Forum Opéra

Andreas Hammerschmidt « Ach Jesu stirbt »

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
2 novembre 2020
Lumineux, recueilli comme puissant, tonique

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Andreas Hammerschmidt

1. Als Jesu stirbt (1671)

2. O barmeherziger Vater (1641)

3. Warum betrübst du dich, mein Herz (1671)

4. Ach Gott, warum hast du mein vergessen (1656)

5. Erbarm dich mein (1671)

6. Bis hin an des Kreutzes Stamm (1658)

7. Christ lag in Todesbanden (1662)

8. Vater unser (1646)

9. Ich bin gewiss, das weder Tod (1652)

10. Triumph, Triumph, Victoria (1658)

11. Die mit Tränen säen (1652)

12. Wer wälzet uns den Stein (1655)

13. Ist nicht Ephraim mein theurer Sohn (1652)

14. Ich fahre auf zu meinem Vater (1671)

15. Siehe, wie fein und lieblich ists (1646)

Vox luminis

Clematis

direction musicale

Lionel Meunier

un CD Ricercar (RIC 418), de 70′ 27

enregistré en septembre 2019 en l’église Notre-Dame de Gédinne (Belgique)

Inlassablement, Lionel Meunier et ses amis de Vox luminis poursuivent leur exploration d’un répertoire trop souvent jugé marginal par rapport aux figures emblématiques du baroque germanique. Ainsi Andreas Hammerschmidt, héritier de la riche polyphonie de la Renaissace comme de la grande tradition luthérienne, entre Schütz et Bach, ouvert aux influences italiennes (récitatif, polychoralité, madrigalismes, magnifiés par le style concertant). Bien qu’il nous ait laissé quatorze recueils, soit plus de 400 œuvres, qui jalonnent son existence, sa discographie est relativement pauvre. Jérôme Lejeune, qui signe la plaquette, a fait le choix de nous offrir une anthologie, qui emprunte à presque tous les genres illustrés par le compositeur (les messes brèves, archaïsantes, en sont absentes). Nous parcourons donc une période qui nous conduit des dernières années de la guerre de Trente ans (1645) à l’apogée de 1671. On y rencontre ainsi des pièces variées, de l’esprit madrigalesque à l’oratorio ou aux concerts sacrés annonciateurs de la cantate telle que l’illustrera Bach. De manière à unifier le propos, un thème liturgique commun fait office de fil conducteur : de la Passion à l’Ascension, ce qui justifie le titre « Ach Jesu stirbt » [Ah ! Jésus meurt], incipit d’un motet à six voix de 1671, qui ouvre le programme.

La logique qui préside à sa composition est double. D’une part cette succession des pièces selon le calendrier liturgique, comme il a été dit, et d’autre part, pour varier l’écoute, les œuvres font appel à des genres, des formes et des effectifs contrastés. Toutes les formes de l’expression musicale du luthérianisme sont illustrées, à commencer par le motet, des soupirs douloureux du premier à la joie confiante de « Ich fahre auf zu meinem Vater » [je monte chez mon père], ce dernier, éclatant, avec doublure par les trompettes des deux voix de soprano. Deux pièces antérieures à la fin de la Guerre de Trente ans portent la marque de cette épreuve (« O barmherziger Vater » [O père miséricordieux] et « Vater unser » [Notre Père]), recueillis et d’effectifs réduits. A l’opposé, des œuvres grandioses, « Triumph, Triumph, Victoria » [Triomphe, triomphe, victoire], concert spirituel jubilatoire avec 2 trompettes et 3 trombones, comme le « Siehe, wie fein und lieblich ists » [Vois, comme c’est bon et suave], triple chœur en écho. Mais ce sont peut-être encore les pièces dont les textes et les timbres nous sont familiers qui font la plus forte impression. Ainsi l’ample « Christ lag in Todesbanden » [Christ gisait dans les liens de la mort] ou le madrigal spirituel « Die mit Tränen säen » [ceux qui sèment avec des larmes] qui renvoient tant à Schütz, Schein qu’à Pachelbel, et à tant d’autres comme à Bach. Avec ce disque nous découvrons un maillon de cette longue chaîne qui, partant des Johann Walther et Michael Praetorius, conduit au Cantor de la Thomaskirche.

On retrouve avec plaisir l’équipe de Vox luminis dont on n’énumérera ni les chanteurs ni les mérites, bien connus. L’ensemble a-t-il mieux mérité son nom ? Il en va de même pour Clematis. Tout est là, puissant et frais, nuancé, contrasté à souhait. La direction de Lionel Meunier impulse une vie constante, le texte est magnifié par son illustration vocale, dans le plus beau des écrins, qu’il s’agisse du continuo ou de la formation instrumentale, virtuose. La prise de son, fine et remarquable, restitue les plans comme si nous assistions au concert. Une réalisation à marquer d’une pierre blanche et qui invite à poursuivre la découverte de l’œuvre de ce compositeur.

Comme Jérôme Lejeune en est coutumier, la plaquette – trilingue – est un modèle du genre. Les textes de présentation, de traduction des chants, tout est offert à l’auditeur curieux.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
ach-jesus-stirbt

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Andreas Hammerschmidt

1. Als Jesu stirbt (1671)

2. O barmeherziger Vater (1641)

3. Warum betrübst du dich, mein Herz (1671)

4. Ach Gott, warum hast du mein vergessen (1656)

5. Erbarm dich mein (1671)

6. Bis hin an des Kreutzes Stamm (1658)

7. Christ lag in Todesbanden (1662)

8. Vater unser (1646)

9. Ich bin gewiss, das weder Tod (1652)

10. Triumph, Triumph, Victoria (1658)

11. Die mit Tränen säen (1652)

12. Wer wälzet uns den Stein (1655)

13. Ist nicht Ephraim mein theurer Sohn (1652)

14. Ich fahre auf zu meinem Vater (1671)

15. Siehe, wie fein und lieblich ists (1646)

Vox luminis

Clematis

direction musicale

Lionel Meunier

un CD Ricercar (RIC 418), de 70′ 27

enregistré en septembre 2019 en l’église Notre-Dame de Gédinne (Belgique)

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Pour le plaisir
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La voix impressionnante du contre-ténor Luan Góes
Luan GÓES, Sonia PRINA
CD
Enfin la référence !
Marc MINKOWSKI, Magdalena KOŽENÁ, Anna BONITATIBUS
CD
Pour le plaisir
Karine DESHAYES, Christophe ROUSSET
CDSWAG