Forum Opéra

STRAVINSKY, The Rake's Progress — Luxembourg

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
5 février 2017
Reprise chaotique

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et un épilogue sur un livret de Wystan Hugh Auden et Chester Kallman

Créé à Venise, au Théâtre de La Fenice le 11 septembre 1951.

Détails

Mise en scène et scénographie

David Bobée

Costumes

Stéphane Barucchi

Dramaturgie

Katherine Dewitt

Vidéo

Wojtek Doroszuk et José Gherrak

Lumières

Stéphane Babi Aubert

Tom Rakewell

Emilio Pons

Anne Trulove

Marie Arnet

Nick Shadow

Kevin Short

Baba the Turk

Isabelle Druet

Father Trulove

Stephan Loges

Mother Goose

Kathleen Wilkinson

Sellem

Colin Judson

Chœur de l’Opéra de Limoges

Orchestre régional de Normandie

Direction musicale

Jean Deroyer

Luxembourg, Grand Théâtre, dimanche 5 février 2017, 17h00

Dans les mois qui suivent sa création, il est fréquent qu’un production d’opéra voyage, soit reprise dans différents théâtre ; pour les producteurs c’est une façon de partager ou d’amortir les frais de production, et d’assurer une diffusion plus large à des spectacles ambitieux. Pour les maisons d’opéra qui ne disposent pas de structures de production propres, l’accueil des spectacles produits ailleurs permet de construire une saison à moindre coût et de faire son choix parmi les propositions des maisons concurrentes. C’est au terme d’un parcours de ce genre que ce Rake’s Progress produit à Caen l’automne dernier en ouverture de saison (voir l’article de Laurent Bury) puis à Limoges en janvier se retrouvait dimanche à l’affiche à Luxembourg. Hélas, les rigueurs de l’hiver avaient eu raison de la voix de Benjamin Hulett, pressenti pour le rôle titre mais atteint de bronchite, et c’est donc en toute dernière minute qu’Emilio Pons reprenait le flambeau, acceptant de chanter le rôle avec partition depuis l’avant-scène, tandis que le titulaire jouait avec ses partenaires ce qu’il ne pouvait chanter. La formule est périlleuse, surtout quand le remplaçant, sans doute faute de répétitions suffisantes, manifeste peu de familiarité avec le rôle dont il donne une lecture plutôt qu’une interprétation. Le spectacle réduit à ces tristes conditions perd beaucoup en intensité et en crédibilité et c’est dommage car la mise en scène proposait quelques beaux tableaux, la transposition au monde contemporain de l’argent facile dans les sphères de la spéculation boursière générant quelques idées intéressantes – parmi d’autres moins convaincantes !

Dominant largement la distribution vocale,  Kevin Short en Nick Shadow livre une performance remarquable à tout point de vue ; il a à la fois la noirceur et les séductions du rôle, assumant crânement ses côtés subversifs avec un réel appétit pour le texte sarcastique du livret. Marie Arnet en Anne Trulove est excellente également. Le timbre est chaud et presque maternel, sa présence scénique émouvante sans mièvrerie, et on ne peut qu’être touché par le chemin qu’elle parcourt entre candeur et lucidité, illusions et résignation, avec l’amour pour seul flambeau. Isabelle Druet donne beaucoup de présence au rôle guignolesque de la femme à barbe (transformée ici en vedette people, et donc sans attribut pileux), mais sa prestation musicale nous a un peu déçu : peu de couleurs, peu d’énergie dans une voix en petite forme, toute l’attention de la chanteuse semblant s’être concentrée sur sa prestation d’actrice parfois très drôle. Sous des dehors loufoques, Colin Judson se montre très efficace dans le rôle de Sellem, Stephan Loges une peu faible dans celui du père Trulove, et Kathleen Wilkinson particulièrement extravagante dans le petit rôle de la mère Goose.

Abstenons nous de juger Emilio Pons, victime de son impréparation, ou de sa générosité à accepter une proposition de dernière minute qu’il aurait sans doute mieux fait de refuser. Il a sauvé (plus ou moins) le spectacle qui sans lui n’aurait pu avoir lieu.

Dans la fosse, l’orchestre régional de Normandie réalise une prestation très honorable malgré l’acoustique un peu sèche du Grand Théâtre, dirigé d’une main experte par Jean Deroyer qui, très attentif aux chanteurs, donne couleurs et rigueur à la magnifique partition de Stravinsky. On n’évite pas cependant quelques décalages, sans doute dus au manque de répétition et aux circonstances particulièrement difficiles et imprévisibles.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et un épilogue sur un livret de Wystan Hugh Auden et Chester Kallman

Créé à Venise, au Théâtre de La Fenice le 11 septembre 1951.

Détails

Mise en scène et scénographie

David Bobée

Costumes

Stéphane Barucchi

Dramaturgie

Katherine Dewitt

Vidéo

Wojtek Doroszuk et José Gherrak

Lumières

Stéphane Babi Aubert

Tom Rakewell

Emilio Pons

Anne Trulove

Marie Arnet

Nick Shadow

Kevin Short

Baba the Turk

Isabelle Druet

Father Trulove

Stephan Loges

Mother Goose

Kathleen Wilkinson

Sellem

Colin Judson

Chœur de l’Opéra de Limoges

Orchestre régional de Normandie

Direction musicale

Jean Deroyer

Luxembourg, Grand Théâtre, dimanche 5 février 2017, 17h00

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La revanche de Don Ottavio
Bogdan VOLKOV, Marc MINKOWSKI, Vincent HUGUET
Spectacle