Forum Opéra

El Público

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
25 octobre 2016
La dernière tentation de Gérard Mortier

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq scènes et un prologue, livre d’Andrès Ibáñez

Créé à Madrid, Teatro Réal, le 24 février 2015

Détails

Mise en scène

Robert Castro

Décor

Alexander Polzin

Costumes

Wojciech Dziedzic

Lumières

Urs Schönebaum

Chorégraphie

Darrel Grand Moultrie

Electronique

Mauro Lanza

Enrique, le Directeur

José Antonio López

Gonzalo, l’Acteur

Thomas Tatzl

Elena / La Dame

Gun-Brit Barkmin

Juliette

Isabella Gaudí

Cheval blanc / Centurion

Josep Miquel Ramón

Cheval noir / Berger idiot

Antonio Lozano

L’Empereur / Le Magicien

Erin Caves

Premier Cheval

Arcángel

Deuxième Cheval

Jesús Méndez

Deux Etudiants

Harold Torres, Antonio Magno

Coro titular del Teatro Real

Direction : Andrés Máspero

Klangforum Wien

Direction musicale

Pablo Heras-Casado

Enregistré au Teatro Real de Madrid en mars 2015

1 DVD Bel Air Classiques BAC134 – 142 minutes

Jusqu’au bout, Gérard Mortier sera resté le grand directeur qu’il avait toujours été, depuis ses premiers pas au Théâtre royal de La Monnaie au début des années 1980. A l’époque où il aurait dû prendre la direction du New York City Opera, il avait lancé une politique ambitieuse de commandes, dont bénéficia finalement le Teatro Real de Madrid, avec The Perfect American de Philip Glass ou Brokeback Mountain de Charles Wuorinen. Non content d’inviter en Espagne les metteurs en scène auxquels il était fidèle depuis plusieurs années (Sellars, Marthaler…), il avait aussi sollicité le compositeur Mauricio Sotelo (né en 1961), influencé par Luigi Nono, cofondateur du Klangforum Wien, déjà auteur d’un opéra de chambre et d’un opéra pour enfants. Le choix se porta sur la pièce la plus ésotérique de Federico García Lorca, Le Public, réputée injouable mais qu’avait notamment osé monter Jorge Lavelli à Paris en 1988. Le poète assassiné y aborde ouvertement la question de l’homosexualité, absente du reste de son théâtre, mais en y associant une réflexion pirandellienne sur l’illusion théâtrale et en l’enveloppant de plusieurs épaisseurs d’extravagances surréalistes : dans la liste des personnages figurent entre autres quatre chevaux blancs et un cheval noir, un « costume aux pavots », un nu rouge, un empereur et un berger idiot…

Le livret d’Andrès Ibáñez suit le déroulement de la pièce et, assez naturellement pour un amateur de flamenco comme Lorca, la musique de Sotelo inclut un hommage au cante jondo à travers la présence des cantaores Arcángel et Jesús Méndez ou celle de guitaristes. Pour le reste, qu’on ne s’attende surtout pas à une composition néo-folklorique : il s’agit bien d’un opéra de notre temps, à la musique tantôt âpre, tantôt sereine, mais qui n’entrave jamais le chant et autorise même de beaux morceaux de lyrisme. Chef invité principal du Teatro Real, Pablo Heras-Casado prouve qu’il est décidément à l’aise dans les répertoires les plus variés, du baroque au contemporain en passant par Mozart.

Le spectacle monté par Robert Castro ne cherche pas à aplanir la difficulté que présente la pièce de Lorca, mais opte résolument pour une approche scénique tout aussi surréaliste que le texte : ces deux heures quinze se déroulent comme une suite de tableaux somptueux, hermétiques parfois mais suggestifs toujours, d’une étrange poésie qui rappelle aussi bien les premiers spectacles de Bob Wilson que les œuvres nées de la rencontre de Claudel, de Darius Milhaud et des Ballets suédois, comme L’Homme et son désir dans les années 1920 (Lorca écrivit son texte vers 1929). Dans la quatrième scène, Gonzalo, l’acteur amant du directeur du théâtre, devient le Christ en croix, démultiplié par des miroirs et « supplicié » par deux enfants qui le maculent de peinture rouge : cette crucifixion représente la fureur du public face à la version avant-gardiste de Roméo et Juliette dont l’acteur est l’inspirateur.

La distribution ne se compose pas que de spécialistes de la musique contemporaine, ce qui montre que la partition n’exige pas des compétences hors du commun. Certains des chanteurs  pourtant sonorisés, sont pour certains des habitués des partitions complexes et lourdes : Gun-Brit Barkmin est ainsi régulièrement Chrysothémis ou Marie de Wozzeck (rôle qu’elle interprètera à Paris au printemps prochain). La soprano colorature Isabella Gaudí se produit depuis quelques années à Pesaro : elle hérite ici d’une des parties les plus difficiles, avec le long monologue de Juliette.  Le jeune baryton autrichien Thomas Tatzl et le baryton espagnol José Antonio López assurent, eux, les deux rôles centraux, plus lourds par leur durée que par leurs exigences vocales. Autour d’eux s’affairent plusieurs personnages secondaires, des danseurs et des figurants, qui participent tous à l’étrange réussite de ce spectacle audacieux, hommage suprême à Gérard Mortier.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
71u2owrpbkl._sl1200_

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq scènes et un prologue, livre d’Andrès Ibáñez

Créé à Madrid, Teatro Réal, le 24 février 2015

Détails

Mise en scène

Robert Castro

Décor

Alexander Polzin

Costumes

Wojciech Dziedzic

Lumières

Urs Schönebaum

Chorégraphie

Darrel Grand Moultrie

Electronique

Mauro Lanza

Enrique, le Directeur

José Antonio López

Gonzalo, l’Acteur

Thomas Tatzl

Elena / La Dame

Gun-Brit Barkmin

Juliette

Isabella Gaudí

Cheval blanc / Centurion

Josep Miquel Ramón

Cheval noir / Berger idiot

Antonio Lozano

L’Empereur / Le Magicien

Erin Caves

Premier Cheval

Arcángel

Deuxième Cheval

Jesús Méndez

Deux Etudiants

Harold Torres, Antonio Magno

Coro titular del Teatro Real

Direction : Andrés Máspero

Klangforum Wien

Direction musicale

Pablo Heras-Casado

Enregistré au Teatro Real de Madrid en mars 2015

1 DVD Bel Air Classiques BAC134 – 142 minutes

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Pétillant et pétulant
Iakovos PAPPAS, Christophe CRAPEZ, Chloé JACOB
CD