Forum Opéra

Concert Bryn Terfel – Versailles

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
21 juin 2023
Bryn Terfel, l’ogre au sourire d’enfant

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1751 – 1791)
Don Giovanni : Ouverture
Le Nozze di Figaro : Non più andrai
Io ti lascio, o cara, addio KV 245
Don Giovanni : Madamina

Gioachino Rossini (1792 – 1868)
Il Barbiere di Siviglia : Ouverture
La Cenerentola : Miei rampolli femminini
Il Barbiere di Siviglia : La calunnia è un venticello

Georg Friedrich Haendel (1685 – 1759)
Sarabande en ré mineur (HWV 437)
Berenice, regina d’Egitto : Si tra i ceppi
Xerxes : Ombra mai fu

Ludwig van Beethoven (1770 – 1827)
Coriolan : Ouverture
Fidelio : Ha! Welch ein Augenblick!

Airs celtiques traditionnels
Passing by Ireland
Suo Gân Wales
Loch Lomond Scotland

Bryn Terfel, baryton

Orchestre de l’Opéra Royal

Laurent Campellone, direction musicale

Versailles, Opéra Royal, le samedi 17 juin 2023, 19h

 

C’est un programme comme il n’y en a plus beaucoup, que proposait Bryn Terfel à l’Opéra Royal de Versailles. Un programme « carte de visite », une sorte de marathon proche de ceux auxquels été habituées les divas d’antan, passant de quelques arie antiche à des mélodies françaises pour terminer en triomphe par des airs d’opéra avec contre-mi bémol ajoutés. Version Bryn Terfel, ça passe forcément par Mozart, ça bifurque bizarrement du côté de Rossini et de Haendel, pour se conclure par les pièces irlandaises et galloises qu’il affectionne depuis toujours.

Pour commencer, c’est donc Mozart, qui fit du baryton une star dès ces débuts scéniques, il y a maintenant une trentaine d’années. « Non piu andrai » est maîtrisé jusqu’à la dernière nuance, dans une version éminemment théâtrale, vociférante et sarcastique. L’air de Leporello, avec un smartphone pour catalogue, achève de conquérir un public chargé de donner de la voix quand il est temps d’évoquer les « mille e tre » conquêtes espagnoles de Don Giovanni. Entre les deux, il fallait bien une pause : il s’agit de Io ti lascio, o cara, addio, parenthèse de soupirs entre deux éclats de rire. L’ampleur des moyens de Bryn Terfel se prête plus facilement à l’écriture des grands rôles dramatiques (qu’on se souvienne de son Wotan, de l’émerveillement de ses premiers Jochanaan) qu’aux prouesses d’agilité : que le chant syllabique rossinien lui échappe ne surprendra personne. C’est par sa présence que ce Don Magnifico emporte l’adhésion, de même que la « Calunnia » du Barbier de Séville, si elle met à mal le souffle, s’appuie sur un sens implacable de la narration et du crescendo.

Bryn Terfel avait consacré un disque, il y a vingt-cinq ans, aux grands airs de Haendel. Aujourd’hui encore, le velours du timbre et la richesse d’une technique permettant de beaux allègements (quitte à recourir à la voix de tête) font le prix d’interprétations au charme quasi anachronique : nous ne sommes ni chez William Christie ni chez Ottavio Dantone, mais cet « Ombra mai fu » émeut, tout autant que la « Sarabande » en ré mineur, à laquelle Laurent Campellone et l’Orchestre de l’Opéra Royal donnent son juste équilibre entre rythme et pathos. La flamboyante ouverture de Coriolan qui suit ouvre la voie à un extrait du Fidelio de Beethoven : Pizarro ferait presque figure de petit rôle pour un chanteur de la trempe de Terfel, mais le sadisme et la brutalité de « Ha ! Welch ein Augenblick » feraient cauchemarder les plus grands fans de films d’horreur. Folklore celtique pour terminer la soirée, sans que cette habitude prenne les traits d’un passage obligé : la ferveur de « Loch Lomond », l’émotion contenue avec laquelle Terfel sussure « Passing by Ireland » ou encore « My little Welsh home » donné en bis renversent le public et galvanisent un chef et un orchestre d’une implication impeccable, au diapason du charisme du chanteur.

A plusieurs reprises, on est prêt de se dire que Terfel en fait trop, qu’il s’appuie sur son incroyable présence avec un soupçon de complaisance. Il faut pourtant bien reconnaître que le simple plaisir de chanter domine largement la volonté narcissique d’épater. Ovationné, l’ogre quitte la scène en jetant à la salle des sourires d’enfant.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1751 – 1791)
Don Giovanni : Ouverture
Le Nozze di Figaro : Non più andrai
Io ti lascio, o cara, addio KV 245
Don Giovanni : Madamina

Gioachino Rossini (1792 – 1868)
Il Barbiere di Siviglia : Ouverture
La Cenerentola : Miei rampolli femminini
Il Barbiere di Siviglia : La calunnia è un venticello

Georg Friedrich Haendel (1685 – 1759)
Sarabande en ré mineur (HWV 437)
Berenice, regina d’Egitto : Si tra i ceppi
Xerxes : Ombra mai fu

Ludwig van Beethoven (1770 – 1827)
Coriolan : Ouverture
Fidelio : Ha! Welch ein Augenblick!

Airs celtiques traditionnels
Passing by Ireland
Suo Gân Wales
Loch Lomond Scotland

Bryn Terfel, baryton

Orchestre de l’Opéra Royal

Laurent Campellone, direction musicale

Versailles, Opéra Royal, le samedi 17 juin 2023, 19h

 

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Ce n’est qu’un au revoir ?
Sondra RADVANOVSKY, Jonas KAUFMANN, Nadine SIERRA
Spectacle