Forum Opéra

Mes plus grands rôles à l'opéra

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
2 novembre 2011
L’heure du bilan, déjà ?

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Mes plus grands rôles à l’opéra

Roberto Alagna
ténor

CD 1 – 73.39
Charles Gounod
Roméo et Juliette
Jules Massenet
Werther
Jules Massenet
Manon

CD 2 – 79.50
Georges Bizet
Carmen
Gaetano Donizetti
Lucia di Lammermoor
Giuseppe Verdi
Don Carlos
Il Trovatore

CD 3 – 66.58
Giacomo Puccini
La Bohème
Tosca
La Rondine
Bonus : Gianni Schicchi et Le Villi

Avec Angela Gheorghiu, Natalie Dessay, Inva Mula, Leontina Vaduva, Karita Mattila, Larissa Diadkova, Thomas Hampson

Orchestre du Capitole de Toulouse (Michel Plasson), Orchestre de l’Opéra national de Lyon (Evelino Pidò), London Symphony Orchestra, Orchestre Symphonique de l’Opéra royal de la Monnaie, Orchestre de Paris, Philharmonia Orchestra (Antonio Pappano)

3 CD EMI Classics 50999 6789782 7

 

Le dernier coffret proposé par EMI semble tout droit sorti de l’imagination du concepteur des pubs d’Air France : Roberto, les bras grands ouverts, tout de blanc vêtu, se détache sur un fond bleu très pâle, presque new age. Curieux, pour un retour sur quinze ans de production discographique pour la firme EMI.

 

Le concept est clair : offrir un regard sur les dix rôles que notre ténor national conçoit comme ses « plus grands rôles », dont sept aux côtés d’Angela Gheorghiu. On y retrouvera Roméo, Werther, Des Grieux, Don José, Carlos pour les Français ; Edgar, Manrico, Rodolfo, Mario, Ruggero du côté des Italiens, Rinuccio et Roberto (Le Villi) venant compléter la troupe. Le choix aura été guidé et contraint, pour tout dire, par la règle du jeu : recycler des extraits des intégrales qu’il a gravées pour EMI, de 1996 (La Bohème, la première en tout cas – la seconde a été enregistrée pour Decca) à 2003 (Carmen), avant ou après des prises de rôle sur scène. Inutile en tout cas de chercher Hoffmann et Nemorino (Erato), le duc de Mantoue (Sony), Canio, Fritz (DG), ou a fortiori Faust, Radamès, Paolo Il Bello et autres prises de rôle plus récentes.

 

Malgré la recette éculée, l’intérêt de ce panorama est réel, et ce même si l’on possède déjà chacune des intégrales. C’est aussi un joli cadeau de Noël pour les fêtes qui approchent, déjà. Le texte d’accompagnement de chaque rôle qui justifie le choix de Roberto est plutôt intéressant malgré sa brièveté et le choix des morceaux permet de dépasser les seuls « tubes » pour entendre de vrais duos (Don Carlos, Manon…) et quelques ensembles (Bohème, final de Don Carlos…).

 

Surtout, il donne l’occasion de s’interroger sur cet artiste, à nul autre comparable dans le paysage actuel. D’une générosité et d’une spontanéité qui forcent l’affection, Roberto Alagna aura marqué certains des rôles illustrés par ce coffret. Dans Roméo (un personnage qu’il a « dans la peau » selon ses termes), Carlos (« un des moments les plus palpitants de ma carrière ») ou Rodolfo, la voix est d’une fraîcheur, d’une insolence et d’un charme qui lui ont donné une place définitive. Pour Werther (« un rôle que j’adore mais auquel je ne dois pas revenir souvent »), Don José (il faut savoir « gérer » ce rôle, dont certaines phrases, certains élans peuvent « briser la voix »), Manrico ou même Ruggero, le lyrisme et l’héroïsme de la voix prennent le dessus.

 

Inutile aussi de dresser des comparaisons entre hier et aujourd’hui. Lorsqu’il grave les premières intégrales dont le coffret se fait l’écho, il avait moins de 35 ans. En 2013, il fêtera son demi-siècle et la voix a évidemment changé, comme tous les spectateurs du Faust parisien ont pu le noter. Ca n’est pas la faute d’EMI, sans doute, les Luis Mariano, Sicilien et maintenant Pasión (pour le concurrent au logo jaune) ayant évidemment laissé des traces. Pour autant, malgré les années, Roberto continue à chanter Bohème (à Londres, en juin prochain) et la carrière avance.

 

Alors, même si se retourner sur ce legs discographique important ne fait pas de mal, on a surtout envie de croire au futur. De croire à un Calaf, à un Otello initialement prévu pour 2011 et repoussé sine die. De croire aussi à des spectacles où Roberto serait dirigé par des metteurs en scène suffisamment habiles pour se faire accepter de lui et utiliser au mieux le formidable charisme du ténor. Oui, on a envie d’y croire encore ! 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
5099967897858_600

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Mes plus grands rôles à l’opéra

Roberto Alagna
ténor

CD 1 – 73.39
Charles Gounod
Roméo et Juliette
Jules Massenet
Werther
Jules Massenet
Manon

CD 2 – 79.50
Georges Bizet
Carmen
Gaetano Donizetti
Lucia di Lammermoor
Giuseppe Verdi
Don Carlos
Il Trovatore

CD 3 – 66.58
Giacomo Puccini
La Bohème
Tosca
La Rondine
Bonus : Gianni Schicchi et Le Villi

Avec Angela Gheorghiu, Natalie Dessay, Inva Mula, Leontina Vaduva, Karita Mattila, Larissa Diadkova, Thomas Hampson

Orchestre du Capitole de Toulouse (Michel Plasson), Orchestre de l’Opéra national de Lyon (Evelino Pidò), London Symphony Orchestra, Orchestre Symphonique de l’Opéra royal de la Monnaie, Orchestre de Paris, Philharmonia Orchestra (Antonio Pappano)

3 CD EMI Classics 50999 6789782 7

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :