Forum Opéra

REIMANN, La Maison de Bernarda Alba – Gelsenkirchen

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
2 juin 2023
Quelque chose d’inouï se passe ici

Note ForumOpera.com

5

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes d’Aribert Reimann d’après Federico García Lorca
Livret du compositeur d’après la traduction allemande d’Enrique Beck
Créé au Bayerische Staatsoper de Munich, le 30 octobre 2000

Production Musiktheater im Revier (MIR) créée le 6 mai 2023

Détails

Mise en scène

Dietrich W. Hilsdorf

cors

Dieter Richter

Costumes

Nicola Reichert

Lumières

Mario Turco

Vidéo

Gregor Eisenmann

 

Bernarda Alba

Almuth Herbst

María Josefa, mère de Bernarda

Mechthild Großmann

Angustias, 39 ans

Lina Hoffmann

Magdalena, 30 ans

Bele Kumberger

Amelia, 27 ans

Margot Genet

Martirio, 24 ans

Soyoon Lee (membre de l’Atelier lyrique Rhénanie-du-Nord-Westphalie)

Adela, 20 ans

Katherine Allen

La Poncia, gouvernante

Sabine Hogrefe

La Servante

Anke Sieloff

La Fille de la Servante,

Alena Maaß / Wilhelmine Nattermann

 

Chœur du MIR

Direction

Alexander Eberle

 

Neue Philharmonie Westfalen

Direction

Johannes Harneit

 

Gelsenkirchen, Musiktheater im Revier (MIR), le 28 mai 2023

Pour la première fois depuis plus de vingt ans, La Maison de Bernarda Alba, septième opéra d’Aribert Reimann, revient sur scène. La nouvelle production de l’Opéra de Gelsenkirchen est seulement la quatrième de cette œuvre pourtant bouleversante. Reimann est notamment l’auteur de Lear, incontournable chef-d’œuvre présent sur toutes les grandes scènes internationales depuis sa création en 1978.

Lorsque le public arrive, la scène est peuplée d’hommes. Les employés des pompes funèbres sont attablés en attendant le début de la cérémonie, un clochard déambule de gauche à droite, le cercueil du mari défunt de Bernarda Alba repose sur une grande table à manger. Une petite fille fait des allers-retours excités. Mais quand la pièce commence finalement, tout ce petit monde disparaît. L’homme n’a pas sa place dans cet univers où il n’est que l’objet de désirs et de conversations.

L’histoire de Bernarda Alba qui, par bigoterie et avidité d’un statut social élevé, enferme ses filles à la maison afin de leur éviter tout contact avec le monde extérieur, est le dernier texte dramatique du poète espagnol Federico García Lorca, visionnaire, influencé par Maurice Maeterlinck et préfigurant Beckett. Lorsque Pepe El Romano, convoité par les cinq filles, propose  un mariage à l’aînée, Angustias, le drame éclate. La cadette, Adela, entretien une liaison avec l’homme promis à sa sœur et se suicide après qu’une autre de ses sœurs, Martirio, poussée par la jalousie, lui a fait croire que leur mère a tué son amant.

En 2000, le compositeur Aribert Reimann transforme cette pièce en œuvre lyrique, que l’on peut découvrir actuellement au « Musiktheater im Revier » (MIR, « Théâtre musical au bassin minier ») de Gelsenkirchen en Allemagne.

Contrairement aux didascalies de Lorca, qui prévoient un espace neutre, blanc et stérile, Dieter Richter, scénographe de la production, situe l’action dans le cadre d’une hacienda décatie dont le papier peint du salon témoigne d’un passé plus prospère. La mise en scène de Dietrich Hilsdorf répond à ce motif historiciste. Au début du spectacle, une projection informe le spectateur que tout commence à Valderrubio, le 19 août 1936 à 11h28. Il s’agit du jour de l’assassinat de Lorca par la phalange franquiste en raison de ses engagements politiques et de son homosexualité. La famille du poète possédait une maison de campagne dans ce village andalou, situé pourtant à trente kilomètres du lieu d’exécution. D’après ce que l’on sait aujourd’hui, Lorca était déjà mort à l’heure indiquée. Au fur et à mesure du spectacle, ces allusions se font plus claires. Une vidéo projetée sur les murs du salon pendant les entractes orchestraux montre un peloton tirant sur une victime invisible. Adela est hantée par ces images créant un lien entre sa mort prochaine et celle de Lorca – leurs convictions et choix amoureux sont fatales aux deux. Cette atmosphère étouffante se traduit entre autres par des moments d’immobilité des personnages, sorte d’arrêt sur l’image augmentant l’intensité du moment. À la fin, la petite fille du début revêtira la robe verte d’Adela, couleur de l’extravagance dans le vocabulaire symboliste de Lorca. Un signe d’espoir ?

Almuth Herbst, Lina Hoffmann, Bele Kumberger, Katherine Allen, Margot Genet, Soyoon Lee © Karl und Monika Forster

La distribution des neuf femmes est brillante. Déclinant la voix féminine, du soprano colorature à la voix parlée, les parties sont toutes d’une virtuosité certes exigeante mais naturelle. Reimann, également pianiste et ancien accompagnateur de Dietrich Fischer-Diskau, ne sait que trop bien ce que l’on peut exiger de la voix et des musiciens dans le contexte d’une œuvre scénique. Sabine Hogrefe joue la gouvernante, La Poncia, minée par le chagrin mais tout à fait à la hauteur de sa maîtresse. La Bernarda d’Almuth Herbst, contralto suave dont les accents faussement tendres rendent sa cruauté et ses cris encore plus perturbants, n’est pas moins nuancée que Katherine Allen (Adela) dont la voix véloce passe habilement de la coquetterie au désespoir puis à la folie. L’actrice Mechthild Großmann, doyenne du théâtre allemand, campe une María Josefa digne de Valeska Gert – la mère de Bernarda a beau perdre la tête, elle est la seule à comprendre l’inhumanité de la situation. Les autres interprètes appellent les mêmes éloges. Que ce soit Lina Hoffmann (Angustias), qui incarne une vieille fille grandiose, Soyoon Lee, une Martirio aux aigus scintillants, ou encore la Servante éprouvée mais forte d’Anke Sieloff ainsi que l’interprétation touchante et gracieuse de Magdalena et Amelia par Bele Kumberger et Margot Genet.

Le texte de Lorca est beaucoup moins objectif que son sous-titre « document photographique » ne le laisse entendre. L’auteur dramatique génial qu’il fut emploie un langage cru mais stylisé, tel un vieux cliché en noir et blanc figé dans le temps. La partition non moins extraordinaire de Reimann en tient compte. La famille des flûtes et clarinettes au complet, du piccolo à la clarinette contrebasse, douze violoncelles, un groupe de cuivres sans les cors et non moins de quatre pianos à queue dont deux préparés composent un orchestre à la fois tronqué et enrichi. Sous la baguette de Johannes Harneit, lui-même compositeur, cet effectif retrouve toute sa subtilité. Habilement il en fait ressortir la beauté âpre de cette musique incisive et sans compromis. « À mon sens, les pianos sont d’énormes guitares surréalistes », explique-t-il, « on retrouve les mêmes techniques, la même physionomie des six cordes pincées et grattées, alors que le style de Reimann est dépourvu de toute espagnolade. » Harneit est très à l’affût des différentes constellations instrumentales dont le moindre changement modifie la situation dramatique.

Des mélodies ensorcelantes reviennent sans arrêt comme une obsession, se heurtent contre des coups cuivrés ou disparaissent dans des champs sonores irisés. Les couleurs à la fois réduites et concentrées contribuent à une dramaturgie lyrique qui tient le public en haleine du début à la fin.

Le MIR n’a rien laissé au hasard. Pendant un an, la production a fait l’objet de minutieux préparatifs. La soprano Claudia Barainsky – éminente interprète de la musique de Reimann, qui créa le rôle de Martirio dans Bernarda Alba et de Médée dans Medea – a travaillé avec les chanteurs afin de leur permettre un accès éclairé au style de Reimann ainsi qu’à la vocalité requise. Le directeur du MIR, Michael Schulz, n’en est pas non plus à sa première rencontre avec l’univers du compositeur. Il a signé notamment une mise en scène de Mélusine, œuvre de jeunesse d’après la pièce de théâtre d’Yvan Goll, et, en 2001, celle de Lear dans laquelle il a assuré lui-même le rôle du Fou en remplacement d’un interprète malade.

Le résultat est une véritable pépite saluée par de longs applaudissements enthousiastes et un grand succès pour la maison, qui proposera également la création allemande d’Innocence de Kaija Saariaho la saison prochaine – œuvre d’importance de la compositrice finlandaise, que d’autres maisons plus grandes auraient souhaité accueillir. Preuve, s’il en était besoin, que les projets du MIR sont à suivre.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

5

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes d’Aribert Reimann d’après Federico García Lorca
Livret du compositeur d’après la traduction allemande d’Enrique Beck
Créé au Bayerische Staatsoper de Munich, le 30 octobre 2000

Production Musiktheater im Revier (MIR) créée le 6 mai 2023

Détails

Mise en scène

Dietrich W. Hilsdorf

cors

Dieter Richter

Costumes

Nicola Reichert

Lumières

Mario Turco

Vidéo

Gregor Eisenmann

 

Bernarda Alba

Almuth Herbst

María Josefa, mère de Bernarda

Mechthild Großmann

Angustias, 39 ans

Lina Hoffmann

Magdalena, 30 ans

Bele Kumberger

Amelia, 27 ans

Margot Genet

Martirio, 24 ans

Soyoon Lee (membre de l’Atelier lyrique Rhénanie-du-Nord-Westphalie)

Adela, 20 ans

Katherine Allen

La Poncia, gouvernante

Sabine Hogrefe

La Servante

Anke Sieloff

La Fille de la Servante,

Alena Maaß / Wilhelmine Nattermann

 

Chœur du MIR

Direction

Alexander Eberle

 

Neue Philharmonie Westfalen

Direction

Johannes Harneit

 

Gelsenkirchen, Musiktheater im Revier (MIR), le 28 mai 2023

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle