Forum Opéra

Symphonie Nu00b049 de Haydn /Stabat Mater de Rossini — Bad Wildbad

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 juillet 2022
Quand l’expérience mystique échoue

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Symphonie N°49 (1768) de Joseph Haydn

Editions Breitkopf & Härtel / E.F. Kalmus

Stabat Mater pour soli, choeur et orchestre (1832-1842) de Gioachino Rossini

Détails

Soprano

Serena Farnocchia

Alto

Aurora Faggioli

Ténor

Michele Angelini

Basse

Shi Zong

Chœur Philharmonique de Cracovie

Orchestre Philharmonique de Cracovie

Direction musicale

Antonino Fogliani

Bad Wildbad, Sonnenberg, jeudi 21 juillet à 19h30

C’est un souci louable pour tous les festivals de chercher à mettre en valeur les atouts de la ville qui les héberge, et dont dépend une partie de leurs subventions. Cette considération entre-t-elle dans le choix de l’installation du Sonneberg pour cadre de concerts du festival Rossini ? Le lieu ne peut laisser indifférent : après un assez long parcours sur des passerelles bordées de solides garde-fous d’où le regard plonge dans des profondeurs obscures ou bien se heurte à l’ampleur des ramures des sapins immenses qui semblent monter une garde farouche silencieusement hostile aux intrusions de l’homme, on atteint une clairière. En son centre débouche un serpentin métallique évocateur de descentes-défis qui part du sommet défini par la hauteur des pieux métalliques géants auxquels s’accroche en tournant en ellipse autour du vide un large escalier de bois. Il faut l’emprunter et parvenir au haut pour jouir d’une vue sur la forêt spectaculaire.

Manquons-nous de romantisme ? Ou de ferveur spirituelle ? Probablement des deux. Pour nous le but du déplacement était l’audition de deux bijoux musicaux. La longue marche préalable et le lieu même du concert sont restés pour nous un sujet de perplexité. D’abord il a fallu piétiner au rythme de ceux qui avançaient lentement, soit à cause de difficultés physiques soit parce que, déjà en plein trip, ils inhalaient religieusement à chaque pas l’air de la montagne magique, soit parce qu’il leur plaisait de baguenauder. Ensuite il a fallu trouver son siège et découvrir que la hauteur du garde-fou allait contraindre à se tordre le cou sauf à décider de fermer les yeux. Peut-être du reste aurait-il mieux valu pour ne pas avoir l’œil attiré pendant le concert par les allées et venues de personnes présentes à des étages inférieurs. Par bonheur elles n’étaient pas bruyantes, mais…Il suffisait, pour le bruit, d’avoir des voisins ayant acheté au bas de l’escalier du mousseux dans des verres peut-être jetables et qui, oubliant qu’ ils les avaient déposés à leurs pieds, les faisaient rouler de temps en temps.

Le concert commençait par la merveilleuse symphonie de Haydn, sous-titrée Passion parce qu’elle aurait été achevée le dimanche ainsi appelé dans le calendrier liturgique. D’une précision irréprochable la direction d’Antonino Fogliani enchaîne avec une clarté qui est un baume les rythmes correspondant aux différents mouvements, et le jeu des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Cracovie s’attache amoureusement à toutes les nuances attendues. Le tout est d’une élégance à laisser béat. Mais parfois on croit entendre une confidence plus qu’un aveu passionné : dans l’espace les cordes perdent de leur impact. Et l’on se reprend à s’interroger sur le bien-fondé du choix du lieu, quelle que soit son originalité, s’il pénalise une interprétation aussi belle.

Restait le Stabat Mater. Le surintendant Jochen Schönleber prit la parole pour décerner le diplôme Rossini in cima au musicologue Paolo Fabbri, éminent rossinien et donizettien, qui remercia d’un sourire et la cérémonie prit fin. C’est que la fraîcheur commençait à se faire sentir. Evidemment elle ne diminua pas pendant le Stabat Mater, mais elle ne changea rien aux déambulations déjà mentionnées aux étages inférieurs. Est-il besoin de dire combien ces conditions ont nui à notre écoute et à notre concentration ? De temps en temps la sonorité d’une voix, l’intensité expressive, la tension dramatique d’un accent, nous imposent la beauté qu’elles véhiculent, mais les sensations de déplaisir sont trop fortes pour qu’on réussisse à les oublier. Restent ces cuivres impérieux, ces basses grondantes, ces scansions qui instaurent l’inéluctable, et la montée inarrêtable de la fugue finale qui en dépit de ces circonstances si peu adéquates subjugue et balaie toute objection quant à la religiosité de cette musique, quant à nous tout au moins. Englobons dans la même reconnaissance les solistes, la soprano Serena Farnocchia, l’alto Aurora Faggioli, le ténor Michele Angelini, la basse Shi Zong, les artistes du Chœur Philharmonique de Cracovie, si émouvants a cappella et les instrumentistes de l’orchestre philharmonique de la même ville. Le maître d’œuvre souriait dans sa barbe : Antonino Fogliani était manifestement heureux. Le public l’était probablement aussi car ce serait vraiment avoir mauvais esprit que de supposer que c’était pour se réchauffer qu’il applaudissait si fort et si longtemps ! A moins qu’il n’ait eu le bonheur de vivre cette expérience mystique à laquelle nous n’avons pas accédé…Nous étions plus près du ciel ; mais plus près de Dieu ?

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Symphonie N°49 (1768) de Joseph Haydn

Editions Breitkopf & Härtel / E.F. Kalmus

Stabat Mater pour soli, choeur et orchestre (1832-1842) de Gioachino Rossini

Détails

Soprano

Serena Farnocchia

Alto

Aurora Faggioli

Ténor

Michele Angelini

Basse

Shi Zong

Chœur Philharmonique de Cracovie

Orchestre Philharmonique de Cracovie

Direction musicale

Antonino Fogliani

Bad Wildbad, Sonnenberg, jeudi 21 juillet à 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une clé pour le Paradis ?
José Miguel PÉREZ-SIERRA, Antonino FOGLIANI
Spectacle