Forum Opéra

Survivre au confinement : les conseils de la rédaction (3)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Actualité
28 mars 2020
Survivre au confinement : les conseils de la rédaction (3)

Infos sur l’œuvre

Détails

En ces temps incertains où le meilleur rempart au virus ambiant est encore de rester chez soi, Forum Opéra vous propose quelques conseils de livres, enregistrements et DVD susceptibles d’occuper vos longues journées et soirées en musique. Après l’édition du 14 mars et celle du 21 mars, voici une troisième salve de suggestions.


  • Nos conseils livres :

Alain Duault retrace la vie des Strauss sur le rythme virevoltant de leur art.  On suit au fil des mots le duel singulier que se livrent par valses interposée le père et le fils, qui atteindra son paroxysme sur fond politique. Mais au-delà du récit biographique, c’est l’influence de la valse sur les codes sociaux de l’époque qui est aussi mise en lumière. Avec la libération des corps et l’affirmation de l’individu, la valse se met au diapason des aspirations de liberté qui soufflent sur l’Europe en cette fin de siècle.

Aedam Musicae, 2018, 104 p.

 

Michelle Friche, journaliste au Soir de Bruxelles, livre un portrait saisissant de José van Dam, dans l’écrin d’une écriture sublime. A travers divers entretiens, rôle après rôle, l’auteure retrace le parcours d’une des plus belles voix de l’art lyrique mais aussi d’un artiste discret, qui a toujours préféré l’ombre de l’humilité à la lumière de la notoriété. Elle capte par les mots l’essence d’un homme qui ne vit pas pour ses heures de gloire passées mais le regard tourné vers l’avenir, celui des jeunes à qui il transmet l’art du beau chant.

Buchet Chastel, mars 1988, 192p.

Une passionnante enquête sur le Sistema qui doit en partie sa notoriété à Gustavo Dudamel et son orchestre Bolívar qui a brillé par sa versatilité et virtuosité. Sauver de la délinquance les jeunes des bidonvilles par la musique, est une noble cause. Mais le Sistema tout comme son fondateur, aussi adulé que décrié, est au cœur des questionnements. Œuvre altruiste, n’est-il pas aussi instrument de propagande politique ? Un livre qui se lit comme un roman à la fois bouleversant et intriguant.

Stock, mai 2018, 320 p.
 

 

  • Nos conseils CD :

Adèle Charvet est l’une des révélations vocales de l’année. Son album Long time ago qui se balade en bord d’Hudson, est à l’image de l’artiste : une bouffée d’oxygène. Timbre chatoyant et velouté, diction impeccable, pétrie d’énergie, la jeune mezzo se fond avec une aisance sidérante dans tous les répertoires et nous fait voyager hors des sentiers balisés. L’éblouissant éclat de la jeunesse !

1 CD Alpha
 

L’éclectique Kate Lindsey fait revivre avec une belle poésie musicale, les tourments d’une héroïne déchirée, Ariane à Naxos, vue par trois maîtres du baroque. Dans autant de clairs-obscurs musicaux où se succèdent airs et récitatifs  tantôt lents, tantôt  rapides, l’artiste donne corps aux tourments du personnage avec un engagement total.  Un disque à cœur vaillant dont on ne se lasse pas.

1 CD Alpha
 

Deux solistes, Andreas Scholl et Barbara Bonney, magnifient le récit de ce poème de la douleur. Leur complémentarité dans une lecture subtile s’illustre d’emblée dès le duo introductif où les deux voix se mêlent dans l’alchimie des timbres. Ils y distillent une tristesse lumineuse, comme une flamme qui vacille mais ne s’éteint pas. Un disque aux délicates et poignantes arabesques vocales qui laisse une empreinte d’éternité.

1 CD Decca
 

  • Nos conseils DVD :

Une magnifique Butterfly dominée par la présence incandescente d’Ermonela Jaho qui épouse de tout son être le destin de la geisha au crépuscule de sa vie. La voix se distingue non par sa puissance, mais par son sens inné des nuances qui porte au sublime les douleurs lancinantes du personnage.  La superbe Suzuki d’Elisabeth DeShong et le Pinkerton de Marcelo Puente brillent aussi de leur présence sous la direction d’un Pappano survolté qui donne une amplitude presque épique à la partition puccinienne.

1 DVD Opus Arte
 

Cette toute récente captation dans la sublime chapelle de Versailles, donne toutes ses lettres de noblesses au Messie de Haendel. Sous la direction étincelante d’Hervé Niquet qui nous rappelle ici quel chef d’exception il est, les quatre solistes, tous fins musiciens, sont les émissaires du chant pur, dans les nuances les plus subtiles et une diction parfaite de la langue anglaise. Chacune de leurs interventions se transforme en moment de grâce. Un pur joyau.

1 DVD Château de Versailles Spectacles

 

Cette Bohème atemporelle, captée à Zurich, poétise le drame et suscite le frisson. Cristina Gallardo Domâs est Mimì, par tous les pores de sa peau, dans ses joies simples et sa souffrance. Le regretté Marcello Giordani livre un Rodolfo bouleversant, avec cette voix solaire et ses aigus étincelants qui ont fait sa notoriété. A leur côté, Michael Volle et Elena Mosuc offrent, un duo Marcello/Musetta à la fois truculent et émouvant. László Polgár en Colline et Cheyne Davidson en Schaunard complètent magistralement cette belle distribution. Une perle.

1 DVD EMI Classics

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le 339e numéro de l’Avant-Scène Opéra accompagne une nouvelle production de Guercœur à l’Opéra national du Rhin du 28 avril au 28 mai 2024.
Actualité
Les plus grands opéras du répertoire confiés non à des chanteurs mais à des stars du grand écran.
Actualité
Claveciniste, chef d’orchestre et directeur artistique de Concerto Copenhagen depuis près de vingt cinq ans, Lars Ulrik Mortensen dirige régulièrement, chez lui, à l’Opéra Royal de Copenhague.
Interview