La Fanciulla au Met : le retour du beau ténébreux

Par Christian Peter | dim 28 Octobre 2018 | Imprimer

C’est un véritable défilé de stars que nous offre en ce début de saison le Metropolitan Opera au cours de ses retransmissions dans les cinémas : après Anna Netrebko dans Aida, Roberto Alagna et Elīna Garanča dans Samson et Dalila, c’est au tour de Jonas Kaufmann, qui pour l’occasion revêt un costume de cow-boy dans La Fille du Far-West de Puccini. Créée en 1991, la production de Giancarlo del Monaco a eu par deux fois les honneurs du DVD, en 1992 avec la distribution d’origine autour du Dick Johnson de Placido Domingo et en 2012 dans la foulée de la première diffusion dans les salles obscures de l’ouvrage avec Marcello Giordani face à la Minnie de Deborah Voigt.

« Quand le classique fonctionne » titrait Alexandre Jamar dans son compte-rendu de la représentation du 17 octobre, et il fonctionne en effet au point que l’on croirait voir un bon vieux western des années 50 avec au premier acte un saloon dans lequel aucun détail ne manque et au trois, une rue typique d’un village de Californie au temps de la ruée vers l’or avec ses maisons en bois, un chariot au premier plan et derrière une potence. Le deuxième acte, moins spectaculaire, se déroule à l’intérieur de la cabane de Minnie dans la montagne.

La direction d’acteurs plus cinématographique que théâtrale est remarquable, notamment au un avec sa succession de courtes scènes à plusieurs personnages à l’intérieur du saloon et au trois lorsque la foule s’apprête à pendre Dick Johnson. La distribution est extrêmement soignée jusque dans les plus petits rôles.

Željko Lučić compose un Jack Rance ombrageux et inflexible, son timbre sombre qui confère à son personnage des accents inquiétants, s’accommode parfaitement de ce type d’emploi comme l’a déjà montré la saison dernière son Scarpia.

Eva-Maria Westbroek retrouve avec bonheur le personnage de Minnie qu’elle avait déjà incarné à l’Opéra d’Amsterdam en 2009 dans une production que le DVD a préservée. Amincie, la cantatrice qui possède l’ampleur vocale que réclame le rôle, a conservé la quasi-totalité de ses moyens, c’est à peine si l’aigu a perdu de son moelleux. Elle parvient à exprimer avec conviction  les sentiments contradictoires de cette jeune fille qui s’éveille à l’amour dans une interprétation de haute volée.

Enfin, de retour au Met après quatre ans d’absence, Jonas Kaufmann s’est montré prudent en début de soirée mais sa voix a rapidement gagné en assurance et en volume au cours de la représentation jusqu’au dernier acte où son incarnation d’une grande intensité dramatique lui a valu un triomphe mérité. Le ténor allemand trouve en Dick Johnson un emploi qui convient pleinement à ses moyens vocaux, scéniquement, il se montre tout à fait crédible dans ce personnage de beau ténébreux torturé qui lui va comme un gant et convenons-en, il a fière allure dans son beau costume de cow-boy.

Marco Armiliato dirige avec fougue cette partition foisonnante dont il ne souligne pas suffisamment les contrastes. A plusieurs reprises les chanteurs sont presque couverts par l’orchestre mais le public new-yorkais semble avoir apprécié cette battue efficace  et démonstrative.

Le 10 novembre, Le Metropolitan Opera diffusera dans les cinémas du réseau Pathé Live, Marnie, une création de Nico Muhly, avec Isabel Leonard.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.