieuse et un bel investissement scénique, elle semble toutefois gênée dans les graves, et ne parvient pas à traduire toutes les ambivalences du personnage.

En Ottavia, Alix Le Saux est superbe d’autorité dans son « Disprezzata Regina » d’entrée, mais moins marquante par la suite. L’Ottone de Kacper Szelazek déçoit quelque peu également ; si la présence scénique est louable, le timbre reste monochrome. L’impression est similaire concernant le Seneca de Nicolas Brooymans, tremblant et peu audible dans l’extrême grave. La Drusilla (et Virtù du prologue) virevoltante de Lauranne Oliva apporte quant à elle un joli rayon de fraîcheur et c’est peut-être la seule interprète que l’on sent totalement en adéquation avec son personnage. Dans les deux rôles de Nutrice enfin, Mathias Vidal et Anders Dahlin rivalisent d’énergie et d’humour, au détriment parfois de la ligne vocale. Ils permettent toutefois d’insuffler un brin de folie à ce Couronnement resté bien trop sage.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

L’Incoronazione di Poppea

Opéra en un prologue et trois actes

Musique de Claudio Monteverdi

Livret de Giovanni Francesco Busenello d’après les Annales de Tacite

Création en 1642 au Teatro Santi Giovanni e Paolo de Venise

Détails

Mise en espace
Mathilde Etienne

Poppea
Mari Eriksmoen
Nerone
David Hansen
Ottavia
Alix Le Saux
Ottone
Kacper Szelazek
Seneca
Nicolas Brooymans
Arnalta
Mathias Vidal
Drusilla / Virtù
Lauranne Oliva
Lucano / Soldato / Liberto / Famigliare / Tribuno
Emiliano Gonzalez Toro
Nutrice / Soldato / Famigliare
Anders Dahlin
Damigella / Fortuna
Mathilde Etienne
Valetto / Amore
Natalie Pérez
Venere
Pauline Sabatier
Littore / Famigliare / Consulo
Eugenio di Lieto

I Gemelli
Direction musicale
Emiliano Gonzalez Toro

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, mercredi 24 mai, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une performance athlétique
Rocio PÉREZ, Maïté BEAUMONT, Christophe ROUSSET
Spectacle