Forum Opéra

Hommage à Tauber — Baden-Baden

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
24 octobre 2013
Noces d’opale

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Piotr Beczala – Hommage à Tauber (Borowicz – Baden Baden)

Détails

Dein ist mein ganzes Herz
Hommage à Richard Tauber

Giuseppe Verdi (1813-1901)
Nabucco
Ouverture
Un ballo in maschera
« Di’ tu se fedele »

Antonín Dvořák (1841-1904)
Danse slave
Rusalka
« Vidino divná, presladká »

Giuseppe Verdi
Un giorno di regno
Ouverture
Rigoletto
« Ella mi fu rapita ! »

Charles Gounod (1818-1893)
Roméo et Juliette
Valse des fleurs
« L’amour ! L’amour !… Ah ! Lève-toi soleil !

Pause

Franz Lehár (1870-1948)
Giuditta
« Freunde, das Leben ist lebenswert »

Johann Strauß (1825-1899)
Der Zigeunerbaron
Ouverture

Emmerich Kálmán (1882-1953)
Gräfin Mariza
« Wenn es Abend wird… Grüß mir mein Wien »

Johannes Brahms (1833-1897)
Danse hongroise n° 5

Richard Tauber (1891-1948)
Der singende Traum
« Du bist die Welt für mich »

Aram Khatchatourian (1903-1978)
Valse de Masquerade

Franz Lehár
Das Land des Lächelns
« Dein ist mein ganzes Herz »

Bis

Erwin Ralph (1929)
« Ich küsse Ihre Hand Madam »

Robert Stolz
« Ob blond, ob braun, ich liebe alle Frau‘n »

Carl Böhm
« Still wie die Nacht »

Piotr Beczala
Ténor

Baden-Badener Philharmonie
Direction musicale
Lukasz Borowicz

Festspielhaus, Baden-Baden, jeudi 24 octobre 2013, 20h

 

Première bonne nouvelle de la soirée : Piotr Beczala n’a plus de barbichette et il est décidément beaucoup mieux comme ça. Seconde raison de se réjouir : le ténor se montre particulièrement fringuant, tout sourire, visiblement heureux de chanter devant le public de Baden Baden, venu nombreux l’applaudir. Troisième motif de satisfaction : le répertoire choisi, plutôt léger, forme un programme très réussi. Voilà de quoi passer une soirée mémorable. Dédié à Richard Tauber – l’interprète fétiche de Lehár pour qui le compositeur écrivit des airs adaptés à sa voix, les « Tauberlieder » –, le récital commence néanmoins avec Verdi, bicentenaire oblige. Et c’est l’occasion, avec l’ouverture de Nabucco, de découvrir une formation locale, la Baden-Badener Philharmonie, à la sonorité digne des meilleurs ensembles, conduite superbement par le Polonais Lukasz Borowicz. Le chef d’orchestre, très séduisant, a des faux airs de Verdi jeune lorsqu’il dirige : baguette immense et frac à l’ancienne. Sa gestuelle, cinématographique et expressive participe au spectacle, l’ensemble des pupitres résonnant distinctement avec force et couleurs sous sa direction.

Suit un « Di’ tu se fedele », extrait du Bal masqué, qui nous bluffe d’entrée de jeu. La voix de Piotr Beczala, puissante, percutante dans les aigus, a des reflets de miel. La science du legato étonne mais ce sont les graves ainsi que la facilité de passage d’un registre à l’autre qui marquent le plus. Dans l’extrait de Rusalka, le ténor, incontestablement doué pour ce répertoire, continue d’impressionner par une voluptueuse alternance de volume et de douceur. Fin de première partie avec Verdi de nouveau (« Ella mi fu rapita ! » quelque peu maniéré mais convaincu) et une interprétation de « Ah, lève-toi soleil », radieuse comme il se doit où l’on relève une qualité de la diction qui ne limite pas au français.
  

Après la pause, en effet, Beczala – qui nous fait la grâce de s’être changé, avec élégance – propose un allemand impeccablement prononcé, en hommage donc à Tauber, mais avec une personnalité qui rappelle davantage Fritz Wunderlich. Couvert par l’orchestre, quand il susurre, dans « Freunde, das Leben ist lebenswert », Il s’impose peu à peu et explose avec le final « Das Leben ist schön, so schön ». Le public est aux anges et le fait savoir bruyamment. On se laisse aller, dans l’enchaînement d’airs qui suit, où les inflexions de la voix font merveille. Après une Danse hongroise où l’attention se déporte de nouveau sur Lukasz Borowitz, toujours aussi exubérant, arrive le tube : « Dein ist mein ganzes Herz ». Rien à jeter dans ce bijou qu’on n’osera pas qualifier de pacotille. On peut découvrir l’essentiel du contenu de la seconde partie dans le disque récemment paru chez Deutsche Grammophon.

Pour les bis, Piotr Beczala fait son joli cœur avec un « Ich bin so Galant » craquant, non sans nous annoncer juste avant son dernier rappel que cette journée est un peu particulière puisqu’il fête ses 21 ans de mariage. C’était donc ça ! Des noces d’opale. On lui souhaite de garder son charme intact jusqu’aux noces d’or…

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Piotr Beczala – Hommage à Tauber (Borowicz – Baden Baden)

Détails

Dein ist mein ganzes Herz
Hommage à Richard Tauber

Giuseppe Verdi (1813-1901)
Nabucco
Ouverture
Un ballo in maschera
« Di’ tu se fedele »

Antonín Dvořák (1841-1904)
Danse slave
Rusalka
« Vidino divná, presladká »

Giuseppe Verdi
Un giorno di regno
Ouverture
Rigoletto
« Ella mi fu rapita ! »

Charles Gounod (1818-1893)
Roméo et Juliette
Valse des fleurs
« L’amour ! L’amour !… Ah ! Lève-toi soleil !

Pause

Franz Lehár (1870-1948)
Giuditta
« Freunde, das Leben ist lebenswert »

Johann Strauß (1825-1899)
Der Zigeunerbaron
Ouverture

Emmerich Kálmán (1882-1953)
Gräfin Mariza
« Wenn es Abend wird… Grüß mir mein Wien »

Johannes Brahms (1833-1897)
Danse hongroise n° 5

Richard Tauber (1891-1948)
Der singende Traum
« Du bist die Welt für mich »

Aram Khatchatourian (1903-1978)
Valse de Masquerade

Franz Lehár
Das Land des Lächelns
« Dein ist mein ganzes Herz »

Bis

Erwin Ralph (1929)
« Ich küsse Ihre Hand Madam »

Robert Stolz
« Ob blond, ob braun, ich liebe alle Frau‘n »

Carl Böhm
« Still wie die Nacht »

Piotr Beczala
Ténor

Baden-Badener Philharmonie
Direction musicale
Lukasz Borowicz

Festspielhaus, Baden-Baden, jeudi 24 octobre 2013, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Ce n’est qu’un au revoir ?
Sondra RADVANOVSKY, Jonas KAUFMANN, Nadine SIERRA
Spectacle