Forum Opéra

Récital Diana Damrau, Piotr Beczala et Nicolas Testé – Airs de Bel canto — Baden-Baden

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 septembre 2014
Honneur à la Dam…

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Diana Damrau, soprano

Piotr Beczala, ténor

Nicolas Testé, baryton-basse

Philharmonie Baden-Baden

Pavel Baleff, direction

Giuseppe Verdi

Ouverture (Luisa Miller)

« Di’ tu se fedele », air de Riccardo (Un ballo in maschera)

Vincenzo Bellini

« Rendetemi la speme… Vien, diletto » air d’Elvira (I Puritani)

Gaetano Donizetti

« Cedi, cedi… Al ben de’ tuoi, qual vittima » cavatine et cabalette de Raimondo avec Lucia (Lucia di Lammermoor)

Vincenzo Bellini

Ouverture (I Capuleti e i Montecchi)

Giuseppe Verdi

« La donna è mobile » air du Duc (Rigoletto)

Vincenzo Bellini

« Oh! Quante volte » air de Giulietta (I Capuleti e i Montecchi)

Giuseppe Verdi

« Un ignoto, tre lune or saranno » air de Massimiliano (I Masnadieri)

« Signor né principe… È il sol dell’anima… Addio, addio » duo Gilda/Duc (Rigoletto)

Pause

Jules Massenet

« Je marche sur tous les chemins » air de Manon (Manon)

« Pourquoi me réveiller » air de Werther (Werther)

« Toi ! Vous !… Oui, c’est moi ! » duo Manon/Des Grieux (Manon)

Charles Gounod

« Les Troyens » « Danse de Phryné » ballet (Faust)

« Mais ce Dieu… Me voici ! À moi les plaisirs » duo Méphistophélès/Faust (Faust)

« Vous qui faites l’endormie » air de Méphistophélès (Faust)

« Alerte ! Alerte ! Ou vous êtes perdus ! » trio Finale Marguerite/Méphistophélès/Faust (Faust)

Rappel

Giacomo Puccini

« O mio babbino caro » (Gianni Schicchi)

Charles Gounod

« Ah !, lève-toi, soleil ! » (Roméo et Juliette)

Baden-Baden, Festspielhaus, vendredi 26 septembre 2014, 20h

C’est un trio de choc qui a brillé ce vendredi soir sur la scène du Festspielhaus de Baden-Baden, où l’on est friand de grandes voix. La preuve avec cette affiche réunissant Diana Damrau, Piotr Beczala et Nicolas Testé. Cependant, si le ténor a montré ce dont il était capable, c’est surtout la soprano qui était la diva, les deux autres lui servant de faire-valoir. Nicolas Testé, son époux à la ville, n’a eu que très peu d’airs à interpréter, ceux du tuteur de Lucia, du comte des Masnadieri et tout de même un Méphistophélès passionnant et intriguant à souhait. La belle voix ambrée et un peu sourde du Français, teintée de mélancolie, sombre mais zébrée d’éclats lumineux, a laissé entendre un diable à la personnalité fort intéressante, quoiqu’un peu trop lisse et pas assez scénique (ce qu’on ne lui demandait pas puisqu’il s’agissait d’un récital).

Piotr Beczala, pour sa part, a affiché une belle présence et a distribué quelques tubes, à commencer par « La donna è mobile » projeté comme à la parade, mais sans effets de surprise. Il en est allé tout autrement de l’air de Riccardo dans le Bal masqué où le ténor s’est risqué à d’audacieux graves contrastant superbement avec des aigus d’une facilité déconcertante, ce qui n’a pas toujours été le cas chez le Polonais. L’homme a vraiment le sens de la phrase qu’il sait amadouer et infléchir pour lui donner des accents très personnels. Dommage que la prononciation du français soit peu compréhensible, comme c’est aussi le cas pour ses autres partenaires.


© Christiane Haumann-Frietsch

La star de la soirée, incontestablement, est Diana Damrau. Belle et élégante, la soprano allemande nous a paru au sommet de sa forme, épanouie et prompte à faire des effets de manche, en un mot rayonnante, libérée, voire déchaînée ! D’entrée de jeu, elle commence avec Bellini, ce qui n’est pas choisir la facilité et pourtant, sa science de l’ornementation et la flexibilité donnent l’impression qu’elle a tout sous contrôle : on assiste à une véritable leçon de chant. Chaque nouvelle apparition donne vraiment à percevoir le personnage, parfois à la limite du cabotinage, ce qui n’est pas du tout déplacé dans le cas de Manon, par exemple. On se dit alors que la prima donna a décidément de faux airs de ressemblance avec Meryl Streep, pas uniquement physiques mais aussi scéniques.

Pavel Baleff, de son côté, conduit la Philharmonie de Baden-Baden avec sérieux et mesure. Il en résulte une prestation honnête, peut-être sans éclat mais très correcte. Décidément, la reine de la soirée, qui nous murmure un sublime « O mio babbino caro » pour finir, c’est toujours Diana Damrau.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Diana Damrau, soprano

Piotr Beczala, ténor

Nicolas Testé, baryton-basse

Philharmonie Baden-Baden

Pavel Baleff, direction

Giuseppe Verdi

Ouverture (Luisa Miller)

« Di’ tu se fedele », air de Riccardo (Un ballo in maschera)

Vincenzo Bellini

« Rendetemi la speme… Vien, diletto » air d’Elvira (I Puritani)

Gaetano Donizetti

« Cedi, cedi… Al ben de’ tuoi, qual vittima » cavatine et cabalette de Raimondo avec Lucia (Lucia di Lammermoor)

Vincenzo Bellini

Ouverture (I Capuleti e i Montecchi)

Giuseppe Verdi

« La donna è mobile » air du Duc (Rigoletto)

Vincenzo Bellini

« Oh! Quante volte » air de Giulietta (I Capuleti e i Montecchi)

Giuseppe Verdi

« Un ignoto, tre lune or saranno » air de Massimiliano (I Masnadieri)

« Signor né principe… È il sol dell’anima… Addio, addio » duo Gilda/Duc (Rigoletto)

Pause

Jules Massenet

« Je marche sur tous les chemins » air de Manon (Manon)

« Pourquoi me réveiller » air de Werther (Werther)

« Toi ! Vous !… Oui, c’est moi ! » duo Manon/Des Grieux (Manon)

Charles Gounod

« Les Troyens » « Danse de Phryné » ballet (Faust)

« Mais ce Dieu… Me voici ! À moi les plaisirs » duo Méphistophélès/Faust (Faust)

« Vous qui faites l’endormie » air de Méphistophélès (Faust)

« Alerte ! Alerte ! Ou vous êtes perdus ! » trio Finale Marguerite/Méphistophélès/Faust (Faust)

Rappel

Giacomo Puccini

« O mio babbino caro » (Gianni Schicchi)

Charles Gounod

« Ah !, lève-toi, soleil ! » (Roméo et Juliette)

Baden-Baden, Festspielhaus, vendredi 26 septembre 2014, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Festival vocal
Cecilia BARTOLI, Gianluca CAPUANO, Davide LIVERMORE
Spectacle