Forum Opéra

Georg Philipp Telemann, Masterworks

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
21 août 2017
Tellement plus que de la musique de table

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

CD 8-9-10-11-12

Der getreue Music-Meister

Barbara Schlick, Martina Lins, Kai Wessel, Margin Post, Hans-Georg Wimmer. Camerata Köln, Michael Schneider 67’54 + 68’05 + 64’06+ 60’59 + 58’14

CD 23

Das Tageszeiten

Mechthild Bach, Mechthild Georg, Hans Peter Blochwitz, Johannes Mannov. Freiburger Vokalensemble, Collegium Musicum Freiburg, Wolfgang Schäfer 53’46

CD 24

Sacred Cantatas

Elli Ameling, Maureen Lehane, Kurt Equiluz, Barry McDaniel. Aachener Domchor, COllegium Aureum / Hana Blažiková, Stephan MacLeod. Gli Angeli Genève, Stephan Macleod / Ana Maria Labin. La Stagione Frankfurt, Michael Schneider 70’11

CD 25

Secular Cantatas

Elisabeth Speiser, Siegmund Nimsgern. Stuttgarter Hymnus-Chorknaben. Collegium Aureum 58’52

CD 26-27-28

Flavius Bertaridus

Maite Beaumont, Nina Bernsteiner, Ann-Beth Solvang, Antonio Abete, Katerina Tretyakova, Jürgen Sacher, David DQ Lee, Melissa Petit. Academia Montis Regalis, Alessandro de Marchi 74’01 + 68’14 + 56 ‘32

CD 29-30

Orpheus

Dorothee Mields, Markus Volpert, Ulrike Hofbauer, Christian Zenker, Barbara Kraus, Reinhard Mayr, Marelize Gerber, Julie Comparini. L’Orfeo Barockorchester, Michi Gaigg 54’45 + 67’56

Depuis quelques années, voire quelques décennies, Telemann a bien changé de visage grâce aux efforts de redécouverte mené par différents interprètes, René Jacobs au premier chef. Tout comme Vivaldi ne se limite heureusement plus à ses Quatre Saisons, il n’est désormais plus permis de réduire à sa Tafelmusik un compositeur aussi prolifique et aussi inspiré que le bon Georg Philipp, mort il y a tout juste deux cent cinquante ans. Des cantates par douzaines, une centaine d’oratorios, une cinquantaine de Passions, une quarantaine d’opéras : rien que pour sa musique vocale, il y a de quoi donner du travail aux ensembles baroqueux pour pas mal d’années encore.

Autant dire qu’avec un coffret réunissant pourtant trente CD, Sony donne à savourer un échantillonnage représentatif de la production telemannienne en puisant simplement dans son fonds de catalogue (et en réunissant des enregistrements principalement parus sous l’étiquette Deutsche Harmonia Mundi, mais également quelques-uns venant de Vivarte – les quatuors parisiens – ou de Seon – les sonates pour flûte et Sonate metodiche). Naturellement, on y trouvera pas mal de musique instrumentale, par les meilleurs interprètes, notamment Gustav Leonhardt et les frères Kuijken, ou confiée à toutes sortes de formations germaniques spécialisées (Freiburger Barockorchester, Camerata Köln, Collegium Aureum…)

A des degrés divers, la voix est présente dans treize des trente disques. Signalons d’abord les cinq disques réunis sous l’appellation Der Getreue Music-Meister (« le maître de musique fidèle »), titre d’un bimensuel destiné aux musiciens amateurs, publié à Hambourg en 1728-1729, et qui contenait principalement des œuvres de Telemann. Chacun des vingt-cinq numéros publiés, appelés « leçons », inclut entre une et quatre pièces, curieux mélange de musique de chambre et d’arias tirées d’opéras de Telemann. La version proposée par Sony n’est pas celle, (pré-)historique, de 1967, avec une équipe de sept chanteurs dont Edith Mathis, Ernst Haefliger ou Gerhard Unger, mais l’intégrale sortie en 1992, avec cinq chanteurs peut-être plus habitués aux cantates de Bach qu’à l’opéra. En revanche, les deux disques de cantates profanes et sacrées nous renvoient bien à une époque où la notion d’interprétation « historiquement informées » n’en était qu’à ses balbutiements : 1962 pour les profanes (avec notamment Siegmund Nimsgern), 1968 pour les sacrées, avec rien moins que la suave Elli Ameling et cet illustre Evangéliste que fut Kurt Equiluz ; ce volume 24 fait d’ailleurs le grand écart sur le plan chronologique, puisque près d’un demi-siècle sépare « Du aber Daniel, Gehe hin » avec les chanteurs susmentionnés de la cantate « Ino » (plus mythologique que sacrée, au demeurant) gravée en 2015 par l’excellente soprano Ana Maria Labin.

Quasi-oratorio pour quatuor vocal, chœur et orchestre, dont le format annonce, en plus modeste, un peu les grandes réussites de Haydn dans ce domaine, Die Tageszeiten décrit en musique le matin, le midi, le soir et la nuit, mais hélas sans aucun duo ni trio puisque chaque soliste vocal se voit confier une partie de la journée, et en ne laissant au chœur que le soin de conclure brièvement à chaque fois. On relève dans la distribution le nom de Hans Peter Blochwitz, grand mozartien en son heure.

Deux opéras, enfin, qui témoignent de l’originalité formelle que le genre avait pris à Hambourg, mélangeant allègrement les langues, italien et allemand pour Flavius Bertaridus, français, italien et allemand pour Orpheus. De ce dernier, René Jacobs avait enregistré une intégrale en 1996, mais il s’agit ici d’une version plus récente, et assez peu marquante, parue en 2011. Le rôle-titre échoit à Markus Volpert, voix sans grand relief, et l’on imagine mal comment la délicate Dorothee Mields pourrait rivaliser, en Orasia, avec des titulaires de la trempe de Dorothea Röschmann ou Ann Hallenberg, qui s’y sont illustrées. Le meilleur de ce coffret est donc certainement le Flavius Bertaridus dont l’intrigue est celle de la Rodelinda de Haendel, à cette différence près que le fils de Bertarido est ici en âge de chanter – où, sous la direction inspirée d’Alessandro De Marchi brillent en revanche des personnalités comme Maite Beaumont dans le rôle-titre, et malgré les accents de méchant que prend Antonio Abete, peut-être à cause de la mise en scène, le disque ayant été enregistré dans la foulée des représentations données à Innsbruck en 2011.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
71p-giazpnl._sx425_

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

CD 8-9-10-11-12

Der getreue Music-Meister

Barbara Schlick, Martina Lins, Kai Wessel, Margin Post, Hans-Georg Wimmer. Camerata Köln, Michael Schneider 67’54 + 68’05 + 64’06+ 60’59 + 58’14

CD 23

Das Tageszeiten

Mechthild Bach, Mechthild Georg, Hans Peter Blochwitz, Johannes Mannov. Freiburger Vokalensemble, Collegium Musicum Freiburg, Wolfgang Schäfer 53’46

CD 24

Sacred Cantatas

Elli Ameling, Maureen Lehane, Kurt Equiluz, Barry McDaniel. Aachener Domchor, COllegium Aureum / Hana Blažiková, Stephan MacLeod. Gli Angeli Genève, Stephan Macleod / Ana Maria Labin. La Stagione Frankfurt, Michael Schneider 70’11

CD 25

Secular Cantatas

Elisabeth Speiser, Siegmund Nimsgern. Stuttgarter Hymnus-Chorknaben. Collegium Aureum 58’52

CD 26-27-28

Flavius Bertaridus

Maite Beaumont, Nina Bernsteiner, Ann-Beth Solvang, Antonio Abete, Katerina Tretyakova, Jürgen Sacher, David DQ Lee, Melissa Petit. Academia Montis Regalis, Alessandro de Marchi 74’01 + 68’14 + 56 ‘32

CD 29-30

Orpheus

Dorothee Mields, Markus Volpert, Ulrike Hofbauer, Christian Zenker, Barbara Kraus, Reinhard Mayr, Marelize Gerber, Julie Comparini. L’Orfeo Barockorchester, Michi Gaigg 54’45 + 67’56

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG