Forum Opéra

PUCCINI, La Bohème – Lille

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 juillet 2024
Un attachant spectacle populaire pour les adieux d’Alexandre Bloch à Lille

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

La Bohème

Opéra en quatre actes

Musique de Giacomo Puccini (1858-1924)

Livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa d’après Scènes de la vie de bohème de H. Murger (1851)

Créé au Teatro Regio de Turin le 1er février 1896

Détails

Création visuelle
Grégoire Pont

Chef assistant, chargé de la mise en scène
Félix Benati

Chef assistant, chargé de l’organisation des services et de la lumière
Marc Hajjar

Chef assistant, chargé de la musique et de la régie générale
Victor Jacob

Assistant vidéo
Xavier Boyer

 

Mimi
Nicole Car

Rodolfo
Pene Pati

Marcello
Thomas Doliè

Musetta
Magali Simard-Galdès

Schaunard
Francesco Salvadori

Colline
Edwin Crossley-Mercer

Benoît / Alcindoro
Marc Labonnette

Parpignol
Abel Zamora

Un Douanier
Fionn Ó hAlmhain

Un Sergent
Paulo Cerquiera

Jeune Choeur des Hauts-de-France

Cheffe de choeur

Pascale Dieval-Wils

Cheffe de chant
Edwige Herchenroder

Orchestre national de Lille
Philharmonia Chorus

Chef de chœur
Gavin Carr

Direction musicale
Alexandre Bloch

 

2e Nuit d’été, Nouveau Siècle, Lille, le vendredi 5 juillet à 20h

 

 

 

 

 

 

 

La peur de l’hiver, de la maladie et de la misère n’a peut-être pas trouvé d’expression plus émouvante que dans le destin de Mimi, cette grisette de l’opéra puccinien, qu’un Baudelaire aurait pu aimer, lui qui redoutait tant d’entendre « tomber avec des chocs funèbres / Le bois retentissant sur le pavé des cours.» juste avant la froide saison (dans « Chant d’automne – I »). Et justement dans l’atelier où le poète Rodolfo et le peintre Marcello grelottent, il n’y a pas de bûches dans le poêle à bois, tel qu’ont pu peut-être le vivre les artistes de la Scapigliatura, cette version italienne de la bohème parisienne. Succès jamais démenti donc d’une œuvre lyrique qui met en scène les tourments et bonheurs de la bohème artistique de 1830, justement choisie par le directeur musical de l’Orchestre national de Lille pour ses adieux aux musiciens et au public (enthousiaste) lors des traditionnelles Nuits d’été de juillet. Dans la salle du Nouveau Siècle construite il y a une quarantaine d’années pour l’ONL, le public (par sa composition sociale large et sa venue en nombre) montre bien que depuis 2016, Alexandre Bloch a su faire prospérer et évoluer le legs du chef fondateur Jean-Claude Casadesus

Pour cette dernière soirée lilloise et puccinienne, Alexandre Bloch a encore fait le choix cette année d’une production aussi luxueuse en ce qui concerne sa distribution qu’elle est modeste en termes de coût pour la réalisation scénique, traçant une des voies possibles de l’opéra de demain, pour un résultat clairement satisfaisant. Grâce à la création visuelle de Grégoire Pont associant vidéo, lumières, effets numériques, au prêt d’éléments de décors et de costumes de l’Opéra de Lille, et à une mise en espace associant le public et les artistes (chœurs et figurants se déplaçant dans toute la salle), l’atelier, le Café Momus, la Barrière d’Enfer se matérialisent en une proposition facilement lisible, colorée et poétique, laissant toute la place à la musique et aux chanteurs. Des chanteurs qui, par leur jeunesse et leur complicité souriante, semblent incarner un quatuor idéal. Première déception, Pene Pati n’est pas en forme, et son premier air (« Che gelida manina ») manifeste rapidement des faiblesses dans la conduite de la ligne et dans l’émission des aigus, à la limite du chevrotant (à l’acte I). De loin en loin, la beauté du timbre rayonnant et la vaillance évoquent irrésistiblement Pavarotti, et le chanteur que le ténor samoan peut être. Mais pour cause de fatigue (et de bravoure mal maîtrisée ?), la projection est médiocre, les passages de registres aléatoirement négociés – au contraire du Marcello de Thomas Doliè, magnifique de bout en bout. Le baryton offre un chant plein à la sonorité brillante, une diction de grande classe et le couple qu’il forme avec la Musetta de Magali Simard-Galdès, rossignol piquant et sensuel à souhait (« Quando m’en va soletta per la via ») aux interventions parfaites entre légèreté et émotion (à l’acte IV), est galvanisant au possible dans son contraste attendu avec celui de Rodolfo et Mimi. 

© DR

La Mimi de Nicole Car hausse le niveau général dès son entrée, et particulièrement celui de Pene Patti, en duo ou en quatuor (« Addio, dolce svegliare »). Elle connaît les tours et détours de ce rôle et son chant en magnifie le lyrisme humble (« Mi chiamano Mimi »). La beauté grave de son timbre, ses inflexions subtiles impeccablement réglées par une émission large passant un orchestre parfois envahissant et son charisme scénique en font une interprète de choix. Le Schaunard de Francesco Salvadori ne se démarque guère (mais il a peu à chanter). A contrario le Colline d’Edwin Crossley-Mercer est généreux, d’une égale efficacité durant la soirée. Il obtient fort légitimement les acclamations du public avec sa « Chanson du manteau » (acte IV). Marc Labonnette est un formidable Benoît, tout comme un Alcindoro burlesque, et Abel Zamora un Parpignol ne contribuant pas peu à la réussite de ce deuxième acte entraînant et gai. Enfin, la direction très particulière d’Alexandre Bloch a pu parfois surprendre par une agogique du discours peut-être peu entendue jusqu’ici. Selon les climats à faire naître, très (trop ?) énergique, puis lent jusqu’à sembler énoncer (trop ?) analytiquement les notes des motifs colorant les personnages et les formules des passages purement orchestraux dans une esthétique résolument impressionniste, il conduit un orchestre très vivant et expressif, jusqu’à la conclusion tutta forza d’une œuvre qui arracherait des larmes à un roc avec son irrésistible finale. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

La Bohème

Opéra en quatre actes

Musique de Giacomo Puccini (1858-1924)

Livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa d’après Scènes de la vie de bohème de H. Murger (1851)

Créé au Teatro Regio de Turin le 1er février 1896

Détails

Création visuelle
Grégoire Pont

Chef assistant, chargé de la mise en scène
Félix Benati

Chef assistant, chargé de l’organisation des services et de la lumière
Marc Hajjar

Chef assistant, chargé de la musique et de la régie générale
Victor Jacob

Assistant vidéo
Xavier Boyer

 

Mimi
Nicole Car

Rodolfo
Pene Pati

Marcello
Thomas Doliè

Musetta
Magali Simard-Galdès

Schaunard
Francesco Salvadori

Colline
Edwin Crossley-Mercer

Benoît / Alcindoro
Marc Labonnette

Parpignol
Abel Zamora

Un Douanier
Fionn Ó hAlmhain

Un Sergent
Paulo Cerquiera

Jeune Choeur des Hauts-de-France

Cheffe de choeur

Pascale Dieval-Wils

Cheffe de chant
Edwige Herchenroder

Orchestre national de Lille
Philharmonia Chorus

Chef de chœur
Gavin Carr

Direction musicale
Alexandre Bloch

 

2e Nuit d’été, Nouveau Siècle, Lille, le vendredi 5 juillet à 20h

 

 

 

 

 

 

 

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Curieux ne pas s’abstenir !
Camilla Carol FARIAS, Francesco BOSSI, Luis MAGALLANES
Spectacle