Forum Opéra

Digression : que veut vraiment dire la photo de Yannick Nézet-Séguin ?

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
27 avril 2023

Infos sur l’œuvre

Détails

L’art du portrait, dans l’histoire, n’a jamais été chose anodine. La représentation des figures de pouvoir, des mandataires s’accompagne souvent d’un sous-texte, d’une narrative, de symboles plus moins lisibles. Par exemple, quand François Mitterrand se fait photographier, compulsant dans une bibliothèque les Essais de Montaigne, le geste est banalement analysé comme celui d’un monarque florentin éclairé. A contrario, quand François Hollande est représenté dans les jardins de l’Elysée par Raymond Depardon, dans une posture de quasi-mouvement, il s’affiche en président normal, certes, mais prêt à se bouger pour son pays.

Comment interpréter, dès lors, le portrait de Peter Gelb et de Yannick Nézet-Séguin, réalisé la semaine dernière par Justin Kaneps pour le New York Times ? Gelb y apparait avec son habituelle allure sénatoriale, les mains crispées sur le velours délicat des sièges de l’institution. Le chef d’orchestre, lui, dans une posture moins habituelle est assis sur le dossier d’un fauteuil avec les baskets posées sur celui-ci. L’image frappe avant tout parce que Gelb – à l’avant plan – apparaît plus grand que le chef, recroquevillé à l’arrière, ce qui est le monde à l’envers. Mais surtout c’est l’élément transgressif qui interpelle : qui, dans ce vaste monde, pose ses baskets sur les fauteuils d’une salle d’opéra ? Quel est le message ? Qu’on est à l’opéra, comme chez soi ? Qu’il est permis de s’affranchir des règles usuelles de la bienséance, vectrices perfides de discrimination sociale ? Autre thèse : sans se casser la tête, Yannick Nézet-Séguin, avec son habituelle décontraction, s’est simplement assis comme ça, sans faire attention.

Le portrait est un art délicat : il semble occasionnellement véhiculer un message que personne n’entendait proclamer. Reste aux analystes à se livrer à l’argutie et à la spéculation. Mais que dirait le personnel de salle du Met si demain, dans un geste analogue, le spectateur moyen du Midwest entreprenait une flexion de ses ischiojambiers et posait ses birckenstock sur le fauteuil 29 du rang 7 ? Ce serait l’incident.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’oreille regarde
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :