Forum Opéra

Vive le son du Kanon par Tõnu Kaljuste !

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
30 janvier 2015
Vive le son du Kanon par Tõnu Kaljuste !

Infos sur l’œuvre

Détails

A en croire d’aucuns, Arvo Pärt serait le Houellebeck de la musique contemporaine : écriture asthénique, style minimaliste, fausse innocence mais vraie facilité. Alors plus charlatan que mystique ? Plagieur impénitent car peu inspiré, plus que ré-enchanteur des fondamentaux de la liturgie orthodoxe matinée d’Ecole Notre-Dame ? Mardi 27 février en l’Eglise Saint-Genès-les-Carmes avec la Comédie de Clermont-Scène Nationale, le Chœur de Chambre Philharmonique Estonien a tordu le cou aux mauvais procès fait au compositeur Estonien. Tõnu Kaljuste, le directeur musical et chef de la très réputée phalange vocale, a livré une lecture du Kanon Pokajanen littéralement magistrale : un travail de miniaturiste, une mécanique d’une stupéfiante précision. Un art majuscule qui unit technique infaillible, beauté plastique irréprochable et élévation spirituelle hors du temps et des dogmes. La conduite de Kaljuste est déjà à elle seule un spectacle : stricte économie du geste réduit à l’essentiel ; tout se passe dans l’injonction du regard qui signifie aux pupitres leur exact niveau d’implication. D’une redoutable minutie, l’écriture de ce Kanon Pokajanen, requiert une égale clarté dans le rendu. A l’évidence les choristes Estoniens et leur chef maîtrisent avec une science horlogère cette mécanique de haute précision qui ne tolère aucun manquement. Mais loin d’enfermer le chant dans une glaçante perfection technique, ils en libèrent les incroyables complexités mélodiques, rythmiques et chromatiques qui en tissent les subtilités polyphoniques. L’organum n’est plus qu’un prétexte, un matériau pour sublimer le croisement des voix, pour conjuguer les effets de canon en écho alterné ou parallèle. Entre les mains de Kaljuste, la matière vocale devient la métaphore d’un long ruban ininterrompu, porté par une écriture palimpseste toujours renouvelée.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
© Jean-Louis Gorce

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]