Emmanuel Macron invité à Pesaro

Par Christophe Rizoud | mer 17 Mai 2017 | Imprimer

« J’ai une grande admiration pour Rossini. Il occupe à mes yeux une place essentielle dans l’histoire de la musique. Sa liberté, sa propre vie et son génie m’ont toujours impressionné. Il a sorti l’opéra de son carcan en offrant une liberté nouvelle à la voix : il a totalement réinventé le chant lyrique. Du Barbier au Voyage à Reims en passant par Cenerentola, il a créé un style irrésistible – mais je suis sensible aussi à ses opéras sérieux, comme Moïse ou Maometto II, qu’on donne si rarement. ». Le coming-out musical d’Emmanuel Macron, interrogé par classiquenews.com fait des remous jusque de l’autre côté des Alpes. D’après l’agence de presse italienne ANSA, le nouveau Président de la République française et son épouse auraient même été invités cet été au Festival de Pesaro par le maire de la ville, Matteo Ricci. On ne saurait que trop leur conseiller d’accepter l’invitation. L’édition 2017 de la grand-messe rossinienne s’annonce prometteuse et d’autant plus francophile que l’on y affiche Le siège de Corinthe, élaboré par Rossini à partir de la musique de ce Maometto II cité par Emmanuel Macron dans son interview, avec dans le rôle de Néoclès, le jeune ténor russe Sergey Romanovsky, interviewé actuellement dans nos colonnes, et – on vient de l’apprendre la semaine dernière – Luca Pisaroni en Mahomet. Le baryton-basse a en effet accepté de remplacer Alex Esposito, initialement annoncé dans le rôle, ce qui n’est pas sans conséquence sur la programmation du festival. Le récital de Bel Canto, prévu à l’origine le 13 août, a été reporté au 15 août et c’est le barihunk Gianluca Margheri qui interprètera à sa place il Conte Asdrubale dans La Pietra del paragone. Plus d’information sur le site du ROF.