Questionnaire de Proust : Carlo Vistoli

Par Bernard Schreuders | mar 05 Janvier 2021 | Imprimer

Si les contre-ténors lyriques forment aujourd'hui une galaxie à l'expansion vertigineuse, ils sont nettement moins nombreux à posséder un métal dense comme celui de Carlo Vistoli, alto aux couleurs profondes et dont l'ardente noblesse s'épanouit aussi bien chez Monteverdi et Cavalli que chez Haendel et Gluck. Il nous a confié avoir pris beaucoup de plaisir à répondre à ce questionnaire de Proust revisité. 

1. Le principal trait de mon caractère ?

L’entêtement.

2. La qualité que je préfère chez un ténor ?

La clarté de la prononciation et du phrasé.

3. La qualité que je préfère chez une soprano ?

Les mêmes que chez un ténor, plus, peut-être, la rondeur du son.

4. Ce que j'apprécie le plus chez mes collègues sur scène ?

La gentillesse et la complicité dans le jeu scénique.

5. Mon principal défaut ?

Être parfois trop tatillon et ruminer trop.

6. Mon occupation préférée dix minutes avant de monter sur scène.

Pas nécessairement celle que préfère, mais dans un moment comme cela, je fais toujours des vocalises (et souvent je les envoie par message vocal à mon copain).

7. L’opéra que je préfère.

Comme chanteur : L’incoronazione di Poppea, comme auditeur, Così fan tutte.

8. L’opéra qui me casse les oreilles.

Fedora.

9. Le dernier rôle que je voudrais chanter ?

Didymus dans Theodora de Händel. Mais pourquoi pas également – si, comme je l’espère, j’aurai déjà un certain âge – les rôles de nourrices dans les opéras du XVIIe siècle (surtout Arnalta dans L’incoronazione di Poppea) ?

10. Le pays où je désirerais vivre ?

Pas maintenant, mais dans le futur, l’Australie. Comme villes, Paris ou New York.

11. La couleur que je préfère ?

Rouge (ou bleu ? Je ne peux pas me décider).

12. Mon air préféré ?

Comme chanteur, « He was despised » (Messiah de Haendel), comme auditeur, cela change souvent : ces jours-ci, je dirais « Et incarnatus est » de la Messe en do mineur de Mozart – je sais que ce n’est pas un opéra, mais c’est de la beauté pure.

13. Mon disque de chevet.

La neuvième symphonie de Mahler avec Abbado et la Philharmonie de Berlin (DG, 2002).

14. Mes compositeurs favoris à l’opéra ?

Haendel, Monteverdi, Mozart, Rameau, Rossini, Verdi, Wagner…

15. Mes Lieder ou mélodies préférées ?

Le Winterreise est probablement mon préféré (surtout dans les enregistrements de Dietrich Fischer-Dieskau) ; pour voix et orchestre, sans doute Das Lied von der Erde de Mahler. J’aime aussi beaucoup les mélodies de Reynaldo Hahn – pour citer quelque chose de plus «léger ».

16. Mes héros favoris dans l’opéra ?

Plutôt un anti-héros : Ottone, qu’on retrouve dans plusieurs opéras baroques (L’incoronazione di PoppeaAgrippina) et qui est aussi un de mes rôles préférés comme chanteur. Mais comment ne pas citer Orfeo ? Sinon, en avançant dans le temps, les dieux « fragiles » wagnériens.

17. Mes héroïnes favorites dans l’opéra ?

Agrippina, Donna Elvira, Isolde, Mélisande, Semiramide… toutes femmes problématiques, en fait !

18. Mes metteurs en scène préférés ?

Robert Carsen, Romeo Castellucci, Claus Guth, Richard Jones, Barrie Kosky, Damiano Michieletto, Dmitri Tcherniakov, Graham Vick.

19. Mes peintres favoris ?

Francis Bacon, El Greco, Michelangelo, Pablo Picasso, José de Ribera…

20. Mes héros dans la vie réelle ?

En 2020 en particulier, je dirais le personnel médical (médecins, infirmiers, etc.) qui soignent et sauvent des vies.

21. Mes héroïnes dans l'histoire ?

C’est la même réponse, au féminin, et puis un nom pour tous : Simone Weil.

22. Mes prénoms favoris ?

Arturo, Benjamin (dans sa version française !), Francesca, Elsa, Stefano, Martino, Richard (cette fois, version anglaise)…

23. Ce que je déteste par-dessus tout ?

L’arrogance et le mensonge.

24. Personnages d’opéra que je méprise le plus ?

Pollione dans Norma (d’ailleurs en italien ce prénom rime avec un adjectif pas très flatteur...).

25. Mon pire souvenir sur scène.

Plutôt, le plus embarrassant : mon premier Tolomeo dans Giulio Cesare in Egitto en version de concert à Shanghai, en 2014. C’était une version avec de multiples coupures et seul un des trois airs était complet, alors que les autres ne conservaient que les partie A et B. Et moi, j’ai oublié une partie B : je suis sorti juste après avoir chanté la partie A. La chose la plus drôle, c’est que je m’en suis aperçu seulement à l’entracte… Le public ne l’a probablement même pas  remarqué. Disons que c’était aussi la première fois que je faisais l’expérience du jetlag et que j’étais fatigué. En tout cas, je ne l’oublierai jamais !

26. Mon meilleur souvenir sur scène.

L’an dernier, quand j’ai chanté Orfeo ed Euridice à l’Opéra de Rome dans la magnifique mise en scène de Robert Carsen. Mais aussi mes deux prestations au Festival de Salzbourg en Ottone de L’incoronazione di Poppea : en 2017 avec John Eliot Gardiner et en 2018 avec William Christie.

27. Le don de la nature que je voudrais avoir ?

Savoir peindre et sculpter (pas comme hobby, mais vraiment comme un maestro). Ou même avoir des capacités athlétiques de haut niveau.

28. Comment j'aimerais mourir ?

Réponse peut-être trop évidente : vieux, dans le sommeil, et entouré de qui j’aime.

29. État d'esprit actuel ?

La réponse, cela va sans dire, est très liée à l’année « particulière » que nous sommes en train de vivre, donc : déçu et préoccupé, mais je cherche aussi à être optimiste pour l’avenir. En même temps, je suis aussi content de la manière dont j’ai pu passer ces derniers mois d’activité très réduite. C’était la première année d’une cohabitation longuement désirée.

30. Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence ?

Celles dues à l'ignorance.

31. Ma devise ?

Πάντα ῥεῖ (panta rhei) : « tout passe » (Héraclite).

 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.