Forum Opéra

Récital Marie-Nicole Lemieux — Paris (Philharmonie)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
11 janvier 2023
« On ne voyait plus qu’elle… »

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Marc-Antoine Charpentier
Ouverture de Médée
« Quel prix de mon amour ! » (Médée)
Pascal Collasse
« Venez transports cruels » (Canente)
André-Cardinal Destouches
Ouverture d’Omphale« Sa mort va me venger » (Omphale)
« Quel transport saisit mes esprits » (Omphale)
Chaconne d’Omphale
Mademoiselle Duval
« Impitoyable amour » (Les Génies)
« Vous qui m’obéissez » (Les Génies)
« Elle part, et mon cœur n’est point exempt d’alarmes » (Les Génies)
Henry Desmarest
Sarabande de Circé
André-Cardinal Destouches
« Airs pour les Magiciens » (Omphale)
Jean-Marie Leclair
« Noires divinités » (Scylla et Glaucus)

Entracte

Jean-Baptiste Lully

« Ha ! Faut-il me venger en perdant ce que j’aime ? » (Thésée)
Pascal Collasse
« Les Grâces » (Canente)
Henry Desmarest
Air de Circé
« Sombres marais du Styx » (Circé)
François-Joseph Salomon
Airs des démons de Médée et Jason
« Prête à porter d’horribles coups, de mes sens quel effroi s’empare ? » (Médée et Jason)
Theobaldo di Gatti
Entrée des magiciens de Scylla
Marc-Antoine Charpentier
« Ne les épargnons pas ! Ha trop barbare mère ! » (Médée)
Sarabande de Médée
Christoph Willibald Gluck
« Ah ! Si la liberté me doit être ravie » (Médée)

Bis

Henry Desmarest
« Ah que l’amour aurait de charmes » (Circé)
« Sombres marais du Styx » (Circé)
Marc-Antoine Charpentier
« Quel prix de mon amour ! » (Médée)

Marie-Nicole Lemieux , contralto

Les Epopées
Direction musicale
Stéphane Fuget

Paris, Philharmonie, le lundi 9 janvier 2023 à 20h

« Quel prix de mon amour, quel fruit de mes forfaits » : c’est avec les mots de Thomas Corneille et la musique de Marc-Antoine Charpentier que Marie-Nicole Lemieux, visiblement très émue, achève le troisième et dernier bis du récital qu’elle donnait ce lundi soir à la Philharmonie de Paris. Elle clôture ainsi, de la même façon qu’elle l’avait ouvert, un voyage de plus de deux heures dans le baroque français. Le programme du concert avait été conçu comme un hommage aux rôles dits « à baguette », et mettait ainsi à l’honneur ces reines, magiciennes et autres femmes toutes puissantes mais tragiquement malheureuses en amour.

Cette passionnante épopée, qui s’étend sur près d’un siècle, est l’occasion de découvrir de véritables joyaux du répertoire baroque français. Au sein de ce programme d’une grande richesse, on retiendra tout particulièrement les étonnants extraits des Génies, opéra composé en 1736 par Mademoiselle Duval, ou encore les airs d’Omphale (1701), d’une tension à glacer le sang, et signés d’André-Cardinal Destouches. Il faut à ce titre féliciter le travail original réalisé par l’ensemble de l’équipe artistique au titre de ce concert qui sort des sentiers battus. 


Marie-Nicole Lemieux & Stéphane Fuget © O. Bertrand

 

Marie-Nicole Lemieux en majesté

La contralto québécoise faisait ce soir ses débuts dans la tragédie lyrique française. « C’est la première fois que j’ose faire ce répertoire », déclare-t-elle au public, remerciant par la même occasion le chef Stéphane Fuget, à l’origine de cet ambitieux projet. Et pourtant, on jurerait que Marie-Nicole Lemieux a toute sa vie interprété ce répertoire qu’elle conduit au sommet ! La voix, magnifiquement projetée dans la Philharmonie, charme toujours autant par sa chaleur et son velouté. La diction, d’une exquise précision, n’omet pas d’appuyer sur certains mots pour mieux mettre en valeur les points saillants du texte. Enfin, la tessiture extrêmement exigeante de ces rôles trouve en Marie-Nicole Lemieux une interprète parfaite. En fin de deuxième partie, la cantatrice s’offre même le luxe d’incarner le rôle, pourtant composé pour soprano, de l’Armide de Gluck, dans un air qu’elle cisèle avec grâce et ornemente avec toute la finesse requise.

Tragédienne, Marie-Nicole Lemieux l’a toujours été. Il n’est qu’à voir pour s’en convaincre la majestueuse fierté de ses entrées, ou encore sa façon d’alterner les moments de fureur, de désespoir, de folie et de joie. Et avec quel art suprême elle passe par tous ces extrêmes, tout en dignité, et sans aucunement sacrifier la ligne vocale. Le mot de Titon du Tillet sur Marie Le Rochois (1658-1728), créatrice entre autres des rôles d’Armide de Lully et de Médée de Charpentier, que l’on retrouve dans la note de programme, ne résumerait pas mieux l’impression laissée ce soir par Marie-Nicole Lemieux : « Quand elle commençait à s’émouvoir et à chanter, […] on ne voyait plus qu’elle sur le théâtre et elle paraissait seule le remplir ».  


Marie-Nicole Lemieux © Geneviève Lesieur

A ses côtés, le chef Stéphane Fuget se révèle un guide parfait, accompagnant tantôt avec passion, tantôt avec délicatesse la contralto. Son orchestre Les Epopées, à l’effectif idéalement fourni – plus de vingt-cinq instruments à cordes, hautbois, traverso et bassons par quatre –, révèle une belle sonorité. Les ouvertures ont la majesté qu’il faut, les sarabandes sont remplies de grâce. L’ensemble passionne de bout en bout, comme dans cet « Air des démons » extrait de Médée et Jason de François-Joseph Salomon.

Après Vivaldi, Carmen, la mélodie et tant d’autres défis – on annonce prochainement un Ring dans lequel elle chantera Fricka et Erda –, où s’arrêtera Marie-Nicole Lemieux ?

 


Les Epopées & Stéphane Fuget © Etienne Charbonnier

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Marc-Antoine Charpentier
Ouverture de Médée
« Quel prix de mon amour ! » (Médée)
Pascal Collasse
« Venez transports cruels » (Canente)
André-Cardinal Destouches
Ouverture d’Omphale« Sa mort va me venger » (Omphale)
« Quel transport saisit mes esprits » (Omphale)
Chaconne d’Omphale
Mademoiselle Duval
« Impitoyable amour » (Les Génies)
« Vous qui m’obéissez » (Les Génies)
« Elle part, et mon cœur n’est point exempt d’alarmes » (Les Génies)
Henry Desmarest
Sarabande de Circé
André-Cardinal Destouches
« Airs pour les Magiciens » (Omphale)
Jean-Marie Leclair
« Noires divinités » (Scylla et Glaucus)

Entracte

Jean-Baptiste Lully

« Ha ! Faut-il me venger en perdant ce que j’aime ? » (Thésée)
Pascal Collasse
« Les Grâces » (Canente)
Henry Desmarest
Air de Circé
« Sombres marais du Styx » (Circé)
François-Joseph Salomon
Airs des démons de Médée et Jason
« Prête à porter d’horribles coups, de mes sens quel effroi s’empare ? » (Médée et Jason)
Theobaldo di Gatti
Entrée des magiciens de Scylla
Marc-Antoine Charpentier
« Ne les épargnons pas ! Ha trop barbare mère ! » (Médée)
Sarabande de Médée
Christoph Willibald Gluck
« Ah ! Si la liberté me doit être ravie » (Médée)

Bis

Henry Desmarest
« Ah que l’amour aurait de charmes » (Circé)
« Sombres marais du Styx » (Circé)
Marc-Antoine Charpentier
« Quel prix de mon amour ! » (Médée)

Marie-Nicole Lemieux , contralto

Les Epopées
Direction musicale
Stéphane Fuget

Paris, Philharmonie, le lundi 9 janvier 2023 à 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle