Forum Opéra

Récital Simone Kermes et Vivica Genaux — Baden-Baden

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
28 novembre 2014
Barock ’n’ roll

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Simone Kermes, soprano

Vivica Genaux, mezzosoprano

Cappella Gabetta

Andrés Gabetta, direction

Carlo Francesco Pollarolo

Ariodante

Ouverture

Giovanni Bononcini

« Spera che questo cor » (Bordoni)

Astianatte

Georg Friedrich Händel

« Scoglio d’immota fronte » (Cuzzoni)

Scipione

Attilio Ariosti

« Vorreste o mie pupille » (Bordoni)

Lucio Vero

Georg Friedrich Händel

« Piangerò la sorte mia » (Cuzzoni)

Giulio Cesare

Johann Adolph Hasse

« Priva del caro bene » (Bordoni)

Dalisa

Nicola Porpora

« Nobil onda » (Cuzzoni)

Adelaide

Johann Adolph Hasse

« Se mai più sarò geloso » (duo)

Cleofide

Pause

Nicola Porpora

Ouverture

Orfeo

Giuseppe Arena

« Come potesti, oh dio » (Cuzzoni)

La Clemenza di Tito

Leonardo Vinci

« L’onda chiara che dal fonte » (Bordoni)

Ifigenia in Tauride

Geminiano Giacomelli

« Villanella nube estiva » (Cuzzoni)

Scipione in Cartagine Nuova

Johann Adolph Hasse

« Impallidisce in campo » (Bordoni)

Issipile

« Va ‘tra le selve ircane » (Cuzzoni)

Artaserse

« Padre ingiusto » (Bordoni)

Cajo Fabricio

Pietro Torri

« Ferma crudel… Son costretta esser crudel » (duo)

Amadis di Grecia

Baden-Baden, Festspielhaus, vendredi 28 novembre 2014, 20h

Puisqu’il s’agissait d’un crêpage de chignon annoncé, il est évident que les spectateurs pouvaient s’attendre à de belles empoignades sur scène des deux divas invitées. En effet, dans la foulée de la sortie de leur album Rival Queens où elles illustrent la rivalité entre Faustina Bordoni et Francesca Cuzzoni qui s’étaient battues sur les planches en 1727, Vivica Genaux et Simone Kermes ont pu montrer de quoi elles étaient capables vocalement mais aussi scéniquement, se livrant sur le plateau à une débauche de mimiques, provocations gestuelles ou vestimentaires.

Pour illustrer la virtuosité vocale de la Bordoni, c’est Vivica Genaux qui officie. La technique est impressionnante, l’ornementation effectivement virtuose voire ébouriffée, les airs de fureur convaincants marqués par des glapissements à faire frémir, les effets spectaculaires nets et sans bavure, mais le tout laisse une vague sensation de froideur. En un mot, on cherche en vain un peu d’émotion véritable au-delà de la beauté et de l’élégance de la jeune femme, ravissante dans sa robe d’oiseau de paradis digne d’une fée Lilas, avec pour concession à la modernité et provocation érotique une fente à l’avant qui laisse découvrir des jambes parfaitement galbées.

Dans le rôle de la rivale Cuzzoni, Simone Kermes en fait des tonnes. À l’image de sa robe, véritable cacophonie visuelle entre rose thé, fuchsia et rose bonbon rehaussée de violet agressif, sa bague surdimensionnée a pour pendant des chaussures en lamé grises visibles puisque la robe s’arrête au-dessus des genoux au lieu des chevilles, dans un effet très proche d’un Rocky Horror Picture Show. D’ailleurs, la soprano multiplie les effets auto parodiques, se trémoussant et s’agitant comme en discothèque. Les yeux écarquillés en parfaite folle à lier dans un numéro que n’aurait sans doute pas renié Nina Hagen, elle multiplie les fulgurances déjantées en suraigus éblouissants pas toujours très précis, ce qui n’est pas étonnant avec une telle agitation digne du Crazy Horse. La belle s’amuse visiblement beaucoup et le public manifeste son enthousiasme. On en reste bouche bée. Pas sûr que les inédits interprétés par la diva en ressortent grandis, mais la joute de vocalises ne manque pas d’impressionner. Les deux artistes se jaugent, minaudent et se volent la vedette, organisant leur propre claque (résultat garanti, et dans ce match, c’est Simone Kermes qui l’emporte haut la main) puis se prennent aux cheveux, dans un règlement de compte fictif et complice où les deux voix s’accordent assez harmonieusement, façon Desperate Housewives.

Jouant parfaitement le jeu, la Cappella Gabetta conduite par le violoniste Andrés Gabetta excelle à faire briller les deux (rock) stars. Les quinze interprètes semblent à la fête, sourires entendus à l’appui. Mais c’est pour les rappels que le concept de la soirée prend tout son sens. Tout à coup, le claveciniste égrène quelques notes familières et notre duo se met à nous concocter en direct un pot-pourri Abba/rock désopilant et plus que décontracté. Leur « Gimme gimme gimme a man after midnight » est irrésistiblement décalé mais drôle et remporte un succès quasi hystérique. Les deux belles terminent assises au bord de la fosse et nous offrent une charmante Barcarolle, bras et robes enlacés gracieusement en nous souhaitant une « Belle nuit, ô nuit d’amour ». Il y a pires façons de mettre les gens au lit.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Simone Kermes, soprano

Vivica Genaux, mezzosoprano

Cappella Gabetta

Andrés Gabetta, direction

Carlo Francesco Pollarolo

Ariodante

Ouverture

Giovanni Bononcini

« Spera che questo cor » (Bordoni)

Astianatte

Georg Friedrich Händel

« Scoglio d’immota fronte » (Cuzzoni)

Scipione

Attilio Ariosti

« Vorreste o mie pupille » (Bordoni)

Lucio Vero

Georg Friedrich Händel

« Piangerò la sorte mia » (Cuzzoni)

Giulio Cesare

Johann Adolph Hasse

« Priva del caro bene » (Bordoni)

Dalisa

Nicola Porpora

« Nobil onda » (Cuzzoni)

Adelaide

Johann Adolph Hasse

« Se mai più sarò geloso » (duo)

Cleofide

Pause

Nicola Porpora

Ouverture

Orfeo

Giuseppe Arena

« Come potesti, oh dio » (Cuzzoni)

La Clemenza di Tito

Leonardo Vinci

« L’onda chiara che dal fonte » (Bordoni)

Ifigenia in Tauride

Geminiano Giacomelli

« Villanella nube estiva » (Cuzzoni)

Scipione in Cartagine Nuova

Johann Adolph Hasse

« Impallidisce in campo » (Bordoni)

Issipile

« Va ‘tra le selve ircane » (Cuzzoni)

Artaserse

« Padre ingiusto » (Bordoni)

Cajo Fabricio

Pietro Torri

« Ferma crudel… Son costretta esser crudel » (duo)

Amadis di Grecia

Baden-Baden, Festspielhaus, vendredi 28 novembre 2014, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle