Forum Opéra

DEBUSSY, Pelléas et Mélisande — Luxembourg

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
14 juin 2018
Trop de corps, trop peu d’âme

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Drame lyrique en cinq actes et douze tableaux de Claude Debussy sur un livret de Maurice Maeterlinck d’après sa pièce éponyme de 1892.

Créé à Paris le 30 avril 1902 à l’Opéra Comique.

Détails

Mise en scène

Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet

Scénographie et concept

Marina Abramovic

Lumières

Ürs Schönebaum

Vidéo

Marco Bambilla

Costumes

Iris van Herpen

Dramaturgie

Koen Bollen

Dramaturge musical

Piet De Volder

Pelléas

Philip Addis

Mélisande

Mari Eriksmoen

Golaud

Leigh Melrose

Geneviève

Sylvie Brunet-Grupposo

Arkel

Matthew Best

Yniold

Anat Erdi

Le docteur – Le berger

Markus Suihkonen

Danseurs du ballet des Flandres

Margan Lugo – Shawn Fitzgerald Ahern – Jason Kittelberger – Joseph Kudra – Robbie Moore – Oscar Ramos – Jonas Vandekerckhove

Chœur de l’Opéra des Flandres

Dirigé par Jan Schweiger

Orchestre Philharmonique du Luxembourg

Direction musicale

Alejo Pérez

Luxembourg, Grand Théâtre, le jeudi 14 juin 2018, 20h00

Pelléas est une œuvre fort singulière dans le répertoire de l’opéra. Maeterlinck donne si peu de chair à ses personnages, si peu de passé, si peu de présence, qu’on en vient à penser qu’ils ne sont plus que le vecteur d’une émotion, et non son incarnation. Et la musique de Debussy, en parfaite adéquation avec le texte et ses questionnements, crée un enchantement permanent qui fait toute la force de l’œuvre. Les scènes se succèdent avec pour chacune une couleur orchestrale propre, un décor bien caractérisé, la forêt, le château, la grotte, la chambre de Golaud, la tour et, précisément pour pouvoir changer ces décors, Debussy compose  de somptueux intermèdes orchestraux qui donnent au discours musical sa force, sa continuité et sa cohérence. L’œuvre, ou plutôt sa trame dramaturgique, est d’une très grande puissance émotionnelle mais aussi d’une grande fragilité, le fade et le ridicule guettent à la moindre faiblesse.

Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet, qui avec la complicité de Marina Abramovic signent cette mise en scène (reprise d’une création en début d’année à l’0péra des Flandres) ont pris le parti inverse. Des personnages impalpables dans un décor bien déterminé, avions nous dit ? Eux vont donner chair aux protagonistes dans un décor abstrait. Adjoignant la présence très athlétique de sept jeunes danseurs quasi nus, ils introduisent une dimension physique et parfois érotique là où tout n’était que symbole, émotion désincarnée et poésie. On pouvait s’y attendre : quand on demande à une brillante équipe de chorégraphes de faire de la mise en scène, ils font surtout… de la chorégraphie. Les danseurs illustrent les scènes plus qu’ils ne les éclairent, avec une gestique simple, parfois convenue et souvent belle. Ils montrent essentiellement des corps en souffrance, un amoncellement de chairs entrelacées qui fait songer au Pavillon des passions humaines à Bruxelles et ses sculptures de Jef Lambeaux, avec quelques épisodes plus cocasses, lorsqu’ils se transforment en moutons ou en pleureuses pour le dernier tableau.

Ces éléments se déploient dans un décor peu défini, abstrait, où le cercle domine, peuplé d’éléments minéraux, des blocs géants de cristal de roche froids et tranchants. On ne voit ni la forêt, ni la mer au loin depuis les terrasses, ni l’intérieur triste et sombre du château. Lorgnant sur Robert Wilson, Marina Abramovitz plonge dans l’abstraction, remplace le carré originel par un cercle omniprésent (ou est-ce un anneau wagnérien ?) qui concentre toute l’action, et qui symbolisera tantôt la fontaine des aveugles, tantôt le carcan qui enferme les personnages ; il sera repris aussi en fonds de scène de façon quasi permanente, figurant à l’aide de la vidéo le cratère d’un volcan, les astres à la dérive d’une cosmogonie imaginaire, un œil inquisiteur ou le judas d’une porte. On est dans un univers visuel proche de la science fiction, très cinématographique, où les personnages semblent des jouets animés par une volonté suprême, dépossédés de leur propre destin. Les personnages ne se touchent pas, ne se regardent pas, ils se côtoient, se croisent et souffrent.

Le visuel du spectacle est donc très élaboré, il fait l’objet de grands soins et d’une parfaite maîtrise technique. Mais le doute surgit quand à la nécessité de tout ceci, quand à l’adéquation de la proposition, aussi professionnelle soit elle, avec la nature profonde de l’œuvre, sa poésie fragile et hors du temps.

Jacques Imbrailo, initialement prévu pour chanter Pelléas, ne pouvant assurer sa prestation, c’est Philip Addis, jeune baryton canadien qui prend la relève avec panache. Servi par un physique de jeune premier parfait pour le rôle, par une voix certes encore un peu verte mais bien timbrée et très sonore, il donne beaucoup de relief au rôle titre. La continuité de la ligne mélodique est parfois un peu chaotique mais la diction française est excellente. C’est certainement un chanteur qu’il faudra suivre, il a tout pour faire une belle carrière. La Mélisande de Mari Eriksmoen, plus femme qu’enfant, a elle aussi une voix puissante (mais est-ce là ce qu’on demande à Mélisande ?) et une très belle présence scénique. Chez elle, c’est plutôt l’élément poétique qui fait défaut. Golaud, qui paraît au début fait d’un seul bloc, est subtilement incarné par Leigh Melrose, voix sombre et sonore, qui laisse peu à peu émerger la complexité de son personnage. Il est même terriblement émouvant dans la dernière scène, lorsqu’il demande pardon à Mélisande mourante. Sylvie Brunet-Grupposo fait une Geneviève parfaite, c’est une habituée du rôle, elle le tient à merveille. Matthew Best est également un habitué du rôle d’Arkel, et depuis longtemps. On pardonnera le vibrato excessif ou la voix un peu fatiguée, ces défauts-là sont compatibles avec l’âge du rôle. Il apporte une grande crédibilité et une humanité bienvenue à son personnage. Yniold, dont on ne sait toujours pas s’il est un chérubin qui décoche des flèches ou l’espion innocent du mari jaloux, est chanté par Anat Edri sur un petit ton grincheux qui est un des partis possibles pour le rôle.

Dans la fosse, l’orchestre dirigé par Alejo Perez joue tout un peu trop vite, sans véritable respiration, sans transparence et d’une façon sans doute trop objective. Si la musique de Debussy y gagne sans doute en puissance, elle y perd en sensualité mais aussi en lisibilité et en poésie.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Drame lyrique en cinq actes et douze tableaux de Claude Debussy sur un livret de Maurice Maeterlinck d’après sa pièce éponyme de 1892.

Créé à Paris le 30 avril 1902 à l’Opéra Comique.

Détails

Mise en scène

Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet

Scénographie et concept

Marina Abramovic

Lumières

Ürs Schönebaum

Vidéo

Marco Bambilla

Costumes

Iris van Herpen

Dramaturgie

Koen Bollen

Dramaturge musical

Piet De Volder

Pelléas

Philip Addis

Mélisande

Mari Eriksmoen

Golaud

Leigh Melrose

Geneviève

Sylvie Brunet-Grupposo

Arkel

Matthew Best

Yniold

Anat Erdi

Le docteur – Le berger

Markus Suihkonen

Danseurs du ballet des Flandres

Margan Lugo – Shawn Fitzgerald Ahern – Jason Kittelberger – Joseph Kudra – Robbie Moore – Oscar Ramos – Jonas Vandekerckhove

Chœur de l’Opéra des Flandres

Dirigé par Jan Schweiger

Orchestre Philharmonique du Luxembourg

Direction musicale

Alejo Pérez

Luxembourg, Grand Théâtre, le jeudi 14 juin 2018, 20h00

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini qua, Rossini là
Karine DESHAYES, Florian SEMPEY
Spectacle