Forum Opéra

Olympia Symphonique – Festival de Paris

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
20 juin 2023
Pris au piège du micro

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Vincent Youmans,
No no Nanette, Medley
Bruno Coquatrix,
Le Maharadja, « Musique, Musique ! » (Marie Perbost)
Wolfgang Amadeus Mozart,
Don Giovanni, « Deh vieni a la finestra » (Benjamin Appl)
Leonard Berstein
Candide, « I Am Easily Assimilated » (Eugénie Joneau)
Cole Porter
« I Am A Gigolo » (Laurent Naouri)
Victor Herbert
Concerto pour violoncelle n°2 en mi mineur op.30 (extrait, Aurélien Moreau)
Leonard Berstein
West Side Story, « I feel pretty » (Pretty Yende)
Georges Bizet
Les Pêcheurs de perles, « Je crois entendre encore » (Matthieu Justine)
Charles Gounod
Roméo et Juliette, « Je veux vivre » (Pretty Yende)
Kurt Weill
Youkali, (arr. Bill Elliott, Benjamin Appl)
Eric Coates
Oxford Street
Jacques Offenbach
Les Contes d’Hoffmann, « Barcarolle » (Marie Perbost, Eugénie Joneau)
Roland Petit
« La Chanson du Gangster » (Laurent Naouri)
Maurice Yvain
Là-Haut, « Là-Haut » (Matthieu Justine)
Moïses Simons
Toi c’est moi, « Sous les palétuviers » (Marie Perbost, Laurent Naouri)
Maurice Yvain
Yes!, « Yes! » (Eugénie Joneau)
Paul Misraki / André Hornez
« Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux » (Benjamin Appl)
Paul Misraki / André Hornez
« Tiens, tiens, tiens » (Aurélien Moreau)
Franz Lehar
Le Pays du sourire, « Je t’ai donné mon cœur » (Matthieu Justine)
Louiguy / Edith Piaf
« La Vie en rose » (Pretty Yende)

Pretty Yende, soprano
Laurent Naouri, baryton
Eugénie Joneau, mezzo-soprano
Marie Perbost, soprano
Matthieu Justine, ténor
Aurélien Pascal, violoncelle

Les Frivolités Parisiennnes
Direction musicale
Quentin Hindley

Paris, L’Olympia, lundi 19 juin 2023, 20h30

En inaugurant sa 4e édition par un concert à l’Olympia, le Festival de Paris invite les artistes classiques à s’aventurer hors de leurs circuits habituels et de leur zone de confort. Le temple parisien du music-hall carbure davantage à Michel Sardou ou à Black M qu’à Mozart. Son acoustique impose une sonorisation. C’est là son moindre défaut.

Dans un programme joyeux, entre années folles et standards du répertoire, les chanteurs invités doivent d’abord dompter l’usage du micro : trop fort dès qu’alternent parlé et chanté (Marie Perbost dans « Musique, musique » – un hommage à Bruno Coquatrix qui fut aussi compositeur avant de présider aux destinées glorieuses de la salle) ; défaillant durant « I’m a gigolo » (jusqu’à perturber Laurent Naouri dans son impeccable numéro de crooner) ; souvent nuisible à la compréhension du texte (« Yes » pourtant drôlement envoyé par Eugénie Joneau) ;  intraitable (la moindre hésitation est surexposée – l’air des Pêcheurs de perles par Matthieu Justine) ; voire cruel (un écart d’un pouillème de ton semble une infraction éhontée à la justesse – la musicalité de Pretty Yende se trouve souvent mise à rude épreuve et, plus qu’une valse de Juliette aux vocalises approximatives, il faut « La vie en rose » pour que le charme capiteux du timbre agisse). Les chausse-trappes sont innombrables. On imagine l’ingénieur du son, casque sur la tête, sueur au front, cramponné à sa platine comme Pierce Brosnan au volant de son Aston Martin dans Goldeneye.

Sur scène, il s’agit aussi de composer avec la lumière. Contrairement à l’habitude, la salle n’est pas plongée dans l’obscurité. Intimidé, Benjamin Appl cherche désespérément comment occuper ses mains au point d’en oublier la séduction de Don Juan, la nostalgie de Youkali et la fantaisie de « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ». « Là-haut » aide Matthieu Justine à retrouver un semblant d’assurance, et de franchise d’émission, quand d’emblée Eugénie Joneau barbotte dans « I Am Easily Assimilated » comme un poisson dans l’eau. La révélation des Victoires de la Musique Classique 2022 a du tempérament à revendre et dans sa catégorie vocale des trésors à dispenser. Un frisson parcourt l’échine de la barcarolle des Contes d’Hoffmann lorsque son mezzo rencontre le soprano de Marie Perbost. « La chanson du gangster » offre à Laurent Naouri une seconde chance de faire valoir son sens du swing avec une classe que n’aurait pas reniée David Niven période Panthère rose.

Sous la direction de Quentin Hindley, l’orchestre des Frivolités parisiennes assume le strass, les paillettes et la bonne humeur d’un concert sympathique en dépit de la sonorisation.

Prochain rendez-vous de cette 4e édition du Festival de Paris : Emöke Baráth, accompagnée au piano par Tanguy de Williencourt, dans un programme d’airs d’opéra de Mozart, Gounod et Rossini au Théâtre de l’œuvre le mercredi 21 juin à 20h30 (plus d’informations).

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Vincent Youmans,
No no Nanette, Medley
Bruno Coquatrix,
Le Maharadja, « Musique, Musique ! » (Marie Perbost)
Wolfgang Amadeus Mozart,
Don Giovanni, « Deh vieni a la finestra » (Benjamin Appl)
Leonard Berstein
Candide, « I Am Easily Assimilated » (Eugénie Joneau)
Cole Porter
« I Am A Gigolo » (Laurent Naouri)
Victor Herbert
Concerto pour violoncelle n°2 en mi mineur op.30 (extrait, Aurélien Moreau)
Leonard Berstein
West Side Story, « I feel pretty » (Pretty Yende)
Georges Bizet
Les Pêcheurs de perles, « Je crois entendre encore » (Matthieu Justine)
Charles Gounod
Roméo et Juliette, « Je veux vivre » (Pretty Yende)
Kurt Weill
Youkali, (arr. Bill Elliott, Benjamin Appl)
Eric Coates
Oxford Street
Jacques Offenbach
Les Contes d’Hoffmann, « Barcarolle » (Marie Perbost, Eugénie Joneau)
Roland Petit
« La Chanson du Gangster » (Laurent Naouri)
Maurice Yvain
Là-Haut, « Là-Haut » (Matthieu Justine)
Moïses Simons
Toi c’est moi, « Sous les palétuviers » (Marie Perbost, Laurent Naouri)
Maurice Yvain
Yes!, « Yes! » (Eugénie Joneau)
Paul Misraki / André Hornez
« Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux » (Benjamin Appl)
Paul Misraki / André Hornez
« Tiens, tiens, tiens » (Aurélien Moreau)
Franz Lehar
Le Pays du sourire, « Je t’ai donné mon cœur » (Matthieu Justine)
Louiguy / Edith Piaf
« La Vie en rose » (Pretty Yende)

Pretty Yende, soprano
Laurent Naouri, baryton
Eugénie Joneau, mezzo-soprano
Marie Perbost, soprano
Matthieu Justine, ténor
Aurélien Pascal, violoncelle

Les Frivolités Parisiennnes
Direction musicale
Quentin Hindley

Paris, L’Olympia, lundi 19 juin 2023, 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Ce n’est qu’un au revoir ?
Sondra RADVANOVSKY, Jonas KAUFMANN, Nadine SIERRA
Spectacle